Fram, Tui, Club Med…Le Tourisme fortement impacté par le coronavirus ?

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Ils ont beau rivaliser de belles promesses, proposer des codes promo à la pelle, comme le tout dernier de Univers-Vacances.fr chez FRAM, ou encore tenter de rassurer leur clientèle : les agences et clubs de voyage devraient bel et bien souffrir du coronavirus en cette année 2020.

Alors que quelques pays comme l’Italie ont d’ores et déjà fermé leurs frontières aux visiteurs, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a effectivement estimé ces derniers jours que le marché français du tourisme avait déjà subi une perte de 20% de son chiffre d’affaires, soit près de 6 milliards d’euros depuis la propagation du Covid-19 au sein de l’Hexagone.

Outre la diminution de la clientèle chinoise, qui représente tout de même 250 milliards d’euros de dépenses touristiques dans le monde chaque année, la crainte des touristes français à s’exiler ou même de ne pas pouvoir revenir en France en sont notamment les causes, et pourraient annoncer des jours difficiles pour un secteur déjà touché par la crise des gilets jaunes l’an dernier.

Si l’Île-de-France reste la région la plus touchée par le phénomène, attractivité de Paris oblige, les établissements bretons surveillent également la situation de près, eux qui ont presque atteint la barre des 20 millions de nuitées annuellement réservées ces trois dernières années.

Alors que de nombreux événements, culturels, musicaux, ont déjà dû être annulés dans la Région, l’évolution du virus dans les prochaines semaines sera certainement décisive pour le domaine. Et quand on sait que le secteur représente une part croissante de l’économie bretonne, il y a fort à parier que de nombreuses questions seront soulevées ces prochains jours.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Patrick Buisson interrogé par Charlotte d’Ornellas : « La modernité nous met face à notre propre vide » [Interview]

Patrick Buisson politologue et ancien conseiller personnel du président Sarkozy, publie un nouvel essai qui raconte tout ce que...

Tour d’Italie. Caleb Ewan remporte la 7ème étape du Giro

Deuxième victoire d'étape pour Caleb Ewan (Lotto-Soudal) le 14 mai 2021, à l'occasion de la 7ème étape du Giro....

Articles liés

Le problème insoluble de la crise du COVID. Faut-il en finir avec les aides ?

La crise du COVID aura marqué les esprits pour les décennies à venir. D'abord la crise sanitaire aura endeuillé une partie de la population...

Fonderies : le plan de 50 millions d’euros ne convainc pas

La fonderie française fait face à de grandes difficultés. L’État a mis en place un plan d’action pour la reconversion d’une partie des salariés. Fragilisée,...

Fondation de l’Université de Corse : 4ème édition du concours Start’in Corsica

Depuis sa création en 2011, la Fondation de l’Université de Corse a mis en place de nombreux dispositifs pour sensibiliser et accompagner les étudiants...

L’État, ennemi numéro 1 de l’épargnant. Comment livrer bataille intelligemment ?

Avec un surcroît d’épargne de près de 200 milliards d’euros des ménages français, l’État, non sans raison, cherche à faire recalculer ces sommes colossales...