Afrique du Sud. Des Blancs boycottent une chaîne de restaurants [Vidéos]

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

L’Afrique du Sud plus que jamais en proie aux tensions raciales a vu une chaîne de restaurants boycottée par les Blancs suite à un incident. Avec des conséquences non négligeables pour l’enseigne.

Spur : quand l’Afrique du Sud change…

Tout est parti d’une scène relativement anecdotique dans un pays où les tensions raciales exacerbées entre Blancs et Noirs atteignent leur paroxysme. En mars 2017, un incident a eu lieu entre un homme blanc et une femme noire dans un restaurant Spur de Johannesburg. Spur, signifiant « éperon », est une chaîne de restaurants fondée en 1967. Sorte de Buffalo Grill sud-africain, les franchises de la marque sont basées sur le thème de l’Amérique et du Far West. Pendant longtemps, Spur était un lieu incontournable de la restauration à destination des Sud-Africains d’origine européenne. Avec la fin de l’apartheid, la clientèle s’est progressivement mixée tandis que les affaires de Spur étaient florissantes avec plusieurs nouveaux restaurants à travers le pays.

Mais les choses ont pris un tour radicalement différent il y a deux ans. L’incident, confus, a été filmé et a fait le buzz sur les réseaux sociaux sud-africains par la suite :

La mère de famille noire s’en prend à un homme blanc qui aurait eu maille à partir avec ses enfants. Les insultes fusent de la part de la femme jusqu’au moment où l’homme lève et secoue la table. Rien de très grave en soi mais c’est la réaction de Spur à suivre qui va suscité la polémique.

Seul l’homme blanc interdit chez Spur

Par la suite, Spur a présenté des excuses à la femme pour « ne pas l’avoir suffisamment aidée » tandis que l’enseigne a banni l’homme blanc en question de ses restaurants en raison de son « comportement agressif » et de ses gestes « inacceptables ». Mais cette prise de position n’est pas restée sans conséquence : la communauté blanche d’Afrique du Sud a décidé de boycotter massivement Spur, reprochant à l’enseigne de ne pas avoir également banni la femme noire de ses établissements. Des Blancs qui considèrent que Spur a désormais pris le parti des Noirs…

L’efficacité de ce boycott dans le pays est telle que, six mois après son début, les ventes de Spur ont chuté de plus de 9 %. Des propriétaires de franchises situées dans des territoires majoritairement peuplés de Blancs ont même commencé à perdre de l’argent et à vendre leurs restaurants.

Afrique du Sud : quel avenir pour les Blancs ?

Le président directeur général de Spur Mark Farrelly a alors accusé les conservateurs sud-africains d’être à l’origine de ce boycott massif… et efficace. En réponse, le dirigeant de Solidarité, un syndicat influent de la minorité blanche, a écrit dans une lettre ouverte que les Blancs sont dorénavant « une communauté qui se sent étrangère au pays » et ce, « y compris dans leur restaurant préféré ».

Des Blancs qui ont vécu comme une forme de trahison cette prise de position de Spur alors que l’enseigne était un symbole fort de la culture afrikaner. Désormais, selon un rapport interne de la chaîne de restaurants, les Sud-Africains noirs représentent maintenant environ 65% des clients des plus de 280 franchises du pays.

Ce sursaut des Blancs intervient dans un contexte où leur sort à moyen-terme est plus que menacé. Sans parler du cas particulier des fermiers. Rappelons que la population blanche d’Afrique du Sud ne représente aujourd’hui plus qu’environ 8 % de la population totale du pays.

Crédit photos : Flickr (CC BY 2.0/South Africa Tourism)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Eric Zemmour à la présidentielle. Le dernier espoir politique des autochtones ? [L’Agora]

Je lisais récemment la tribune de Marc Desgorces sur Breizh-info.com au sujet de la possible candidature d’Eric Zemmour à...

Les deux Irlandes et la diaspora, La Pédocratie à la française, Les plus belles randonnées Bretagne, La fin d’un monde, La guerre des idées...

Les deux Irlandes et la diaspora, La Pédocratie à la française, Les plus belles randonnées Bretagne, Les nostalgériades, La...

Articles liés

Tours. Une manifestation LGBT avec zone interdite aux Blancs finalement annulée

À Tours, une manifestation LGBT organisée par le centre LGBTI de Touraine devait se tenir samedi 15 mai. Mais elle a finalement été annulée...

Rugby. La sélection des Lions britanniques dévoilée

C'est une liste de 37 joueurs qui ont été sélectionnés (ou plutôt pré sélectionnés) pour la tournée des Lions Britanniques, par le sélectionneur Warren...

Mort de George Floyd. Le verdict annulé pour cause de partialité d’un juré pro Black Lives Matter ?

Le policier Derek Chauvin, jugé coupable du meurtre de l’Afro-Américain George Floyd - à l'occasion d'un procès hors norme entouré d'une propagande quasi stalinienne...

Afrique du Sud : attaqués par balles, des convoyeurs de fonds échappent à un braquage [Vidéo]

Deux convoyeurs de fonds ont fait preuve d’un incroyable sang-froid pour échapper à une violente tentative de braquage le 22 avril à Pretoria. Comme...