Géoéconomie du Coronavirus. Chine vs Usa

A LA UNE

Ivan Rioufol : « Le temps de la révolte est venu. » [Interview]

Journaliste, éditorialiste au Figaro et essayiste, Ivan Rioufol vient de publier Le Réveil des somnambules - Chronique d'une colère...

Entretien avec le chef de file des élus du Vlaams Belang au sein du Parlement flamand Chris Janssens.

Chris Janssens est député du parti nationaliste flamand de Belgique Vlaams Belang au sein du Parlement flamand, chef de...

Catherine Blein : « Dés que l’on s’exprime un peu hardiment, Marine Le Pen vous vire ou vous rabroue publiquement » [Interview]

Le 10 novembre prochain à 16h à la Cour d'appel de Rennes, se tiendra le procès en appel de...

Après l’attentat de Conflans. La victime, Samuel Paty, dans le collimateur de sa hiérarchie ?

Tout le monde sait maintenant que Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie décapité pour avoir montré des caricatures de Mahomet parues...

Professeur décapité : tué par un Tchétchène, Abdulakh Anzorov, mis à l’index par un prédicateur musulman

Un professeur d’histoire de 47 ans, Samuel Paty, a été égorgé et décapité ce vendredi 16 octobre à Conflans-sainte-Honorine...

La crise du coronavirus a accéléré et accentué des processus historiques, économiques et géopolitiques en cours depuis plusieurs décennies. C’est ainsi que le coronavirus a dévoilé au grand public une confrontation géoéconomique opposant les États-Unis et la Chine.

La présente étude propose une analyse et un éclairage inédit sur l’évolution de la politique économique et géopolitique de la Chine, des années 1970 à la crise du coronavirus. Un pays qui s’est transformé, après la mort du Grand Timonier Mao Zedong, sous l’impulsion du Petit Timonier, Deng Xiaoping, le fondateur de la Chine socialo-capitaliste qui a abandonné le collectivisme au profit du capitalisme, sous l’influence direct du monde anglo-américain.
Cette Chine nouvelle, soviéto-capitaliste, pur produit des idéologies modernes, est devenue progressivement l’alliée des multinationales occidentales dans le cadre du système de libre-échange imposé au monde par les États-Unis et les institutions internationales (FMI, OMC, Banque mondiale) que ceux-ci pilotent.

Mais la Chine est sortie du simple rôle d’atelier du monde qu’on lui a assigné. Elle a utilisé la globalisation et le libre-échange pour opérer un grand bond (capitaliste) économique – grâce aux délocalisations des entreprises de l’Ouest – et techno-industriel – par le transfert des technologies occidentales.

Pour l’empire du Milieu, le développement économique a été le marchepied vers la puissance géopolitique ; cette puissance mise en retour au service d’une expansion géoéconomique.

Le premier objectif de Pékin a été, dès le début des années 1990, de s’insérer dans la vie diplomatique asiatique – en copiant là encore le modèle anglo-américain – par le biais des organisations internationales : APEC en 1991, Organisation de coopération de Shanghai créée en 1996, rapprochement avec l’ASEAN en vue d’instituer une zone de libre-échange en 2010 (ASEAN + 3) avec la Corée du Sud et le Japon.

Les géostratèges étasuniens ont fini par comprendre le jeu chinois, consistant à avancer en « cachant la lumière et en cultivant l’obscurité » (cf. infra), et à considérer la Chine, alliée objective du capitalisme libéral, en adversaire géopolitique dangereux qui pouvait entraver l’impérialisme américain en Asie.

La politique du président Xi Jinping et l’établissement de la nouvelle route de la soie – qui s’étend jusqu’en Europe de l’Ouest – ont alarmé les États-Unis qui sont passé d’une politique de contention à la création d’un arc de crise asiatique pour entraver le projet géoéconomique mondial de la Chine.
Le départ du premier train de marchandises (sur les rails de la nouvelle route de la soie) chinois vers l’Europe, au premier trimestre 2017, a coïncidé avec l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche qui, menant une politique protectionniste, a remis en question le système de libre-échange – que son pays a instauré – et s’est retrouvé fatalement opposé à un des plus grands bénéficiaires de la globalisation économique : la Chine.

Dans cette guerre géoéconomique opposant Donald Trump et la Chine, deux camps transversaux s’opposent. D’un côté Donald Trump, soutenu par les paysans, les ouvriers et les PME américaines ; et de l’autre la Chine et ses alliés objectifs, les multinationales américaines qui veulent continuer à bénéficier de la main d’œuvre bon marché d’Asie.

C’est dans ce contexte que sont apparus le coronavirus puis les mesures ayant ralenti brutalement l’économie mondiale et les échanges. À cette occasion, les dangers du libre-échangisme sont apparus au grand jour, notamment les conséquences de la délocalisation en Chine de la production des médicaments et autres produits sanitaires (ibuprofène, combinaisons antidéflagrantes, gants en caoutchouc, masques chirurgicaux, respirateurs…). L’ironie a voulu que l’Occident soit dépendant, sur le plan sanitaire, des approvisionnements du pays d’où est partie la pandémie.

La crise actuelle a également fait apparaître, une nouvelle fois, l’inconséquence, voire l’inexistence d’une politique européenne. Or l’Europe, qui est encore un continent riche, est un des lieux de confrontation géoéconomique des États-Unis et de la Chine. Les nations du Vieux Continent, totalement inféodées à l’Amérique, sont incapables de dessiner les contours d’une vision politique, économique et géopolitique, en mesure de jouer un rôle dans l’équilibre des puissances dans les relations internationales. Elles sont, pour le moment, sorties de l’histoire.

Le coronavirus a achevé un tournant historico-économique. Le retour relatif au protectionnisme et au localisme semble inéluctable, mais le commerce international n’en sera pas pour autant aboli (le protectionnisme étant une variante de l’économie libérale).
Les grandes puissances économiques, à commencer par la Chine, devront actualiser leur politique économique. Une réorientation, à défaut d’une réinvention, que l’empire du Milieu a d’ores et déjà entamée.

Au sommaire de ce dossier de 42 pages :

  • La doctrine de Deng Xiaoping et l’émergence de la Chine socialo-capitaliste
  • La Chine et l’impérialisme américain
  • La Chine sort de sa zone d’influence et les États-Unis actualisent leur stratégie
  • La nouvelle route de la soie : un projet eurasiatique géoéconomique
  • L’arc de crise asiatique : guerre militaro-économique pour entraver la nouvelle route de la soie
  • La stratégie chinoise dans la guerre commerciale
  • Conquête de l’Europe : guerre géoéconomique sino-américaine
  • Le contrôle de l’Europe par les multinationales et les banques américaines
  • L’arrivée de Trump à la Maison Blanche et la guerre commerciale contre la Chine
  • Coronavirus et démondialisation
  • Le commerce sino-européen durant l’épidémie
  • Coronavirus et commerce sino-américain
  • Vers une guerre monétaire chinoise contre le dollar ?

Pour vous procurer le dossier, c’est ici

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Professeur décapité : les vrais responsables [Vidéo]

Au programme du journal de TVLibertés du lundi 19 ocotobre, retour sur la décapitation du professeur à Conflans-Sainte-Honorine par...

Insolite. Un nouveau couvent ouvre ses portes près de Rennes

Pas courant, par les temps qui courent, un couvent ouvre ses portes près de Rennes. Enfin plutôt renaît car...

Nantes. Florian Le Teuff se voit négocier avec Macron…

Il n’y a pas que le drapeau breton à installer à l’hôtel de ville qui mobilise les militants bretons de Nantes. Il y a...

Nantes. Bagarre dans un kebab : cinq mois ferme et six mois avec sursis

L’enrichissement culturel dote nos faits divers, dans les pays occidentaux, de décapitations, de gangs de violeurs issus du sous-continent indien ou plus prosaïquement de...

Une troisième édition pour le Finistèreman Everial ?

Lancé en 2019 par Stan Thuret, le Finistèreman Everial c'est la rencontre entre le triathlon très longue distance et la course au large. Le...

La gouvernance globale contre les États [L’Agora]

On nomme souvent complotistes ceux qui affirment qu’une minorité active d’individus influence les politiques mondiales pour augmenter son pouvoir. Deux choses sont assez simples à...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -