La France vote pour le retour de la Russie dans l’Assemblée parlementaire du conseil de l’Europe

A LA UNE

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Éjectée de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) après les événements de Crimée en 2014, la Russie y est de retour malgré la vive opposition de l’Ukraine, des pays Baltes et du Royaume-Uni. Plus étonnant, les seize délégués français ont voté unanimement en faveur de ce retour. Tentative de réchauffement ou changement de braquet de Macron, tenant jusque là d’une position dure, calquée sur celle des Etats-Unis, par rapport à la Russie, sans engranger de succès tactique ou diplomatique ?

La chaine russe RT a fait le décompte des pays qui ont voté pour ou contre le retour de la Russie dans l’APCE, une organisation qui regroupe 47 pays eurasiatiques (sauf la Biélorussie depuis 1997) qui se sont engagés à respecter les droits de l’Homme.

Douze pays ont voté à l’unanimité pour le retour de la Russie dans l’organisation internationale : Andorre (2 délégués), l’Autriche (5), l’Azerbaïdjan (6), Chypre (2), l’Espagne (5), la France (16), l’Irlande (1), l’Islande (2), la Norvège (5), la Serbie (5), Saint-Marin (2) et la Turquie (10). Onze pays se sont prononcés majoritairement pour ce retour, dont l’Arménie (2 pour, 1 contre), la Suisse (4 pour, 1 contre), l’Allemagne (11 pour, 2 contre), l’Italie (12 pour, 1 abstention) ou encore la Hollande (5 pour, 2 contre).

La Russie, gros contributeur de l’APCE

Trois pays se sont prononcés majoritairement contre : la Pologne (1 pour, 9 contre), la Suède (1 pour, 4 contre), et le Royaume-Uni (2 pour, 8 contre, 3 abstentions). Enfin cinq pays ont voté tout à fait contre : l’Estonie (3 délégués), la Géorgie (5), actuellement secouée par une nouvelle poussée de russophobie dans les rues de Tbilissi, sur fonds de règlements de comptes entre forces politiques internes et pro-occidentales, la Lituanie (4), l’Estonie (3) et l’Ukraine (11) ; cette dernière a annoncé qu’elle suspendait sa participation aux travaux de l’Assemblée.

Selon l’un des élus italiens à l’APCE, Alvise Maniero, « l’absence de la Russie au sein de l’APCE allait à l’encontre de la raison même d’exister de l’institution. Sa raison d’être est de permettre aux 47 pays d’avoir des influences réciproques et de nous permettre d’aller vers les valeurs et les objectifs que nous voulons développer. Les pères fondateurs de l’institution l’avaient fondée comme un moyen d’unir après la seconde guerre mondiale les ex-belligérants ».

Outre le poids géopolitique majeur de la Russie, des enjeux budgétaires ont pu intervenir. Exclue, la Russie ne payait plus sa cotisation de 33 millions d’euros par an à l’APCE, dont elle était l’un des plus gros contributeurs avec la France et l’Allemagne… qui étaient peut-être las de porter à bouts de bras le poids budgétaire de cette institution internationale.

Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : [cc] illustration Bandvela sur Pixabay
[
cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Gaspard Koenig sur le pass sanitaire. « Le gouvernement a perdu la notion de liberté ! »

Arthur Delaborde reçoit Gaspard Koenig, philosophe, essayiste, romancier, et président du laboratoire d'idées Génération libre qu’il a lancé en...

Pass sanitaire obligatoire : le coup de massue pour Tropical Parc dans le Morbihan

Tropical Parc est un jardin extraordinaire, fruit de l’imagination et de la passion d’une famille bretonne les Gicquel. Créé...

Articles liés

Qui sont les complotistes ? Jacques Baud décrypte l’affaire Navalny

Depuis plusieurs années, et avant même la crise du Covid-19 et la vaccination, les médias occidentaux se repaissent d’un mot devenu totem "le complotisme"....

Les Femmes Russes Et Le Néo-Féminisme – avec Yannick Jaffré

Zone Libre reçoit Yannick Jaffré, auteur de "Paris-Moscou - Aller Simple Contre le Néo-Féminisme" dans lequel il sonde la psychologie de la femme russe,...

Euro 2021. Les résumés d’Ukraine-Autriche, Belgique-Finlande, Danemark-Russie, Pays-Bas-Macédoine du Nord

Euro 2021. Les résumés d'Ukraine-Autriche, Belgique-Finlande, Danemark-Russie, Pays-Bas-Macédoine du Nord Les Belges auront du pousser pour arracher cette victoire face aux Finlandais ! Les Scandinaves...

Vladimir Poutine abandonne le dollar. En route vers un monde sans la monnaie américaine ?

Le désamour entre les USA et la Russie ne date pas d'hier. La Guerre Froide a bien sûr exacerbé des divergences idéologiques, et l'après-guerre...