Nantes : un cambrioleur multirécidiviste mineur évadé

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Placé en détention provisoire à l’EPM d’Orvault dans l’attente de son jugement pour une trentaine de cambriolages à Rezé et aux alentours, ce mineur multirécidiviste s’est évadé lors d’une hospitalisation en unité de soins psychiatriques à Bouguenais. Des proches du dossier parlent d’une « bombe à retardement en liberté ».

B, d’origine africaine, se dit âgé de 17 ans et est déjà défavorablement connu des forces de l’ordre. Après son incarcération à l’EPM il a « pété un plomb en pleine nuit, courant mai », se souvient un proche du dossier. « Il a fichu le feu à sa cellule, a tenté de tabasser le surveillant chef et il a fallu le sédater pour l’emmener aux urgences psychiatriques ». L’établissement, en sous-effectif la nuit. La direction a tenté en vain de rappeler, chez eux, quatre agents supplémentaires pour assurer une escorte. L’individu a enfin été emmené aux urgences du CHU de Nantes.

Placé en établissement peu sécurisé

Hospitalisé en unité psychiatrique au Centre Georges Daumezon (Bouguenais),  il s’en est enfui le samedi 29 juin alors qu’il était placé en unité fermée. Daumezon n’est en effet pas une unité du service médico-psychologique régional, comme il en existe à l’hôpital Saint-Jacques à Nantes ou à Rennes. Ses unités n’ont pas de vigiles ou de forces de l’ordre. On comprend difficilement comment un détenu connu pour sa dangerosité a pu y être placé.

Désormais, c’est aux forces de l’ordre de le retrouver. B. est inscrit au fichier des personnes recherchées (FPR) qui peut être consulté par les forces de l’ordre lors de contrôles d’identité ou routiers. S’il est rattrapé et reconnu majeur, il encourt en outre des poursuites pour évasion – jusqu’à trois ans de prison et 45.000 € d’amende.

LM

Crédit photo : Centre hospitalier Daumezon, Google Earth
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ?

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ? Débat du 31/07/2021 avec Rémi...

« Vous êtes rationnel, pourquoi nier l’efficacité des vaccins ». Laurent Ozon répond à un journaliste

Le journalisme mainstream se fait de plus en plus militant en faveur des mesures gouvernementales. Il suffit d'ailleurs de...

Articles liés

Nantes. Deux violentes agressions à l’établissement pour mineurs d’Orvault

Un mineur de l'établissement pour mineurs (EPM) d'Orvault emmené en promenade a violemment agressé un surveillant le 24 février dernier. Une autre surveillante a...