Brest. Dealers, racailles et bandes rivales ne connaissent pas le confinement

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

À Brest, la délinquance devenue ordinaire n’a pas pris fin avec le confinement. Les faits divers se sont ainsi poursuivis ces dernières semaines, mettant en lumière une insécurité chronique.

Brest : une personne handicapée agressée par un dealer

Parmi les exactions à relever, l’agression d’une personne handicapée le 26 avril en fin de journée en plein-centre ville de Brest, dans le haut de la rue Jean-Jaurès. Cette dernière, âgée d’une cinquantaine d’années, s’est vu importunée par un dealer lui ayant dans un premier temps proposé de la drogue.

La future victime, rapportant par la suite qu’une telle proposition était déjà la troisième du genre qu’elle recevait en quelques jours dans la ville du socialiste François Cuillandre, prévint alors son interlocuteur qu’elle comptait appeler la police face à l’instance et là l’agressivité du dealer. Il n’en fallut pas plus pour que celui-ci la projette contre un véhicule avant de lui voler son mobile et son portefeuille tout en la blessant à la main.

Cette affaire s’inscrit dans un contexte de délinquance plus large dans ce haut de la rue Jean-Jaurès dont l’image est décidément bien écornée. Depuis de nombreuses semaines, diverses bandes de racailles dégradent le climat local en squattant le secteur et en s’adonnant ostensiblement au trafic de stupéfiants.

Confinement, harcèlement et stupéfiants rue Jean-Jaurès

L’inaction des autorités agace d’autant plus les riverains et les commerçants que ces individus sont connus de longue date pour leurs nuisances malgré des contrôles des forces de l’ordre à l’occasion. Sans compter les tensions avec des bandes rivales, lesquelles s’adonnent à des rodéos à motos dans le quartier pour défier leurs « ennemis ».

Le 4 mai dernier, une opération de police a eu lieu, toujours dans le haut de Jaurès, notamment dans un squat situé au-dessus d’un ancien bar de nuit. Squat dans lequel la police a saisi des barrettes de cannabis. Dès la fin de journée, le rituel est chaque jour le même : entre une vingtaine et une quarantaine de dealers, agressifs et bruyants, se postent à l’angle des rues Jean-Jaurès et du Télégraphe tout en terrorisant les passants et en venant perturber la vie des commerces. Sans oublier un feu de poubelle ou l’agression d’un homme promenant son chien par un malinois le 30 avril.

Par ailleurs, la gente féminine doit aussi subir les invectives de ces racailles, comme le montre la mésaventure d’une jeune femme prise à partie par cinq hommes voilà quelques jours. En outre, ces individus à problèmes ne respectent absolument pas les règles élémentaires du confinement. Un symbole de plus illustrant que la cohabitation sur un même territoire avec cette engeance paraît de plus en plus inenvisageable.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...