Nantes : des découvertes stupéfiantes dans les quartiers

A LA UNE

La police multiplie a entrepris ces dernières semaines des opérations anti-stupéfiants dans les quartiers dits « sensibles » et à Commerce. Diverses découvertes stupéfiantes ont été faites.

Le 1er octobre, des caves et des communs ont été contrôlés rue Feyder au Breil, à l’ouest de Nantes. Au 7e étage d’une tour dont le hall est un point de deal très couru la nuit, l’attirail d’un dealer a été découvert : deux balances, 56 sachets d’herbe de cannabis (beu) pré-emballée, 50 barrettes de résine (shit) préemballées, 14 bonbonnes de cocaïne et 20 d’héroïne. Soit plus de 3000 euros à la revente.

Le 7 octobre, plusieurs parties communes d’immeubles ont été fouillées, cette fois aux Dervallières. Rue Honoré Daumier, dans une gaine technique, 100 grammes de résine de cannabis de variété OG Kush en savonnette et en pochons, deux couteaux, trois balances et trois bonbonnes de cocaïne ont été découverts, partiellement conditionnés, pour une valeur à la revente de plus de 1 100 €. Dans une armoire électrique même adresse, les policiers ont trouvé 16 doses d’héroïne en bonbonnes (19,4 grammes) et 28 doses de cocaïne (17,3 grammes), pour près de 2 000 € à la revente.

Enfin, ce 8 octobre, à Malakoff cette fois, mais toujours au-dessus d’un point de deal rue d’Angleterre, les forces de l’ordre ont trouvé 19 sachets d’herbe de cannabis, autant de résine et 2 bonbonnes de cocaïne pour plus de 800 € à la revente.

Ces prises, quelques impressionnantes qu’elles semblent, « ne sont qu’une partie infime de la drogue revendue au quotidien sur Nantes », relève un policier. « Ce sont en gros les “fonds de caisse” d’un des nombreux dealers d’un des nombreux points de vente, c’est un millième des quantités qui s’échangent et ça montre à la population qu’on fait quelque chose, même si c’est en réalité rien par rapport à ce qui se vend – ou même par rapport à ce qui est stocké dans ces quartiers. Cependant, le trafic ne sera jamais tari, notamment parce qu’il sert de soupape de sécurité pour les quartiers et qu’il rapporte à l’État ».

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Tyrannie sanitaire en Loire-Atlantique : malgré le Pass sanitaire, le port du masque à nouveau obligatoire dans les bars et restaurants de 68 communes

Puisqu'on vous dit que le Pass sanitaire est avant tout un outil de contrôle des populations et qu'il ne...

Tyrannie sanitaire. « Non à l’état d’urgence sans fin ». De nouvelles manifestations le 30 octobre notamment à Saint-Brieuc et à Vannes

De nouvelles manifestations sont prévues, contre la tyrannie sanitaire, le 30 octobre notamment à Saint-Brieuc et à Vannes, mais...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés