Anne-Marie Le Pourhiet : la censure se répand ici et là

A LA UNE

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...
Anne-Marie Le Pourhiet part en guerre contre l’esprit de censure qui se répand avec la complicité des pouvoirs publics.

Souvent, lorsque Anne-Marie Le Pourhiet , professeur de droit public à l’université Rennes –  1, et constitutionnaliste avertie, s’exprime dans la presse parisienne  c’est pour s’en prendre aux langues régionales et aux revendications régionalistes. On trouve des jacobins partout, même à l’Université ! Mais, actuellement, Mme Le Pourhiet  s’inquiète de l’accroissement des atteintes légales à la vie privée. Pour elle, « la menace pour les libertés vient moins directement de l’État lui-même que de la société civile où certains clans dictatoriaux ne reconnaissent plus ni la liberté des autres ni la primauté de l’intérêt général ».

La menace liberticide

Et de dénoncer ceux qui nourrissent cette « menace liberticide ». « Ce sont les militants communautaires, féministes, LGBT, antiracistes juifs, arméniens, décoloniaux, etcqui ont notamment dicté toutes les lois instituant des délits d’opinion et qui ont été ensuite habilités par l’État à se constituer partie civile de façon à pouvoir pourchasser devant les tribunaux répressifs les propos ou écrits qu’ils jugent offensants pour leu « communauté ». C’est exactement la même chose aujourd’hui en matière de délits sexuels. Des mouvements féministes enragés obtiennent des pouvoirs publics qui les financent un arsenal pénal invraisemblable dont sont écartés tous les grands principes du droit répressif issus de la philosophie des Lumières, lesquels sont considérés comme des obstacles et des entraves à leur « lutte ». À tel point que certaines prétendent désormais préférer le tribunal médiatique à la procédure judiciaire. Quant aux libertés académiques, elles sont régulièrement étouffées dans les universités avec la complicité passive de leurs présidents, une situation proche des films de Costa-Gavras. » (L’Express, 18 décembre 2019).

Certes il faut tenir compte de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (26 août 1789) qui précise en son article IV : « La liberté consiste à faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ». Sans oublier l’article X : « Nul ne peut être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi ». Et l’article XI : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi ».

Tout cela est bel et bon mais le combat idéologique sur toute autre considération et, surtout, se trouve à l’origine des « cas déterminés par la loi ». Et comme le droit rectifie le droit, de nouvelles lois – correspondant à l’air du temps diffusé par les médias mainstream – fabriquent des « droits » supplémentaires. La jurisprudence générée par l’Union européenne, le Conseil constitutionnel et le Conseil d’État favorise également cette évolution idéologique. Marquer quelques points aux élections ne permet pas de changer le discours idéologique dominant – celui de France Inter par exemple.

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV https://www.youtube.com/watch?v=NXtvjpY8aOg Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et...

Rennes. Wilhem Houssin, un père de famille tabassé à mort par une « une bande de jeunes »

Wilhem Houssin était un père de famille de 49 ans. Il a été tué lors d'une agression gratuite par une...

Articles liés

Référendum d’initiative citoyenne. Anne-Marie Le Pourhiet vs Olivier Duhamel

Du côté de la classe dominante, l’opposition est totale au référendum d’initiative citoyenne (RIC). On craint beaucoup que le politiquement correct ne soit pas...

Le réveil d’Anne-Marie Le Pourhiet

On se demandait ce que devenait Anne-Marie Le Pourhiet, vice-présidente de l’Association française de droit constitutionnel et professeur de droit public à l’Université de...

Valeurs républicaines. Pour la constitutionnaliste Anne-Marie Le Pourhiet , Macron est moins républicain que Marine Le Pen

03/05/2017 - 09H00 Rennes (Breizh-info.com) - Anne-Marie Le Pourhiet est juriste spécialiste de droit constitutionnel, professeur de droit public à l’Université de Rennes I ;...

Encore une loi qui porte atteinte à la liberté d’expression

♦ Manuel Valls présente un plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme qui vise à pénaliser toute opinion non-conforme, en s’affranchissant des protections...