Saint-Nolff (56). Les vaches n’auront plus de nom projeté vendredi 8 novembre [Vidéo]

A LA UNE

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

Comme chaque année, le mois de novembre est synonyme du lancement du mois du documentaire. La commune de Saint-Nolff, dans le Morbihan, y participe, comme tous les ans, pour vous faire découvrir un thème particulier.

Cette année il portera sur le monde agricole et la vie des agriculteurs avec la diffusion, le vendredi 8 novembre, du film Les vaches n’auront plus de nom d’Hubert Charuel (2019, durée 51 minutes).

Alors que son précédent film abordait la question de la paysannerie par le biais de la crise sanitaire majeure du XXe siècle (vache folle), Hubert Charuel raconte cette fois les transformations du métier, d’un point de vue personnel. Alors que son père prend sa retraite, sa mère doit réadapter sa façon de travailler et les conditions d’exploitation de son troupeau de vaches. Elle devra les déménager vers une ferme industrielle, ultra-moderne. Et Hubert, lui, filme. C’est un film touchant qui montre une autre facette du métier, de l’agricultrice, attachée à ses bêtes, qui doit se plier aux changements du monde moderne.

Vendredi 8 novembre à 20h30 au moulin de Gourvineg. Gratuit. Projection suivie d’une discussion.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

L’écriture inclusive officiellement interdite dans l’Education nationale

Dans une circulaire publiée au Bulletin officiel ce jour, l'Éducation nationale écarte "l’écriture dite inclusive qui utilise notamment le point médian". Cela...

La dernière bataille d’Anne de Bretagne : étude isotopique des combattants de 1491

Une équipe pluridisciplinaire de chercheurs de l’Inrap, du CNRS, des universités d’Ottawa, Rennes 2, Toulouse III - Paul Sabatier...

Articles liés

Agriculteurs en colère : « La loi n’est pas assez contraignante vis à vis des distributeurs »

Des milliers d'agriculteurs et des centaines de tracteurs ont convergé sur Lyon et Clermont-Ferrand ce jeudi 25 mars, charriant avec eux des tonnes de...

Macron veut-il vraiment restaurer notre souveraineté alimentaire ?

Retrouvez désormais chaque jour sur Breizh-info l’éditorial du jour du quotidien Présent (pour vous abonner ou commander un numéro c’est ici) Sur la souveraineté alimentaire,...

Comment l’Union Européenne laisse mourir les petits exploitants agricoles Français

C’est un nouveau coup dur pour les petits paysans. Alors que les négociations autour de la réforme de la politique agricole commune battent leur...

Face aux antispécistes, la réponse artistique d’un éleveur breton

Le 28 août dernier le monde paysan a à nouveau fait l'objet d'une attaque des antispécistes. Cette fois c'est une exploitation familiale du Finistère...