Chypre. Les migrants utilisés comme arme de Grand Remplacement par la Turquie ?

A LA UNE

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

Chypre demande de l’aide de la part de l’UE pour faire face à l’arrivée de migrants dans la partie sud (grecque) de l’île. Des migrants qui transitent généralement plutôt par le nord aux mains des Turcs. Qui jouerait la carte de la substitution de populations ?

Chypre grand-remplacée par les migrants ?

À Chypre, les migrants arrivés depuis la Turquie ont-ils été envoyés par cette dernière à des fins bien précises ? C’est ce que pense en tout cas le gouvernement chypriote. À la fin du mois de février dernier, le ministre de l’Intérieur Nicos Nouris accusait la Turquie d’avoir délibérément canalisé des migrants pendant des mois vers le sud chypriote grec de l’île, ethniquement divisé, afin de modifier la composition de sa population.

Nicos Nouris a ainsi déclaré que jusqu’à deux tiers des migrants arrivant dans la partie sud de l’île, membre de l’Union européenne mais pas inclue dans l’espace Schengen, y parviennent depuis la partie nord, à savoir la République turque de Chypre du Nord. Une entité qui a la particularité de n’être reconnue que par la Turquie et qui a fait suite à la partition de l’île en 1974 lors du débarquement des forces turques.

Selon le ministre de l’Intérieur chypriote, « nous maintenons qu’il y a un but et un objectif très spécifique, qui est de modifier le caractère démographique de l’île, et il est clair que nous ne pouvons pas continuer à accepter des migrants en si grand nombre ».

Chypre
Séparation politique de Chypre. Source : Calenda.org

Forte augmentation du nombre de migrants

Si la situation demeure moins explosive que sur l’île de Lesbos, en proie aux protestations des autochtones face à l’afflux massif de migrants, les autorités chypriotes grecques sont elles aussi en alerte. Actuellement, près de 21 000 demandeurs d’asile stationneraient dans la partie sud de l’île, soit 3,8 % de sa population. La plupart d’entre eux sont originaires du Moyen-Orient, principalement de Syrie, et d’Asie. Une proportion que Chypre considère comme étant la plus forte parmi tous les États membres de l’UE. Par ailleurs, déjà 12 000 individus ont obtenu l’asile.

Géographiquement isolé, le gouvernement de Chypre s’est alors tourné vers l’UE pour obtenir un soutien financier et matériel supplémentaire afin de l’aider à faire face à l’afflux de migrants, notamment pour renforcer la surveillance maritime. Le ministre de l’Intérieur s’est récemment rendu à Bruxelles pour plaider en faveur d’une politique européenne globale de migration permettant une répartition plus équitable des migrants qui ont obtenu l’asile.

En attendant, pour faire face à la situation, Chypre a fait plus que doubler le nombre de fonctionnaires chargés de l’examen des demandes d’asile tandis que les délais de dépôts des demandes sont dorénavant raccourcis. Dans le même temps, les expulsions sont accélérées. Un nouveau centre d’accueil d’une capacité de 600 places pour les migrants attendant de voir leurs demandes d’asile traitées doit aussi être construit. Autant de mesures qui ne constituent absolument pas une réponse à long terme face à la pression migratoire et, dans ce cas précis, démographique.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas vivre sur le même sol...

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas...

Rennes. Un individu fonce en voiture sur un policier

Dans la nuit du 5 au 6 mai à Rennes, du côté de la Prévalaye, quatre policiers qui réalisaient...

Articles liés

Turquie : Erdogan annonce un confinement total de 17 jours

En Turquie, le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé un nouveau confinement à compter du 29 avril. Des mesures strictes, nécessaires selon l’exécutif pour...

Loire-Atlantique. Le préfet va-t-il capituler sur la régularisation d’un migrant « face à l’émotion » ? [MAJ : Capitulation de la Préfecture]

MAJ du 27 avril 6h50 : Comme c'était prévisible, le Préfet de Loire-Atlantique, qui n'hésite pas à envoyer ses troupes faire de la répression...

Lesbos (Grèce) : La Moria, submersion migratoire

Reportage d'investigation signé Paronym France, sur la situation migratoire de Lesbos, cette île grecque est à seulement 9km des côtes turques, elle se trouve...

Suède. Les Suédois de souche minoritaires en 2065, l’islam religion dominante à partir de 2100 ?

Les Suédois de souche pourraient être minoritaires dans leur pays à l'horizon 2065 selon certaines projections. Tout comme l'islam pourrait devenir la religion majoritaire...