Covid-19. Situation au 4 Avril 2020 : La France en tête de la mortalité quotidienne

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Situation de l’épidémie COVID-19 au 4 Avril 2020 à 0h00 GMT

Depuis le début de l’épidémie :

205 pays ou territoires (+1) ou bateaux (2) ont été affectés par le virus, pour 1 098 006 (+82 911) cas déclarés.

On compte 59 141 décès (+ 5 973 hier) ; 228 405 guérisons (+ 16 300 hier) ;

810 460 patients (+ 61 000 hier) en cours de soins, dont 39 439 en état critique (+ 1 730 hier).

38 pays ont eu de 1 à 10 cas détectés depuis le début de l’épidémie (28 d’entre eux ne comptent aucun décès, et les 10 autres ne comptent au total que 13 décès.)

49 pays comptent entre 11 et 100 cas détectés depuis le début de l’épidémie pour un total de 47 décès.

  • 5 973 nouveaux décès du coronavirus (+ 8 par rapport à la veille) dans la seule journée du 3 avril. Cela représente plus que les pertes totale de l’Asie de l’Est (Chine + Japon + Corée du Sud + Malaisie) depuis le début de l’épidémie, en une seule journée.
  • 10 pays ont déclaré plus de 1000 décès depuis le début de l’épidémie (Italie, Espagne, USA, France, Chine, Iran, Royaume Uni, Pays Bas, Belgique, Allemagne,
  • Sur les 59 141 décès enregistrés dans le monde depuis le début de l’épidémie, 53 935 l’ont été dans ces 10 pays (91,1 %) et 50 220 (84,9%) dans les pays occidentaux (US, UE, OTAN).

5 585 des 5 973 décès enregistrés hier (93,5%) viennent des pays « US, UE, OTAN ». C’est ce camp qui paiera le prix le plus fort tant sur le plan humain que sur le plan économique (récession inévitable, crise économique possible).

Le 3 avril, journée la plus meurtrière à ce jour

Au niveau de la planète, la journée d’hier, est, à ce jour, la journée la plus meurtrière de cette épidémie. Au rythme où vont les choses, le cap des 2 millions de cas et des 100 000 décès devrait être franchi avant la fin de la semaine prochaine.

Pour relativiser, l’Organisation mondiale de la Santé nous apprend que, chaque année, la grippe saisonnière est responsable de 5 millions de cas « graves » qui entraînent entre 280 000 et 600 000 décès. Le Covid-19 n’a, à ce jour, affecté que 1,1 million de personnes dont moins de 100 000 cas graves qui se sont traduits par moins de 60 000 décès à ce jour.

Au niveau de la planète, tous les indicateurs sont en hausse. La France, les USA et l’Espagne sont les trois pays les plus en souffrance. La situation continue de s’y détériorer.

Les USA parviennent à limiter, pour l’instant, leurs pertes à 1 321 décès quotidiens malgré une hausse du nombre des nouveaux cas et des cas critiques. Ils semblent utiliser la stratégie allemande : tester beaucoup et traiter au plus tôt. Cette stratégie s’avère, pour l’instant, payante.

La France en tête de la mortalité quotidienne

La France prend désormais la tête de la mortalité quotidienne et du nombre de cas critiques à l’échelle de la planète. Son différentiel d’efficacité avec l’Allemagne, mais aussi avec d’autres pays, apparaît chaque jour plus flagrante. Sa stratégie, qui consiste à tester peu et à prendre en charge les patients bien trop tard, s’avère catastrophique en terme de bilan.

Voici une comparaison du nombre de test effectués à ce jour entre trois pays : Allemagne 483 295 soit 5 768 par million d’habitants ; Corée du Sud 421 547 soit 8 222 par million d’habitants ; France 101 046 soit 1 548 par million d’habitants. Nous avons testé 4 fois moins que l’Allemagne et 5 fois moins que la Corée. Regardez le bilan et cherchez l’erreur…

Tous les pays qui testent beaucoup et traitent au plus tôt ont fait et continuent de faire beaucoup mieux que nous.

C’est un fait indéniable que l’on meurt moins à Marseille, où l’on teste beaucoup et où l’on traite au plus tôt, que partout ailleurs en France où les structures hospitalières sont saturées et où l’on doit se résoudre à trier les patients à sauver en fonction de leur espérance de vie (donc de leur âge).

L’impréparation du pays, le manque de moyens des structures de santé, les pertes de temps en début d’épidémie et les atermoiements des politiques qui ne nous ont pas permis de combler nos retards, tout cela se paye cash aujourd’hui.

L’Italie a stabilisé sa situation et la réduction du nombre de nouveaux cas lui fait espérer une amélioration progressive dans les jours qui viennent.

L’Allemagne a, elle aussi, des indicateurs encourageants: baisse des nouveaux cas et des décès et stabilisation du nombre des cas critiques. Elle devrait se sortir d’affaire avant les trois pays latins les plus touchés avec des pertes humaines comparativement très limitées.

La situation se détériore progressivement au Royaume Uni. Son compteur de cas critiques étant bloqué à 163 depuis plusieurs jours, on finit par se demander si le pays ne dispose que de 163 lits de réanimation et comment font les Britanniques pour enregistrer 684 décès avec seulement 163 cas sérieux ou critiques.

Corée du Sud, Suède, Pays Bas : ces pays qui ont choisi la stratégie de ne pas confiner les bien-portants et qui n’ont pas arrêté l’économie du pays, en faisant le pari d’une immunité de groupe, ont un taux de mortalité inférieur au nôtre.

Le Canada contrôle parfaitement l’épidémie jusqu’à présent. Lui aussi a choisi la bonne stratégie de tester beaucoup et de traiter au plus tôt. Entré dans la ronde épidémique avec plus de 10 jours de retard sur la France, il a déjà effectué 261 975 tests soit 6 941 par million d’habitants soit 4,5 fois plus que la France. Il ne devrait pas connaître les problèmes que nous avons connus.

Focus sur la situation en Amérique du Sud

Comme chacun pourra le constater en prenant connaissance du tableau ci après, la situation est loin d’être préoccupante en Amérique du Sud.

Alors que l’épidémie fait rage en Amérique du Nord, à l’exception notable du Mexique, les Caraïbes, l’Amérique Centrale et celle du Sud semblent relativement épargnés jusqu’à présent.

Juste un mot sur le Mexique, pays d’Amérique du Nord, dont tous les indicateurs Covid-19 sont proches de ceux des Amériques centrale et du Sud : Avec un taux d’infestation Covid-19 enregistré de 11 par Million d’habitants et un taux de mortalité de 0,3 par Million d’habitants, le Mexique, épargné jusqu’ici, craint que les citoyens de son puissant voisin US, dont les indicateurs Covid-19 sont comparativement très inquiétants (740/ par Million pour les cas détectés et 18 par Million pour la mortalité), émigrent en masse pour échapper à la malédiction et y propagent l’infestation US en territoire mexicain.

Venons en à l’Amérique centrale et du Sud qui comptent environ 500 millions d’habitants avec les îles des Caraïbes.

En première analyse, l’épidémie Covid-19 n’y fait pas encore grand ravage.

Les quatre pays qui s’inscrivent en tête du palmarès avec, à eux seuls, 70% des cas et 70% des décès de toute la zone : Le Brésil, le Chili, le Panama et l’Équateur sont, par coïncidence, des pays dont les présidents ont été élus récemment avec un très fort soutien des États-Unis et dont les territoires sont aujourd’hui « infestés » par de nombreux « conseillers » américains, en charge de maintenir au pouvoir, envers et contre tout, les gouvernances pro-américaines, objets de fortes contestations sociales.

À noter que le seul grand pays protégé de toute influence US par l’embargo dont il est l’objet, le Venezuela, semble miraculeusement épargné au point d’envoyer ses médecins aider un pays de l’Otan : l’Italie.

 

Général (2s) Dominique Delawarde

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Patrick Buisson interrogé par Charlotte d’Ornellas : « La modernité nous met face à notre propre vide » [Interview]

Patrick Buisson politologue et ancien conseiller personnel du président Sarkozy, publie un nouvel essai qui raconte tout ce que...

Tour d’Italie. Caleb Ewan remporte la 7ème étape du Giro

Deuxième victoire d'étape pour Caleb Ewan (Lotto-Soudal) le 14 mai 2021, à l'occasion de la 7ème étape du Giro....

Articles liés

Le problème insoluble de la crise du COVID. Faut-il en finir avec les aides ?

La crise du COVID aura marqué les esprits pour les décennies à venir. D'abord la crise sanitaire aura endeuillé une partie de la population...

Alternative au vaccin Covid-19. La biotech nantaise Xenothera annonce une précommande de la France pour son traitement

Il aura fallu du temps pour que l'Etat se décide ! La biotech nantaise Xenothera, créée en 2014, a annoncé mardi 11 mai avoir...

Covid-19 : la fin du début ou le début de la fin de l’état d’urgence ?

A la Une de cette édition, retour sur l’actualité du Covid. Alors que la réouverture des terrasses se confirme pour le 19 mai prochain,...

Covid-19. « Se vacciner pour protéger les autres ». A quand une grande vaccination contre l’immigration de masse ? [L’Agora]

L’argument pour faire que les Français se vaccinent en masse contre le Covid-19 est, outre le fait de retrouver les libertés que les autorités...