Retrouvera-t-on Steve Maia Caniço ? Cela paraît hélas fort improbable. Mais sa disparition nous fait redécouvrir une demi-disparue : la Loire.

Un fleuve est dangereux. Du temps où Nantes était un grand port maritime, personne n’aurait pu l’ignorer. La Loire était à la fois un don du ciel et une menace. La culture populaire en témoigne largement. Les histoires de noyade ne manquent pas dans les chants traditionnels du pays nantais (voir le travail admirable de collecte réalisé par Dastum 44) « Su’l’pont de Nantes, un bal y est donné » (bis), chante-t-on encore, en mémoire de la belle Hélène (ou la belle Adèle, ou la belle Angèle, selon les versions) noyée pour avoir voulu danser. Voilà le sort des enfants obstinés… qui font encore de la musique passé 4 heures du matin ?

Quant aux chants de marins, bien entendu, ils sont pleins d’histoires de marins péris en mer… mais aussi, parfois, tombés de la coupée en rentrant à bord un soir de beuverie. Dans une ville arrosée par la Loire et le muscadet, les deux dangers sont la crue et la cuite, plaisantait autrefois un blogueur nantais.

Noyades républicaines

Encore heureux quand la folie des hommes ne s’en mêle pas. Certains accusent carrément la police d’avoir noyé Steve. Pure absurdité ! Il y a eu une époque où l’État noyait délibérément des gens à Nantes, c’est vrai. C’était en 1793-1794, sous la Terreur. La police d’aujourd’hui n’est pas moins républicaine que celle d’alors, mais ses manières sont plus policées.

Cela dit, il est étrange que l’hypothèse d’une noyade « politique » ne soit pas envisagée. Le 21 juin, Steve portait un pull figurant un grand drapeau des États-Unis. Est-ce assez pour être jeté à l’eau par des ennemis de l’Amérique ou de son président, substances illicites aidant ? Bien présomptueux celui qui jurerait que non.

Ayrault sans Loire

Mais 1793 est loin. Aujourd’hui, bien des Nantais ont oublié leur fleuve, partiellement comblé dès avant la Deuxième guerre mondiale. Jean-Marc Ayrault, maire de Nantes pendant près d’un quart de siècle, n’a jamais manifesté le moindre intérêt pour lui. Il a pensé l’île de Nantes comme un quartier terrestre, supprimant même du projet le port de plaisance imaginé par l’urbaniste Chemetoff. On constate d’ailleurs la même ignorance de la Loire dans son projet de nouveau CHU. Sa principale décision concernant la Loire a été de faire poser des garde-corps tout au long du quai de la Fosse. Sécurité d’abord – mais aussi mise à l’écart du fleuve, enfermé derrière ses barrières. Résultat : la génération qui a grandi sous Ayrault sait à peine que la Loire existe.

Aussitôt devenue maire, Johanna Rolland a lancé un grand débat sur la Loire. Bien vu ! Les contributions ont révélé une claire envie de Loire chez beaucoup de Nantais. Mais aussi une grande ignorance chez pas mal d’autres. Johanna Rolland a-t-elle seulement retenu cette leçon ?

Il y a un siècle, tout le monde à Nantes connaissait les dangers de la Loire. Personne n’aurait eu l’idée d’organiser un grand bal populaire au bord d’un quai. Et si quelqu’un avait eu cette folle prétention, la municipalité y aurait mis le holà ! Ce 21 juin, musicos, teufeurs, municipalité, État, police, tous semblent avoir communié dans l’oubli du fleuve et de ses risques. Où est Steve ? On n’en sait rien. Où sont les coupables ? Partout.

Erwan Floc’h

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo [domaine public] : Joseph Aubert (1849-1924), esquisse pour Les Noyades de Nantes en 1793, exposée au Musée d’art et d’histoire de Cholet. Ce tableau a été exposé au Musée d’arts de Nantes en 2018 lors de l’exposition Le Scandale impressionniste.
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

  1. […] Mais 1793 est loin. Aujourd’hui, bien des Nantais ont oublié leur fleuve, partiellement comblé dès avant la Deuxième guerre mondiale. Jean-Marc Ayrault, maire de Nantes pendant près d’un quart de siècle, n’a jamais manifesté le moindre intérêt pour lui. Il a pensé l’île de Nantes comme un quartier terrestre, supprimant même du projet le port de plaisance imaginé par l’urbaniste Chemetoff. On constate d’ailleurs la même ignorance de la Loire dans son projet de nouveau CHU. Sa principale décision concernant la Loire a été de faire poser des garde-corps tout au long du quai de la Fosse. Sécurité d’abord – mais aussi mise à l’écart du fleuve, enfermé derrière ses barrières. Résultat : la génération qui a grandi sous Ayrault sait à peine que la Loire existe. Aussitôt devenue maire, Johanna Rolland a lancé un grand débat sur la Loire. Bien vu ! Les contributions ont révélé une claire envie de Loire chez beaucoup de Nantais. Mais aussi une grande ignorance chez pas mal d’autres. Johanna Rolland a-t-elle seulement retenu cette leçon ? Il y a un siècle, tout le monde à Nantes connaissait les dangers de la Loire. Personne n’aurait eu l’idée d’organiser un grand bal populaire au bord d’un quai. Et si quelqu’un avait eu cette folle prétention, la municipalité y aurait mis le holà ! Ce 21 juin, musicos, teufeurs, municipalité, État, police, tous semblent avoir communié dans l’oubli du fleuve et de ses risques. Où est Steve ? On n’en sait rien. Où sont les coupables ? Partout. Erwan Floc’h Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place. Crédit photo [domaine public] : Joseph Aubert (1849-1924), esquisse pour Les Noyades de Nantes en 1793, exposée au Musée d’art et d’histoire de Cholet. Ce tableau a été exposé au Musée d’arts de Nantes en 2018 lors de l’exposition Le Scandale impressionniste. [cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine Read More […]

Comments are closed.