Langue bretonne : Avec Le Clézio et d’autres on pourrait faire beaucoup…

A LA UNE

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Jean-Marie Le Clézio nous parle de la Bretagne de son enfance et déplore la disparition du breton dans Chansons bretonnes.

C’est vrai, on ne sait pas mobiliser les grands noms qui s’illustrent à Paris et qui, l’âge venant, se souviennent qu’ils sont bretons. C’est le cas de Jean-Marie Le Clézio, prix Nobel de littérature en 2008. Il vient de publier Chansons bretonnes (Gallimard), livre dans lequel il évoque la Bretagne de son enfance, celle qu’il a connue lors des étés passés près de Bénodet entre 1948 et 1954.

« Il y avait alors des marqueurs très forts, qui se sont effacés depuis. Le principal, c’était la langue bretonne. À l’époque nous habitions Nice, mon père, ma mère, mon frère et moi. L’été nous étions immergés dans une société où le breton était dominant. Il fallait apprendre des mots : pour jouer avec les autres enfants, aller à la pêche avec eux et se différencier des simples touristes… Pourquoi le breton a-t-il disparu ? Au fond, c’est pour cela que j’ai eu envie de parler de la Bretagne. Le progrès économique s’est accompagné d’une dégradation culturelle (…) La Bretagne de mon enfance était miséreuse. Les pêcheurs s’en sortaient, mais les agriculteurs vivaient dans la dèche, dans des conditions qui, aujourd’hui, seraient celles d’un paysan africain, avec un sol enterre battue, une maison chauffée par le bétail et juste une cheminée. Tout ça était encore là quand j’étais enfant. C’est la Bretagne qu’avait connue Gauguin, avec des problèmes économiques très graves. Aujourd’hui les villages sont devenus propres, on a planté des fleurs, ça ressemble parfois moins à la France qu’à la Hollande… » (L’Obs, 26 mars 2020).

Un grand écrivain français intervenant en faveur de la langue bretonne, voilà qui aurait de la gueule. Les médias « officiels » ne pourraient que lui ouvrir leurs portes. Encore faut-il que les militants comprennent l’importance de l’appui médiatique. C’est peut-être l’erreur commise récemment par Paul Molac. Son opération, à l’Assemblée nationale, faisait figure de combat solitaire et ne bénéficiait pas des soutiens indispensables pour que les politiques bretons se sentent concernés. Mais qu’un nombre important de gens connus de la littérature, du spectacle et du sport signent un appel en faveur du breton, voilà qui donnerait du poids à l’affaire. Et nos députés et sénateurs se sentiraient obligés de se remuer, habitués qu’ils sont à pratiquer le « suivisme ». Bien entendu, il faut donner à l’opération un côté « moderne » et sortir du cercle breton habituel.

B. Morvan

Crédit photo : ActuaLitte/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« N’y va pas». Lettre ouverte à Éric Zemmour [ L’Agora]

Cher Camarade, C’est comme ton Grand Ancien, puisque tu es sorti de la rue Saint-Guillaume promotion 1979 (SP) et moi...

Armée. La réponse d’un militaire d’active à la lettre du général Lecointre

Suite à la publication de la lettre ouverte d'anciens militaires et de celle de militaires d'active, alertant sur la...

Articles liés

Fin ar Bed. La deuxième saison du thriller en Breton, à ne pas manquer !

La série Fin ar bed est de retour pour une deuxième saison. Nous avions déjà évoqué la première de cet excellent thriller en langue...

Carhaix (29). Une formation longue distance au Breton, de septembre 2021 à mars 2022

Pour ceux qui sont au chômage, ou qui disposent de temps devant eux (ou qui veulent se reconvertir), c'est le moment de se lancer...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne. En actes, il lui est...

Une formation pour enseigner la langue bretonne aux adultes

En 2017, l'association Deskiñ d'an oadourien ("Apprendre aux adultes") se fixait comme objectif de former chaque année 5000 locuteurs de breton dans un délai...