Subitement, Myriam Naël a tout lâché. Son poste d’adjointe au maire à Nantes, sa place (7e) sur la liste de Johanna Rolland aux municipales, tout. Un communiqué, lapidaire, faisait état de sa démission au « nom de ses valeurs morales » et de son « sens de l’éthique », et ce « avec une immense tristesse, mais en responsabilité ». En réalité, son conjoint a été mis en cause dans une grave affaire de mœurs, aux accents de pédophilie.

Son conjoint depuis un an, éducateur en milieu périscolaire, a été mis en cause pour faits d’agressions sexuelles, de tentatives d’agressions sexuelles sur mineurs et de détention d’images pédopornographiques. Il a été placé en détention provisoire il y a peu. Les faits auraient été commis dans la métropole nantaise, dans le cadre professionnel, après plusieurs signalements et une enquête de la brigade de la protection de la famille de la police de Nantes. Un juge d’instruction a été saisi.

Chargée de l’éducation, de la réussite éducative et de la politique de la ville, Myriam Nael n’apparaît plus sur le site de la ville dont elle était adjointe au maire. Coordinatrice associative de métier, elle était aussi élue de quartier Nantes nord. Elle s’était prononcée à plusieurs reprises pour l’accueil des migrants, mettant notamment en avant en septembre dernier l’action des bailleurs sociaux en la matière… pourtant censés loger en premier les sans-logis originaires de la métropole nantaise.

Un ex-adjoint à la culture, qui ne se représente pas – il y a été quelque peu obligé par un rapport lapidaire de la cour régionale des comptes sur la gestion de l’ESBANM qu’il présidait – affirme sur Facebook son soutien à Myriam Naël, « militante hors pair, femme de cœur et de courage, Myriam est un exemple pour beaucoup ».

L’élu communiste Aymeric Seasseau, qui lui rempile, en échange du soutien d’un PCF fantomatique à un PS sévèrement encalminé lui aussi, est plus direct, toujours sur Facebook : « Quelle tristesse de devoir se priver de Myriam dans la campagne en cours […] elle a été une excellente adjointe, une femme de gauche proche des milieux populaires […] malheureusement les mauvaises rencontres et les accidents de la vie n’épargnent personne ».

Sur la liste de Mme Rolland, Myriam Naël est remplacée par Abassia Hakem, adjointe à la solidarité et l’insertion, actuellement 19e. Une nouvelle socialiste sera intégrée en fin de liste cette semaine.

Louis Moulin

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine