D’après Ouest-France (Ille-et-Vilaine, vendredi 9 novembre 2018), en 2017, 794 « mineurs non accompagnés » (MNA) – ou mineurs isolés étrangers – ont été pris en charge par les cinq départements bretons (98 par les Côtes-d’Armor, 147 par le Finistère,, 192 par l’Ille-et-Vilaine, 245 par La Loire-Atlantique et 112 par le Morbihan). Toujours d’après Ouest-France, le coût de la prise en charge d’un mineur étranger au titre de l’aide sociale à l’enfance (ASE) atteint 50 000 euros par an.

21 millions d’euros pour l’Ille-et-Vilaine…

Autre précision apportée par Jean-Luc Chenut (PS), président du conseil départemental d’Ille-et-Vilaine : dans son département, 550 « MNA » sont placés en famille d’accueil ou en structure. « Il y a cinq ans, c’était un budget me moins de 5 millions. Aujourd’hui, c’est 21, avec un million seulement de l’aide de l’État », explique-t-il (Ouest-France, Ille-et-Vilaine, jeudi 25 octobre 2018). Il attend donc un coup de pouce du gouvernement. Pourtant, il y a deux mois, M. Chenut ne se plaignait pas ; il affichait même sa satisfaction : « Je suis fier de voir à quel point nos agents et nos partenaires se mobilisent pour donner aux mineurs non accompagnés (ou mineurs isolés étrangers), toutes les chances de s’intégrer, de s’épanouir et de construire une vie meilleure en Ille-et-Vilaine » (Ouest-France, Ille-et-Vilaine, 22-23 septembre 2018).

Être « fier » c’est bien, mais il y a moyen de faire mieux. Demain ou après-demain, avec un millier de « MNA », Jean-Luc Chenut pourrait se déclarer carrément « enthousiaste ». Et sextasier devant le doublement du budget consacré aux mineurs isolés étrangers.

B. M.

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine