Un dangereux djihadiste transféré de Condé-sur-Sarthe à Nantes

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

Un détenu djihadiste avait fait parler de lui en octobre dernier à Condé-sur-Sarthe (61), un établissement haute sécurité situé entre Le Mans et Alençon. Après avoir sollicité son transfert sans succès, Franck Elong Abe, condamné à neuf ans de prison pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, « d’une grande fragilité psychologique », a dégradé à plus de dix reprises le mobilier de sa cellule entre le 11 juillet et le 29 août 2019, et mis le feu à divers endroits de sa cellule.

Libérable en février 2024, ce détenu qui a été emprisonné deux ans en Afghanistan à Bagram (2012-2014) par les Américains avant d’être rapatrié aux frais du contribuable français, a été transféré à Nantes où il purgera neuf mois de prison liés à ses dégradations de cellules à répétition – 14 en tout, suite au jugement du TGI d’Alençon en date du 10 octobre.  En mars 2015 il avait tenté de s’évader avec violence de l’hôpital-prison de Seclin (Nord) et a été condamné à quatre ans ferme.

Un autre détenu djihadiste était lui aussi jugé ce même 10 octobre à Alençon. Franck Siegler, déjà condamné à perpétuité pour assassinat, 52 ans, a lancé le 22 juin dernier à l’intention d’un surveillant de Condé-sur-Sarthe, via l’interphone, « le 5 mars si ça avait été moi j’aurais tranché la gorge aux surveillants. Bientôt, je ferai comme Dorffer, si je peux saigner du bleu, je vais saigner du bleu ».

« J’ai pris perpétuité, j’en n’ai rien à faire »

Le détenu, qui a refusé d’assister à son procès, a sobrement commenté : « j’ai pris perpétuité, j’en n’ai rien à faire ». En septembre 2019, déjà jugé pour des dégradations et des menaces, il avait proféré : « Je vais en tuer un. De toute façon dès que j’en aurai l’occasion, je vais tous vous tuer. Dès que je pourrai, je tuerai des surveillants et des juges » ; il avait alors été condamné à deux ans ferme.

Franck Siegler a été condamné en 1998 à dix ans de prison pour meurtre, a pris perpétuité en sus en 2010 pour un le meurtre d’un Mulhousien commis avec un complice à la suite d’une évasion après une permission en 2007, puis vient de reprendre 16 mois pour les propos tenus à Condé, des dégradations et des incendies commis dans la même prison de novembre 2018 à août 2019, et des menaces de mort envers des surveillants de Clairvaux en 2016. Il devrait en outre reprendre une peine très lourde, car il a tué un codétenu à Vendin-le-Vieil en 2017.

Il a en effet étranglé avec un lacet son codétenu Geoffroy Debouver, 27 ans, lui-même condamné à 20 ans de prison pour meurtre à Lille en 2011. Ce dernier est mort comme il a tué – sa victime avait été étranglée et égorgée au cutter, à la suite d’une dispute liée à un partage de profits dans une affaire de deal de cannabis.

Champion toute catégorie de la prise d’otages en prison

Francis Dorffer, auteur de la prise d’otage de deux surveillants à Condé-sur-Sarthe le 5 mars 2019, est le champion toute catégorie de la prise d’otages en prison : 2006 à Nancy (un psychiatre), 2009 à Clairvaux (un surveillant), 2010 à la Santé (encore un psychiatre), 2011 à Poissy (un gardien), 2017 à Ensisheim (un surveillant et une tentative d’évasion à la clé). Sa première condamnation remonte à 2000, lorsqu’il avait 16 ans, pour une fellation imposée à un camarade de foyer. Depuis, il a entre autres été condamné à 30 ans pour le meurtre d’un détenu à coups de fourchette à Metz en 2003, et 12 ans en avril 2018 après l’évasion ratée de 2017. Ce dernier détenu n’est pas djihadiste, mais très instable.

Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des...

Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes...

L'Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe...

Articles liés

Nantes : un Tunisien interpellé pour consultation de sites djihadistes

04/02/2017 - 07H00 Nantes (Breizh-info.com) - Mardi 31 janvier vers 18 heures 30, les gendarmes de la Chapelle-sur-Erdre procèdent à l'arrestation, dans le bourg...