Langues régionales. La proposition de loi de Paul Molac « vidée de sa substance » à Paris

A LA UNE

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Déception chez les défenseurs des langues régionales. La proposition de loi du député breton Paul Molac sur le sujet a été totalement retoquée par la commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale. Peut-on seulement s’en étonner ?

Langues régionales : la désillusion

La France a un problème avec ses langues régionales. C’est le sentiment qui résulte du passage de la proposition de loi sur les langues régionales du député du Morbihan Paul Molac entre les mains de la commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale. Celui qui est par ailleurs conseiller régional de Bretagne doit défendre sa proposition le 13 février prochain dans l’hémicycle. Mais le texte n’a dorénavant plus grand chose à voir avec son contenu original. Il ne contient plus que trois articles sur les neuf initialement présents.

Parmi les six supprimés, se trouvent les articles clés pour la sauvegarde des langues des patries charnelles composant l’Hexagone : à savoir ceux portant sur l’enseignement de ces langues, enjeu majeur de leur transmission et de leur survie. Il était notamment question de généraliser la proposition d’enseignement de la langue régionale sur certains territoires mais aussi de financer les écoles associatives comme le réseau Diwan ou encore de sécuriser les expériences d’immersion dans l’enseignement public. Selon les mots de Paul Molac, « la loi a été vidée de sa substance ». « C’est pourtant bien par ce biais que l’on parviendra à assurer ou non la transmission de nos langues à travers les générations », rappelle-t-il par la suite.

Quant aux trois articles restant dans la proposition, il s’agit d’un article concernant la signalétique bilingue et de deux autres ayant trait au patrimoine. Pendant ce temps, malgré son classement comme « langue sérieusement en danger » par l’Unesco, la langue bretonne peut mourir tranquille…

Des efforts vains face à un État sourd

Autre déception, le retrait de la proposition de loi par cette commission des Affaires culturelles d’un article portant sur les signes diacritiques des langues régionales. Un sujet particulièrement sensible en Bretagne avec le feuilleton du prénom Fañch et de son tilde, symbole à lui seul d’une administration jacobine jusqu’au-boutiste. Pendant ce temps, le décret annoncé il y a quelques jours par la ministre de la Justice Nicole Belloubet sur ces signes diacritiques régionaux se fait toujours attendre.

Une absence totale de considération de la part de l’État pour les langues de France également dénoncée par le député de Haute-Corse Jean-Felix Acquaviva :

Rendez-vous le 13 février prochain pour connaître le contenu définitif du texte adopté. La manifestation organisée le 30 novembre 2019 devant le ministère de l’Éducation nationale, à laquelle participaient plusieurs associations de défense de la langue bretonne mais également Paul Molac n’aura donc pas servi à grand chose. Qui en sera surpris ?

AK

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« Homos ou hétéros, on porte tous le même maillot ». Le nouveau clip de propagande de la Ligue de Football Professionnel

Après les clips gouvernementaux ou d'associations subventionnées contre le harcèlement de rue mettant en scène uniquement d'horribles harceleurs blancs,...

Bruno Attal : « Si mon collègue avait tué cette ordure, il serait où, là, Eric Masson ? En garde à vue, mis en...

Pour le syndicaliste policier Bruno Attal (Touche pas à mon flic) : « Si mon collègue avait tué cette...

Articles liés

Carhaix (29). Une formation longue distance au Breton, de septembre 2021 à mars 2022

Pour ceux qui sont au chômage, ou qui disposent de temps devant eux (ou qui veulent se reconvertir), c'est le moment de se lancer...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne. En actes, il lui est...

Corse. Deux premières écoles en enseignement immersif ouvriront à la rentrée 2021

Tout comme le breton, la langue corse est elle aussi menacée de disparition. Mais ces défenseurs ne désarment pas et viennent d'annoncer l'ouverture de...

Une formation pour enseigner la langue bretonne aux adultes

En 2017, l'association Deskiñ d'an oadourien ("Apprendre aux adultes") se fixait comme objectif de former chaque année 5000 locuteurs de breton dans un délai...