Tommy Robinson

Tommy Robinson vient d’être condamné à neuf mois de prison ferme pour outrage à la justice. Une décision hallucinante qui constitue un énième épisode du calvaire enduré par le dissident politique. Et pourrait bien lui coûter la vie.

Tommy Robinson : en prison pour avoir filmé des violeurs pakistanais

Il ne fait pas bon être une personnalité politiquement incorrecte en Grande-Bretagne. La sentence est tombée jeudi 11 juillet pour Tommy Robinson. Celui qui représente la principale figure d’opposition à l’islamisation du pays a écopé d’une peine de neuf mois de prison ferme. Cette sanction intervient alors qu’il avait été reconnu coupable d’outrage à la justice pour avoir filmé et diffusé les images, avant leur audience, des violeurs pakistanais membre d’un gang. Les quatre hommes étaient accusés d’avoir violé une adolescente. Un épisode que nous avions déjà relaté sur Breizh-info.com.

Rappelons que ces gangs de violeurs pakistanais sont nombreux à sévir en Angleterre. À l’instar de la sinistre affaire du gang ethnique de Telford, accusé d’avoir violé en toute impunité jusqu’à 1 000 jeunes filles (la plupart d’origine européenne) en l’espace de plusieurs décennies.

Difficile donc, avec une telle décision, de ne pas penser que la justice d’outre-Manche marche sur la tête. Conscient que cette nouvelle incarcération dans une prison britannique pourrait lui être fatale compte tenu de la population carcérale, Tommy Robinson a demandé l’asile au gouvernement américain.

« Je vais être condamné à mort »

Condamné en première instance à treize mois de prison puis libéré sous caution avant de faire appel, la peine effective de Tommy Robinson devrait être réduite à 19 semaines en raison du temps que l’homme a déjà passé en détention.

L’ancien leader de l’English Defense League faisait encore part, dans une interview en date du 8 juillet, de son inquiétude : « j’ai l’impression que je vais être condamné à mort dans deux jours. Au Royaume-Uni. Pour journalisme ».

Se réjouissant de la sentence, le groupe de pression « antiraciste » Hope Not Hate, par l’intermédiaire de son responsable Nick Lowles, a déclaré que Tommy Robinson avait menacé la bonne tenue du « procès d’hommes accusés de crimes horribles avec ses idioties en direct. Il ne se soucie pas des victimes de prédateurs sexuels, il ne se soucie que de lui-même ».

Hope not Hate s’est bien gardé par ailleurs de se pencher de plus près sur le cas des quatre Pakistanais et sur les actes qui leur sont attribués. Cela dit, il est vrai que les viols commis par des extra-européens en Grande-Bretagne n’ont désormais plus rien d’exceptionnel tant ce type d’affaire surgit fréquemment dans l’actualité.

Qui en France, hormis Breizh Info, s’est inquiété du sort de Tommy Robinson au cours des derniers mois tandis que celui-ci risque dorénavant sa vie s’il refranchit la porte de l’une des prisons du pays ? Des prisons qui sont devenues par ailleurs des terrains de prédilection pour les gangs islamistes.

Pour (re)prendre conscience du contexte dans lequel Tommy Robinson évolue :

Islamisme. Craignant pour sa vie au Royaume-Uni, Tommy Robinson demande l’asile politique aux Etats-Unis

Répression politique en Angleterre. Tommy Robinson à nouveau jugé le 4 juillet 2019

Tommy Robinson attaqué par des musulmans à Oldham. Le traitement médiatique lunaire de la presse anglaise [Vidéo]

Panodrama, l’enquête de Tommy Robinson sur la BBC, sous-titré en français [Vidéo]

Tommy Robinson accuse la BBC de fake news, de racisme, et de collusion avec l’extrême-gauche [Vidéo]

Le dissident Tommy Robinson banni à vie de Facebook et d’Instagram au nom du politiquement correct [Vidéo]

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine