Remarque préliminaire : L’information sur le coronavirus est omniprésente, à toute heure de la journée. Elle peut devenir anxiogène pour certains. Il est donc utile, une fois de plus, de relativiser.

Moins de morts que la grippe saisonnière ?

L’Organisation Mondiale de la Santé nous apprend que, chaque année, la grippe saisonnière est responsable de 5 millions de cas «graves» qui entraînent entre 280 000 et 600 000 décès. Le Covid-19 n’a, à ce jour, affecté que 600 000 personnes dont seulement 60 000 cas graves qui se sont traduits par 26 000 décès.

Bien sûr, la pandémie n’est pas terminée, mais nous avons l’exemple de l’Asie de l’Est qui est en passe de sortir de l’épidémie et pour laquelle les pertes humaines ont été dérisoires: exemple ? En Chine 3 200 décès du Covid-19 contre 82 500 à 94 000 décès liés à la grippe saisonnière lors d’une année «normale».

Bien sûr, l’occident, peut être trop sûr de lui, mal préparé, mal équipé, mal dirigé, a tardé à réagir et va finir, tous pays cumulés, par payer de 30 à 50 fois plus cher que la Chine. Mais 50 x 3200 = 160 000 décès. Nous devrions rester en dessous des pertes d’une année normale de grippe saisonnière au niveau planétaire. D’autant que la grippe saisonnière n’a quasiment pas frappé dans l’hiver 2019- 2020 ( 72 décès en France contre 8 100 durant l’hiver 2018-2019).

Ce qui devrait inquiéter le public, ce n’est pas tant le bilan humain qui sera proche d’une année «normale», c’est le devenir économique et social d’un occident couvert de dettes, divisé et fragilisé de toute part. Là sera le vrai problème à résoudre qui nous affectera tous dans la durée.

La question du jour : À l’heure où nos capacités hospitalières sont saturées, peut-on compter sur une aide de l’UE ou de l’OTAN ?

Ma réponse: C’est peu probable, oualors l’aide sera très symbolique: quelques dizaines de lits de réanimation au mieux pourraient être proposés par l’Allemagne dont les hôpitaux ne sont pas encore saturés, mais qui, à tort ou à raison, s’attend au pire et préférerait naturellement les garder pour des patients allemands. La France peut difficilement espérer l’aide de l’Italie, de l’Espagne, du Royaume Uni, de la Belgique, des Pays Bas etde la Suissedont les capacités hospitalières sont déjà plus que saturées.

L’exemple d’une Italie toujours pragmatique est toutefois intéressant. Se rendant compte qu’elle n’avait rien à attendre de l’UE, l’Italie a intelligemment ravalé sa fierté et fait appel à des pays dont les capacités hospitalières étaient ou redevenaient disponibles (Russie et Chine) ou à des pays réputés pour la qualité de leur médecine (Cuba et Vénézuela). Ces pays ont tous répondu présents. Évidemment les instances et les médias européens ont immédiatement réagi en prétendant que cette aide serait «intéressée», alors que seule l’aide que l’UE ou l’OTAN sont incapables de fournir aurait été désintéressée (si elle avait été possible). L’Italie est passée outre l’avis de l’UE et de l’OTAN…..

On voit mal la France ravaler sa fierté (comme a su le faire l’Italie) pour demander assistance à la Russie, qui a pourtant proposé, hier, son aide aux USA fortement touchés. La gouvernance française préférera voir mourir quelques milliers de français, faute de moyens suffisants pour les soigner, plutôt que de «s’abaisser» à demander une aide. Et pourtant la Russie, elle aussi européenne, nous accorderait volontiers cette aide, comme elle l’a fait pour l’Italie. On est encore très loin, hélas, d’une «maison commune» qui irait de l’Atlantique à l’Oural et pourtant, un combat côte à côte contre l’épidémie aurait pu rapprocher nos pays …..

Situation de l’épidémie COVID-19 au 28 mars 2020 à 0h10 GMT

Depuis le début de l’épidémie:

199 pays (+1) ont été affectés par le virus, pour 594 489 (+62 624) cas déclarés.

27 255 décès (+ 3 182 hier) ; 133 006 guérisons (+ 9 614 hier) ;

434 228 patients (+ 52 000 hier) en cours de soins, dont 23 515 en état critique (+ 4 000 hier).

  • 3 182 nouveaux décès du coronavirus (+ 488 par rapport à la veille) dans la seule journée du 27 mars. Cela représente presque les pertes de la Chine ….en une seule journée.
  • 13 pays seulement ont déclaré plus de 100 décès depuis le début de l’épidémie (Italie, Chine, Espagne, Iran, France, USA, Royaume Uni, Pays Bas, Corée du Sud, Allemagne, Suisse, Belgique et Suède).
  • Sur les 27 255 décès enregistrés dans le monde depuis le début de l’épidémie, 25 972 l’ont été dans ces 13 pays (95,2%) et 17 720 (73,9%) dans les pays occidentaux (US, UE, OTAN).

2 920 des 3 182 décès d’hier (91,8%) sont « US, UE, OTAN ». C’est ce camp qui paiera le prix le plus fort tant sur le plan humain que sur le plan économique (récession inévitable, crise économique possible)

La journée du 27 mars est pire que celle d’hier en raison de la forte hausse du nombre de nouveaux cas aux USA (+ 17 029), mais aussi au Royaume Uni, en Allemagne, en Autriche et en Suisse.

D’autres journées, pires encore,se suivront dans la semaine qui vient. Le cap du million de cas devrait être franchi vendredi prochain.

Comme hier, la situation ne reste vraiment préoccupante que dans 5 pays: Les USA, l’Italie, l’Espagne, la France et l’Iran. Ce pourrait bien être, dans l’ordre, le quintet de tête à la fin de l’épidémie, tant pour les pertes humaines que pour les dommages économiques. Il n’est pas exclu que le Royaume Uni s’empare de la 5ème place et y remplace l’Iran…..

Notons que la Chine, qui se sort progressivement d’affaire, avec seulement 886 cas critiques, ne figurera pas dans ce quintet.

Général (2s) Dominique Delawarde

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine