Migrants « mineurs » : ils seraient 41 000, majoritairement africains, et coûtent 2 milliards d’euros par an

A LA UNE

Fête de la musique 2019 à Nantes : vers une mise en examen de Johanna Rolland

« Le jeune homme est bien tombé dans la Loire pendant l’intervention policière » : depuis hier soir, des titres de ce...

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

La prise en charge des migrants « mineurs » isolés en France coûte 2 milliards d’euros par an et concernerait 41 000 individus.

Mineurs isolés étrangers : à 95 % des hommes

Que sait-on précisément au sujet des « mineurs non accompagnés » (MNA) dont l’accueil se fait au titre de l’aide sociale à l’enfance (ASE) ? L’Assemblée des Départements de France (ADF) vient de communiquer des chiffres : ils seraient plus de 41 000 migrants prétendument âgés de moins de 18 ans et se trouveraient en France sans adulte responsable à être pris en charge par les services sociaux.

Des migrants qui sont, pour environ 95 % d’entre eux, des hommes. Et qui ne coûtent pas moins de 2 milliards d’euros par an aux collectivités selon les données de l’année 2018.

Le nombre de migrants a par ailleurs « considérablement augmenté depuis 2015 », avec notamment une « forte accélération » de 74% entre 2016 et 2017. Cette hausse a toutefois eu lieu de façon très inégale selon les départements.

Migrants « mineurs » : principalement des Subsahariens

L’augmentation du nombre de migrants « mineurs » a aussi logiquement entraîné des dépenses supplémentaires pour les Conseils départementaux : au titre de l’année 2016, leur coût était alors évalué à un milliard d’euros par an. Un coût qui, comme l’indique le montant évoqué précédemment, a doublé depuis.

Autre point à souligner, tandis que dans le contexte des années 2015 et 2016 les médias mainstream agitaient en permanence le chiffon des « réfugiés syriens », il apparaît que les mineurs étrangers recensés ici sont principalement originaires d’Afrique subsaharienne.

De plus, ils représenteraient entre 15 à 20 % de l’ensemble des mineurs qui bénéficient de l’aide sociale à l’enfance dans l’Hexagone. Soit une part significative de ce budget.

50 000 euros par migrant

Pour chaque migrant « mineur », c’est une somme estimée à 50 000 euros qui est dépensée chaque année. Un budget dans lequel sont compris le logement, la nourriture, les frais d’éducation et de formation. De cette somme, l’Assemblée des Départements de France déplore la très faible part remboursée par l’État.

Un État qui, via un arrêté pris en juin dernier, vient cependant de décider de mettre la main au porte-monnaie (et donc, indirectement, à celui des contribuables) en attribuant un forfait de « 500 euros par personne » lors de la phase d’évaluation. C’est-à-dire la période durant laquelle les migrants demandent à être reconnus comme « mineurs non accompagnés ». Mais aussi avec une aide de « 90 euros par personne et par jour dans la limite de 14 jours ».

…Et 33,6 millions d’euros supplémentaires

Grand seigneur, et alors qu’au 1er trimestre 2019, la dette publique française atteignait 2 358,9 milliards d’euros en représentant 99,6% du PIB, l’État ne semble pas avoir de difficultés à attribuer une enveloppe exceptionnelle de 33,6 millions d’euros aux départements pour faciliter la phase d’accueil des migrants au titre de 2018. Une décision actée par la prise d’un arrêté dimanche 1er septembre.

Au total, ce sont 141 millions d’euros qui ont été inscrits pour l’accueil des migrants « mineurs » dans le projet de loi de finances 2019. Contre « seulement » 96 millions d’euros en 2018. Une tendance à la hausse qu’aucune politique en amont ne semble vouloir endiguer.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Eric Zemmour : « En politique, il faut prévoir le pire pour que celui-ci ne se produise pas et se donner les moyens de...

Eric Zemmour : « En politique, il faut prévoir le pire pour que celui-ci ne se produise pas et...

Lorient. De la cocaïne et des armes saisies, intervention du Raid

Le trafic de drogue continue d'empoisonner la Bretagne tandis qu'il enrichit les dealers, provenant souvent d'Île-de-France par ailleurs. À...

Articles liés

Royaume-Uni. Des arrivées records de migrants en provenance de France au mois de mai [Vidéo]

À la fin de ce mois de mai 2021, les autorités du Royaume-Uni ont vu un nombre record de migrants en provenance de France...

Nantes : un Tunisien de 18 ans en situation irrégulière et herbergé à l’hôtel via l’association Aemina interpellé après une attaque à la machette

Un Tunisien de 18 ans en situation irrégulière et herbergé à l'hôtel via l’association Aemina a été interpellé après une attaque à la machette...

Danemark. Vote d’une loi permettant de « se débarrasser des migrants »

Le Danemark se réveille. Et vient de voter, à une large majorité, une proposition de loi rédigée par la gauche danoise, permettant de «...

Bretagne. L’Etat français va imposer une augmentation de l’accueil de « Mineurs isolés étrangers »

L’État français va imposer une augmentation de l’accueil de « Mineurs isolés étrangers » en Bretagne.   Éric Dupont Moretti, ministre de la Justice, a en effet...