La préfecture du Finistère vient d’interdire, du 2 au 6 janvier 2020, les manifestations autour des gares routières de Brest et de Quimper en raison de blocages et d’incidents survenus fin décembre.

« Des manifestations non déclarées ont conduit à des blocages intempestifs et sporadiques de dépôts de bus et des gares routières de Brest et Quimper les 23 et 30 décembre 2019, par des personnes extérieures aux entreprises concernées.
Outre les troubles à l’ordre public causés, la gêne occasionnée aux usagers des transports en commun, particulièrement pendant une période de grève des transports ferroviaires, et l’impact économique négatif induit par les retards, cette entrave délibérée à la circulation est de nature à mettre en danger les usagers et passants de ces zones de transit » indique la Préfecture.

« Ainsi, afin de garantir la sécurité des personnes et des biens, le préfet du Finistère, M. Pascal LELARGE, a décidé d’interdire toute manifestation du jeudi 2 au lundi 6 janvier 2020 autour des gares routières de Brest et Quimper . Le port et le transport, sans motif légitime, d’objets pouvant constituer une arme au sens de l’article 132-75 du code pénal sont interdits dans ces mêmes périmètres sur la même période. Ces mesures concourent à assurer la sécurité de tous. Le préfet du Finistère appelle chacun à faire preuve de responsabilité, en adoptant un comportement apaisé et pacifique ».

Les manifestations vont pourtant possiblement être nombreuses dans le secteur comme dans toute la France ces prochains jours. Du vendredi 3 au lundi 6 janvier, le collectif SOS Retraite, qui regroupe une quinzaine de professions libérales, appelle à une « grève glissante interprofessionnelle ». Parmi les professions concernées : des médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, orthophonistes, ou encore avocats et des experts comptables… Au total, le collectif revendique 700 000 professionnels.

Lundi 6 janvier, c’est au tour des avocats d’appeler à une grève « totale et générale » pour protester contre la réforme de leur propre régime de retraite. Puis, du mardi 7 janvier au vendredi 10 janvier, la Fédération CGT de la chimie appelle à accentuer le blocage dans les raffineries.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine