Rome regorge de trésors inestimables, témoignages de son histoire plurimillénaire. Du forum romain à la basilique Saint Pierre, du Colisée à Sainte Marie Majeure, sans oublier les places d’Espagne, de Navone ou du Peuple, la ville éternelle est certainement sans équivalent.

A Rome, de Saint André à Saint Yves

En déambulant dans ses ruelles rouges et orangées, les visiteurs ou pèlerins bretons y découvriront aussi une église particulièrement symbolique.
L’église Saint-André de Mortariis fut fondée entre le huitième et le neuvième siècle en plein centre de Rome, à proximité du Tibre, en face du Vatican.
Au XVème siècle,  un évêque originaire de Bretagne, Alain IV de Coëtivy, se vit attribuer l’édifice par le Pape. L’église prendrait ainsi le nom de Saint-Yves-des-Bretons et deviendrait l’église nationale des Bretons à Rome. A l’époque, le pays n’était pas encore dans le giron français.

Ce quartier de Rome était déjà prisé des Bretons depuis le début du XVème siècle, ils y avaient notamment leur propre hôpital. L’influence bretonne déclina à la fin du XVIème siècle lorsqu’elle fut rattachée à Saint-Louis-des-Français, l’église nationale française à Rome.

La nouvelle église

Délaissée et mal entretenue, subissant en plus les dégâts causées par le Tibre, Saint-Yves-des-Bretons fut détruite en 1875 au grand dam de la population romaine pour laisser la place à une nouvelle église qui conserva son nom et son statut. En guise de consolation, des éléments de l’ancien édifice ont été conservés et réutilisés dans la construction du nouveau.

Saint-Yves y est bien sûr bien représenté. En peinture mais également par un buste-reliquaire du saint-patron des Bretons.

Preuve du lien unissant toujours l’église à la Bretagne, le conseil régional a participé financièrement aux rénovations de 2003 et 2013. Les pèlerins bretons y sont toujours particulièrement bien reçus, notamment lors du pardon de Saint-Yves, le 11 mai, qui donne lieu chaque année à des festivités.

Le pardon de Saint Yves dans les rues de Rome

Dans un registre moins réjouissant, une bombe artisanale avait explosé à côté du lieu de culte dans la nuit du 23 au 24 janvier 2014, la veille d’une visite de François Hollande au Vatican. Aucune victime ne fut à déplorer mais des véhicules ainsi que des vitres de l’église furent détruits.

Informations pratiques

L’église Saint-Yves-des-Bretons dispose de son propre site internet. S’il n’est pas régulièrement mis à jour, il vous permettra tout de même de trouver quelques informations pratiques pour y préparer votre venue.

Photos d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine