Les vagues de clandestins continuent de déferler à travers l’Europe !

Eux ne sont pas en vacances et pourraient bien changer le décor de vos plages préférées : les illégaux continuent d’affluer et d’être source de conflits sur le Vieux Continent.

A Calais, les forces de l’ordre ont ainsi dû évacuer un nouveau camp de fortune. Près de trois ans après la fermeture de la tristement célèbre « jungle », occupée par 10 à 12 000 individus, la préfecture du Pas-de-Calais n’a jamais eu de réel répit, nombre d’Africains souhaitant toujours gagner l’Angleterre et « séjournant » donc dans la cité maritime.

Si la vague migratoire de l’été 2015 fut extrêmement violente et imposée de force aux peuples européens, le Vieux Continent s’est trouvé une voix pour le défendre avec Matteo Salvini.
Le ministre de l’Intérieur italien a certes accueilli une cinquantaine de migrants venus du Niger à la fin de l’année 2018 mais se montre toujours aussi ferme quant aux embarcations illégales. Le chef de la Lega les refuse catégoriquement ! La militante Carola Rackete, sorte de Cédric Herrou au féminin,  a été arrêtée puis libérée début juillet pour avoir conduit une opération clandestine à bord de son navire, le « Sea Watch ».

Un bateau a également accosté sur l’île de Lampedusa le 7 juillet.

Vintimille et la lutte franco-italienne

Le 9 juillet, Matteo Salvini a par ailleurs assisté en Sicile à la fermeture de l’ancien plus grand centre d’accueil du continent. Le message est clair, les clandestins ne sont plus les bienvenus en Italie. L’information ravira nombre de leurs voisins puisque les illégaux débarqués en Italie franchissaient régulièrement les frontières.

Un véritable jeu « du chat et de la souris » se tient d’ailleurs toujours à Vintimille, frontière franco-italienne, et ses environs. Une partie des clandestins arrivés avant 2018 est repoussée d’un côté ou l’autre de la frontière, policiers français et italiens se les renvoyant mutuellement jour après jour.

Un irakien condamné en Allemagne

L’Allemagne, de son côté, a condamné à perpétuité un clandestin irakien coupable du viol d’une jeune fille de 14 ans.
Il était arrivé en Europe en 2015, profitant de l’émotion autour de la mort du jeune Aylan Kurdi.
Après son crime, l’irakien était retourné dans son pays mais y avait été récupéré par la police allemande.

Photos d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V