alcool

La consommation excessive d’alcool chez les femmes aux USA a doublé en un peu plus d’une décennie, selon une nouvelle étude dévoilée par le Daily Mail. Plus de 42 % femmes de 30 à 44 ans sans enfant ont admis avoir consommé des quantités excessives d’alcool l’an dernier, comparativement à 20 % en 2006.

L’étude de l’université de Columbia visait à examiner les théories entourant la prévalence de la « consommation d’alcool par les mères » mais elle a révélé que les affirmations selon lesquelles c’est le groupe qui a connu la plus forte hausse n’étaient pas étayées par des preuves. Au lieu de cela, l’étude a révélé une augmentation de la consommation occasionnelle d’alcool parmi tous les groupes des 240 000 Américains qui ont participé – sauf les jeunes pères, âgés de 18 à 29 ans, qui boivent moins.

Mme McKetta, doctorante en santé publique, a déclaré : « Les plus fortes augmentations de la consommation excessive d’alcool ont été signalées chez les femmes âgées de 30 à 44 ans sans enfants – de 21 % en 2006 à 42 % en 2018. On ne sait toujours pas pourquoi les femmes augmentent leur consommation d’alcool par rapport aux hommes, mais nous encourageons les médecins à dépister tous les adultes – et non seulement certains groupes d’hommes et de femmes – pour les troubles liés à la consommation d’alcool et à les diriger vers un traitement approprié. La consommation excessive d’alcool a augmenté pour les femmes de tous les âges et de tous les statuts parentaux ».

L’étude montre également que si les mères de famille consomment de l’alcool, celles qui sont sans enfant boivent beaucoup plus. Les chercheurs ont étudié la consommation excessive d’alcool chez 239 944 adultes âgés de 18 à 55 ans dans le cadre de l’Enquête nationale de santé (National Health Interview Survey[NHIS]) pour les années 2006 à 2018. Ils ont ensuite vérifié s’il y avait des tendances à la hausse, à la baisse ou à peu près inchangées chez les hommes et les femmes selon le statut parental et l’âge.

Une forte consommation d’alcool se définit comme une consommation excessive d’alcool au moins cinq fois au cours des 30 derniers jours. La consommation excessive d’alcool est mesurée comme toute occasion de consommer plus de cinq verres au cours des deux dernières semaines.

Entre 2006 et 2010, la consommation excessive d’alcool a entraîné 88 000 décès et 2,5 millions d’années de vies potentiellement perdues chez les citoyens américains. La consommation d’alcool est en hausse chez tous les adultes américains, en particulier chez les femmes, quel que soit leur statut parental, ont déclaré les chercheurs.

L’année dernière, une étude mondiale menée auprès de 28 millions de personnes dans 195 pays a révélé que le Royaume-Uni était presque le seul pays à n’avoir aucune différence dans la quantité d’alcool consommée par les hommes et les femmes. Une croissance régulière de la consommation de vin depuis les années 1980 et la commercialisation de boissons ciblant les femmes, comme les cocktails, ont fait explosé la consommation des femmes britanniques. L’étude, menée à l’époque par l’université de Washington, a montré qu’elles consommaient en moyenne trois boissons alcoolisées par jour – exactement la même chose que les hommes.

Elle a établi un lien entre l’alcool et près de 3 millions de décès dans le monde. La recherche a révélé qu’il s’agissait du septième facteur de risque de décès prématuré et de maladie – et de la principale cause de décès avant l’âge de 50 ans. Selon les chercheurs, l’analyse n’a révélé aucun niveau sécuritaire de consommation d’alcool, ce qui donne à penser que l’abstinence est le seul moyen d’éviter les risques pour la santé qui y sont associés.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V