Notre cerveau est-il prédisposé au racisme et à l’amour des siens ?

A LA UNE

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

« Inconsciemment, nous pensons que les personnes d’un groupe étranger sont moins humaines, moins intelligentes et moins susceptibles d’éprouver des sentiments complexes, montrent les études » explique Emmanuel Monnier, auteur de l’article, dont voici quelques extraits, intéressants :

Professeur à l’université de Yale, le psychologue John Dovidio démontre depuis plus de vingt-cinq ans que l’on peut avoir un discours sincèrement antiraciste tout en manifestant au quotidien des pratiques inconscientes de discrimination vis-à-vis de certaines catégories de personnes, dès lors qu’elles peuvent être justifiées par des arguments pseudo-rationnels. Il a ainsi confronté différentes personnes blanches à l’agression (simulée) d’une femme au couteau. Dans un cas, la femme agressée est blanche, dans l’autre, noire. Résultat ?

Quand la personne pense être le seul témoin de la scène et donc moralement tenue d’intervenir, elle porte secours à la victime, qu’elle soit blanche ou noire. Mais lorsque la personne croit que d’autres assistent comme elle à l’agression, et qu’elle peut donc se convaincre que d’autres interviendront à sa place, elle porte secours deux fois moins souvent à la femme noire qu’à la femme blanche (38 % contre 75 %). Idem lorsqu’on demande à des cobayes blancs, qui s’affirment pourtant non-racistes, de choisir un candidat pour un poste : quand les compétences sont sans ambiguïté, le candidat noir n’est pas discriminé. Mais lorsque ces compétences trahissent des forces et des faiblesses, le candidat blanc est systématiquement favorisé par rapport au candidat noir.

[…]

Amour des siens, haine de l’autre

Les psychologues sociaux ont démontré que le premier moteur de la discrimination n’est pas la haine de l’autre, mais l’amour des siens. Ils observent en effet, chez tous les individus, une inclination à favoriser le groupe auquel ils s’identifient (l’endogroupe) par rapport aux autres groupes (les exogroupes). Cet ethnocentrisme naîtrait du besoin fondamental de l’enfant de développer des relations privilégiées avec certaines personnes (ses parents, sa famille, ses amis…), ce qui a pour conséquence d’en exclure d’autres.

[…]

Quitte à faire souffrir l’autre groupe ? L’indifférence à la souffrance des étrangers a perdu de son mystère depuis qu’a émergé, dans les années 2000, le concept d’ »infrahumanisation » sur lequel Jacques-Philippe Leyens a beaucoup travaillé : les personnes d’un groupe étranger sont inconsciemment perçues comme moins humaines que celles de son propre groupe, c’est-à-dire moins intelligentes et moins susceptibles d’éprouver des sentiments complexes (amour, honte, admiration…).

[…]

Un résultat cohérent avec d’autres études qui ont relevé que plus la cohésion et l’altruisme entre les membres d’un groupe sont forts, plus ils s’accompagnent de comportements de rejets vis-à-vis des groupes extérieurs, les groupes soudés ayant plus tendance à considérer les autres comme moins humains qu’eux.

Difficile de chasser le naturel donc. A moins que nos chers décideurs politiques se mettent à travailler sur des médicaments visant à modifier le cerveau humain et nos comportements ? Ne riez pas, il y en a peut être qui y songent déjà…au nom de la lutte contre le racisme et les discriminations bien entendu…

L’article dans son intégralité sur Sciences & vie

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine –

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

La Confrérie des Frères musulmans, la racine jihadiste mondiale

Née en 1928 dans le contexte d'un retour au fondamentalisme religieux et du combat armé contre l'occupation occidentale, en...

Fin ar Bed. La deuxième saison du thriller en Breton, à ne pas manquer !

La série Fin ar bed est de retour pour une deuxième saison. Nous avions déjà évoqué la première de...

Articles liés

Université. « Racisme, genre, race, intersectionnalité, discrimination post-colonial, décolonial, islamophobie ». Des thèmes majoritaires dans les publications scientifiques.

« Racisme, genre, race, intersectionnalité, discrimination post-colonial, décolonial, islamophobie ». Trois universitaires viennent de démontrer par les chiffres que la recherche autour de ces...

Troubles et maladies neuropsychiatriques : comment comprendre la complexité du cerveau ?

Afin de mieux comprendre les origines de ces dysfonctionnements, de nombreuses approches expérimentales permettent d’étudier le cerveau et les comportements dans des conditions tantôt...

Histoire des neurosciences : entre ruptures et continuité

La science n'est pas linéaire. Les neurosciences en sont la parfaite illustration. C'est ce que démontreront un neurochirurgien en nous contant l’histoire de la...

États-Unis. En raison de leur couleur, les agriculteurs blancs se partagent les miettes des aides contre le Covid-19

Les agriculteurs blancs des États-Unis ont eu la mauvaise surprise de constater que la moitié de la somme dédiée au plan d'aide contre le...