poppers

Les jours passent et les projections par-dessus les murs de la maison d’arrêt de Nantes-Carquefou continuent. Mais outre la résine de cannabis, l’alcool, les téléphones, les clés USB et autres ballots de viande, les surveillants font d’autres découvertes étonnantes.

Ces dernières semaines ce sont en effet plusieurs dizaines de fioles de poppers qui ont atterri derrière les murs. Ainsi que des ballons de baudruche, « les détenus les utilisent pour faire durer le plaisir », explique un surveillant.

Présentés dans de petites fioles en verre – faciles à projeter donc et encore plus à récupérer ou à cacher sur soi – les poppers sont des vasodilateurs utilisés dans le milieu de la nuit – ils procurent une sensation d’allégement général, de chaleur, voire aphrodisiaque – et dans les milieux gays car les sphincters se dilatent, facilitant la pratique du sexe anal.

« L’intérêt du poppers c’est que ça défonce pas mal et très vite. »

Ils ne sont pas considérés comme une drogue, et il est donc légal d’en consommer et d’en vendre. Leurs prix sont aussi relativement modérés – de l’ordre de 10 € la fiole de 10 ml, avec de nombreuses marques et saveurs, et des fabricants principalement d’Outre-Atlantique.

Selon un usager interrogé par le site Le Bonbon, « L’intérêt du poppers c’est que ça défonce pas mal et très vite. Et puis ça rend hilare mais aussi comme c’est très court, ça redescend très vite, et tant mieux parce que pour ma part rester 2 heures ou plus perché sous poppers, je trouverais ça insupportable ». Bien que psychoactifs, les poppers sont néanmoins autorisés depuis 2003 en France, après avoir été interdits dans les années 1990.

L’introduction des drogues et des excitants dans la détention ne fait pas qu’alimenter des trafics en détention. Elle met aussi en danger le personnel. Ainsi, jeudi 22 août, le matin, un surveillant a été agressé à coups de pied par un détenu. Celui-ci était énervé après avoir été réveillé une première fois pour la douche, et une seconde fois pour que son codétenu aille au téléphone.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.