Royaume-Uni. De l’immunité collective au dépistage massif : le revirement de Boris Johnson

A LA UNE

Le Royaume-Uni va étendre ses tests de dépistage à tous les travailleurs-clés du pays. Une mesure qui ferait presque oublier le retard pris au début de la pandémie par le gouvernement de Boris Johnson.

100 000 tests par jour pour les travailleurs-clés

Le temps où le Premier ministre britannique Boris Johnson relativisait la dangerosité du coronavirus est désormais révolu. Tandis qu’il préconisait alors un simple lavage de mains pour éviter la contamination et ironisait sur les mesures prises par certains États européens en choisissant la voie de l’immunité collective pour le Royaume-Uni. Peu après, l’homme changea d’avis et décida de lancer une politique de dépistage à grande échelle, avant de faire un passage par le service de soins intensifs de l’hôpital Saint-Thomas de Londres car ayant lui-même contracté le Covid-19…

Jeudi 23 avril, le Royaume-Uni a annoncé cette fois que les tests de dépistage du coronavirus vont être étendus à tous les travailleurs-clés, à savoir les soignants, enseignants et policiers, et alors que la pandémie a déjà occasionné 19 000 décès outre-Manche. L’objectif des autorités est de réaliser quelques 100 000 tests par jour d’ici à la fin avril.

Un dépistage massif pour « remettre le Royaume-Uni sur pieds » 

Si l’accès aux test fut d’abord réservé aux cas les plus critiques ainsi qu’aux soignants britanniques en première ligne, Boris Johnson a donc revu sa copie et s’inscrit dans la continuité de pays comme l’Allemagne ou la Corée du Sud, ayant quant à eux opté pour le dépistage massif dès le début de la pandémie sur leur sol.

Lors d’une conférence de presse, le ministre de la Santé britannique Matt Hancock a déclaré l’accès aux tests est désormais élargi aux travailleurs-clés et leur famille : « À partir de demain, tout travailleur-clé ayant besoin d’un test pourra prendre rendez-vous directement lui-même », ajoutant qu’il s’agissait aussi de « remettre le Royaume-Uni sur pieds ». Rappelons que le pays est actuellement le plus durement touché en Europe puisqu’il recensait plus de 138 000 cas de Covd-19 au 23 avril. Quant au confinement en vigueur depuis le 23 mars dernier, il doit se prolonger encore au moins deux semaines.

Le secteur agricole sous pression

Outre cette nécessité de dépister les travailleurs, le Royaume-Uni souffre aussi d’une pénurie de main d’œuvre dans le secteur agricole alors que la saison des récoltes approche. À tel point que, faute de trouver un nombre suffisant d’employés sur leur sol, des agriculteurs britanniques ont décidé de recourir à des travailleurs en provenance d’Europe de l’Est pour effectuer la cueillette des fruits et légumes.

Compte tenu du difficile arbitrage entre préservation de la santé de la population et nécessité d’une reprise économique rapide, une politique de dépistage massif accompagnée de la mise à disposition en grande quantité du matériel de protection sanitaire adapté semble être à la ligne de crête à suivre pour les dirigeants européens. Pour ceux qui en ont les moyens tout du moins, la France et sa gestion logistique calamiteuse étant le parfait contre-exemple.

AK

Crédit photo : DR (Photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Valérie Pécresse sera la candidate Les Républicains (LR) à la présidentielle 2022

Les résultats du second tour du congrès de désignation du candidat Les Républicains à l'élection présidentielle sont tombés. La...

Littérature pour enfants. Madame la Chouette vous propose sa sélection de Noël [Partie 2]

Voici la deuxième partie de la sélection de Noël de Madame la Chouette, animatrice et rédactrice du site Chouette...

Articles liés