Eugène Berg, ancien ambassadeur de France et essayiste, revient sur la nomination de Mikhaïl Michoustine au poste de Premier ministre russe ce 15 janvier. Quelques heures plus tôt, le gouvernement et son chef, Dmitri Medvedev, avaient démissionné.

Dmitri Medvedev a en effet présenté, mercredi 15 janvier, au président russe la démission de son gouvernement, quelques heures après un discours du chef de l’Etat annonçant des réformes de la Constitution russe devant renforcer les pouvoirs du Parlement tout en préservant le caractère présidentiel du système politique qu’il pilote depuis vingt ans.

« Ces changements [ceux annoncés par M. Poutine], une fois adoptés, (…) apporteront des changements significatifs non seulement à toute une série d’articles de la Constitution, mais aussi à l’équilibre du pouvoir, du pouvoir exécutif, du pouvoir législatif, du pouvoir judiciaire, a expliqué, selon les agences russes, M. Medvedev. Dans ce contexte, il est évident que nous, en tant que gouvernement de la Fédération de Russie, devons donner au président de notre pays les moyens de prendre toutes les mesures qui s’imposent. C’est pour cela (…) que le gouvernement dans son ensemble donne sa démission. »

Un résumé des déclarations de Vladimir Poutine

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine