Les années se suivent et se ressemblent : les vacanciers vont devoir sortir la monnaie !

L’état profite en effet à nouveau de l’été pour laisser le prix du carburant augmenter…voire s’envoler selon les régions !

3 centimes de plus pour l’essence en moyenne, 2 pour le diesel

Le prix à la pompe a pris trois centimes par litre en une semaine en moyenne en France, et ce n’est pas bien mieux pour le diesel qui a augmenté de deux centimes par litre durant la même période. Ces chiffres sont fournis par le ministère de la Transition écologique et solidaire et sont donc tout ce qu’il y a de plus officiels.

La cause donnée pour expliquer ces augmentations est comme souvent la hausse des cours du pétrole. Celle-ci serait notamment due aux tensions entre l’Iran et l’Angleterre mais aussi à une baisse des productions de la part des Russes et des Américains.

Une aubaine en cette période de grands départs en vacances !

Paris et les régions rurales paient plein pot

Les Parisiens sont les plus mal lotis – déjà qu’ils galèrent pour passer le permis dans leur région – puisque le prix est plus important encore chez eux que dans le reste de la France à cause de l’importante présence de touristes. Les habitants de la capitale française apprécieront !

Les départements peu peuplés payent plus cher que les métropoles (hormis Paris, donc). Pas de raison touristique cette fois mais une simple réflexion commerciale : les stations sont plus rares, il y a donc moins de concurrence et plus de profits potentiels.

Pas de quoi rassurer les Gilets Jaunes

Rappelons que la taxe sur le carburant et l’augmentation globale des prix avaient précipité la crise des Gilets Jaunes. Face à la fronde populaire, le gouvernement avait fini par reculer, du moins en partie.

L’augmentation actuelle n’est pas liée aux décisions de la France mais le manque de règles et de mesures protectrices pourraient bien retomber sur Emmanuel Macron.

Les automobilistes, boucs émissaires et « vaches à lait », tant par le biais des normes imposées que par les radars automatiques, ont bien retenu que les prix à la pompe avaient sérieusement baissé après les moments les plus intenses de la fronde.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine