Jean-Luc Chenut avait peut-être peur de se voir reprocher de n’avoir rien casqué pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Alors il allonge 150 000 euros. Somme évidemment minuscule par rapport au chèque de François Pinault (100 millions d’euros). Chenut aurait mieux fait de s’abstenir, évitant ainsi le ridicule.

Jean-Luc Chenut (PS), président du conseil départemental d’Ille-et-Vilaine, fait du zèle ; il se croit même obligé de donner un argent qu’on ne lui réclame pas pour une cause qui le dépasse complètement. Compte tenu « du caractère emblématique, au-delà de son affectation cultuelle, de ce monument inscrit au patrimoine de l’humanité », le Département d’Ille-et-Vilaine « souhaite participer à l’effort de reconstruction », soit 50 000 euros en 2019. Pour 2020 et 2021, les élus ont décidé de réserver 100 000 euros (deux fois 50 000 euros) pour Notre-Dame (Ouest-France, Ille-et-Vilaine, vendredi 26 avril 2019).

En Bretagne, 132 églises et chapelles ont besoin de travaux

Soyons clairs, pour la reconstruction de Notre-Dame, l’État n’a pas besoin de l’aide des collectivités territoriales, bretonnes ou autres. Avec le milliard promis par les grandes fortunes et les multinationales, il y a ce qu’il faut, et même au-delà. L’UDB a donc raison de poser la bonne question : « Les maigres ressources des collectivités territoriales, au premier rang desquelles celles de la région Bretagne, doivent-elles être destinées à financer Notre-Dame de Paris alors que 65 % du budget de la culture et du patrimoine est déjà concentré à Paris (3 % de la population française) ? » Pour l’UDB, « l’argent des collectivités bretonnes serait mieux utilisé pour des projets patrimoniaux en Bretagne » (Ouest-France, Bretagne, 26 avril 2019).

D’autant plus qu’en Bretagne (4), d’après l’Observatoire du patrimoine religieux, 47 églises et chapelles nécessitent des travaux d’entretien, 13 nécessitent de gros travaux et 72 tombent en ruine ou présentent un danger. Soit un total de 132 (Le Figaro, jeudi 25 avril 2019).

Si Chenut se donnait la peine d’effectuer un tour des communes rurales de son département, il comprendrait ce que ces chiffes signifient…

Bernard Morvan

Crédit photo : Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.