« Arrêtez de nous imposer les LGBT » : le rappeur J Hus met à mal « l’intersectionnalité des luttes » [Vidéo]

A LA UNE

Dans une série de tweets sur la colonisation, le rappeur brittanique J Hus a accusé les Européens de « forcer » l’Afrique à accueillir les LGBT et de se servir de l’homosexualité comme une arme contre les Africains. L’intersectionnalité des luttes aurait-elle du plomb dans l’aile outre-Manche ?

J Hus : « Arrêtez de nous imposer les LGBT »

Le rappeur J Hus a commencé à tweeter sur la colonisation de l’Afrique par l’Europe lundi 23 décembre. Dans l’un de ses très nombreux tweets, il écrit : « ARRÊTEZ DE NOUS IMPOSER LES LGBT. Vivez votre vie, je m’en fiche, mais ne me l’imposez pas, surtout quand vous ne voulez pas reconnaître ces luttes noires ».

LGBT
Source : metro.co.uk

Puis, face aux réactions d’hostilités suscités par sa déclaration, il ironise : « Croyez-moi, je ne suis pas homophobe. Plus il y a d’hommes gays, plus il y a de femmes pour moi. »

Précisons que cet homme d’origine africaine âgé de 23 ans, de son vrai nom Momodou Lamin Jallow, n’est pas un obscur rappeur sans audience mais bien une star de sa discipline cumulant des millions de vues sur YouTube. Et pas moins de 360 000 abonnés sur Twitter.

« Je défends ma culture »

Dans un autre tweet, J Hus a aussi affirmé : « Ils essaient [NDLR : l’Europe] de forcer le Ghana à inclure les LGBT dans leur éducation alors que ce n’est pas leur culture. Vous ne pouvez pas me dire qu’ils n’essaient pas de nous forcer. »

Un peu plus tard, le rappeur a semblé revenir sur ses propos, en disant « Ok, peut-être que je me trompe alors. Pardonnez-moi. Je ne veux offenser personne. De mon point de vue, je voyais les choses différemment. Vous pouvez me donner des cours. »

Tout en ajoutant par la suite : « Pour moi, il me semblait qu’ils l’utilisaient [NDLR : l’homosexualité] comme arme contre nous. »

Mais pour J Hus, le gap culturel entre les cultures traditionnelles africaines et le progressisme sociétal occidental incarné par la propagande LGBT est trop important : « Dans la culture que je pratique, nous ne sommes pas familiers avec ces choses, c’est pourquoi j’ai un point de vue différent. Je ne déteste personne, mais je défends ma culture. Ne le prenez pas mal. »

Au grand dam des militants LGBT accusés de ne pas défendre le sort des Noirs par J Hus. « Vous êtes de tous les combats, sauf de celui des hommes noirs hétérosexuels. Personne ne nous a jamais défendus. »

Selon le rappeur, la voie de la raison pour les Africains consisterait plutôt pour eux à se réapproprier leurs cultures ancestrales : « Je pense juste que nous devons revenir à notre vraie culture africaine », tweete t-il encore au milieu de la polémique déclenchée. Un retour aux sources aux accents ethno-différencialistes qui pourrait trouver un certain écho chez les Africains installés en Europe et peu enclins à suivre une jeunesse blanche qui, elle, a perdu tout repère culturel hérité des anciens.

AK

Crédit photos : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Bordeaux. Château l’Escart : le retour du fruit

Propriété conduite sous le régime de la biodynamie, le château l’Escart signe des vins au fruit plantureux et à...

« Pages arrachées au livre de Satan », chef d’œuvre de Dreyer, a 100 ans !

Davantage connu pour La Passion de Jeanne d’Arc, Carl Theodor Dreyer a réalisé il y a tout juste un...

Articles liés