Dans le cadre d’un partenariat de collaboration entre l’UMR-ISP de l’lNRA centre Val de Loire et Olmix Group, société en pointe sur les algues marines et la nutrition, une étude a montré, en utilisant un modèle in vitro de cellules épithéliales intestinales porcines différenciées, qu’un extrait d’algues vertes riche en polysaccharides sulfatés modulait la production de médiateurs de l’immunité (cytokines et chimiokines) impliqués dans la prolifération, la différenciation et la migration des cellules immunitaires.

Dans la continuité de ces résultats, une étude complémentaire a été effectuée in vivo sur des cochettes en fin de gestation, pour évaluer l’effet adjuvant du produit MSP IMMUNITY dans un programme de vaccination contre la rhinite atrophique.

L’utilisation du produit dans la ration alimentaire des truies vaccinées avec un vaccin bivalent contenant les souches Pasteurella multocida et Bordetella bronchiseptica a permis d’augmenter le contenu en anticorps (IgG et IgA) dans le colostrum et dans le lait maternel au début et tout le long de la période de la lactation. Ces données préliminaires montrent que l’addition du produit comme ingrédient alimentaire pourrait améliorer le transfert de l’immunité lactogène (via le colostrum et le lait maternel) pour protéger les porcelets nouveau-nés contre les infections et réduire ainsi l’utilisation des antibiotiques dans les élevages.

Cependant, le mécanisme d’action sous-jacent à cette activité reste encore à déterminer. Une hypothèse peut être avancée selon laquelle, ce produit pourrait induire la prolifération et la migration, par le lien entéro-mammaire déjà établi, des lymphocytes B différenciés excréteurs d’anticorps de l’intestin vers la glande mammaire. Par ailleurs, des investigations supplémentaires sont nécessaires pour montrer un effet protecteur de ce transfert immunitaire dans des conditions d’un challenge infectieux. Ces résultats ont été publiés en ligne le 15 février 2019 dans le Journal of Veterinary and Animal Science.

Des résultats qui, si ils se confirment, pourraient bien améliorer le travail des éleveurs porcins notamment, avant, peut être un jour à terme, que l’homme puisse en bénéficier ?

Crédit photo : DR
[
cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine