soleil

Les prévisions météorologiques saisonnières s’accordent à annoncer un été chaud en France mais divergent quant aux précipitations.

Un été 2020 chaud en perspective ?

Tous les ans, la question revient, mi-amusée, mi-sérieuse : chaud, l’été à venir, ou pas ? Si la saison estivale 2019 avait connu des pics de chaleurs importants en France et des périodes de sécheresses, l’été 2020 pourrait être lui aussi plus chaud que la normale. Tout en sachant que l’année 2019 a été considérée comme étant l’année la plus chaude jamais enregistrée en Europe avec des températures estivales jusqu’à 3 °C à 4 °C supérieures à la normale…

Chez Météo France, les prévisions saisonnières indiquent que « le scénario le plus probable est celui de pressions plus fortes que la normale sur le nord-ouest de l’Europe. Ces conditions devraient favoriser un temps plus sec et plus chaud que la normale sur ces régions. L’impact du changement climatique est également clairement visible dans les prévisions de températures qui sont prévues supérieures aux normales climatiques sur tout le continent ».

été 2020
Source : Météo France

Du côté de La Chaîne Météo, on considère « la probabilité d’un trimestre plus chaud que la normale sur l’Europe entière » comme étant majoritaire. Et si « l’été 2020 s’annonce plutôt chaud mais probablement plus orageux que l’année dernière à l’échelle de l’Hexagone », c’est plutôt le paramètre des précipitations qui demeure le plus incertain pour les trois prochains mois.

Météo : une sécheresse à redouter ?

La divergence des différents modèles numériques de prévisions météorologiques se fait donc sur le caractère sec ou non de l’été 2020. Quand certains prévoient une dominante orageuse, d’autres anticipent un prochain trimestre qui pourrait donner lieu à un déficit pluviométrique sur le nord-ouest du continent.

La Chaîne Météo s’inscrit dans la tendance plus humide, dans laquelle la France « pourrait être influencée cet été par un flux dominant orienté au secteur sud-ouest, sous l’emprise de l’anticyclone des Açores et d’une tendance dépressionnaire souvent située vers l’Irlande » : ces deux centres d’action seraient vecteurs de bouffées orageuses dans des températures plus chaudes à l’est du pays, et plutôt de saison vers l’ouest. Le flux perturbé serait à priori plus marqué pour le mois d’août.

Le même média s’avance également à prédire que le mois de juin pourrait être « le mois le plus chaud de notre été, mais aussi le plus orageux , avec le risque de voir se renforcer la sécheresse de surface dans les régions situées au nord de la Loire.

Enfin, si juillet pourrait bénéficier de la présence prolongée des anticyclones et donc connaître un temps « majoritairement beau avec moins d’orages qu’en juin », le mois d’août serait quant à lui le mois le moins beau de l’été, « avec le retour de précipitations supérieures aux normales, et plutôt généralisées sur l’Hexagone ».

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine