Décodage. En 2019, seulement 8 personnes seraient tombées sous les balles de la police française (contre 987 aux USA en 2017)

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

C’est le chiffre qu’on peut extraire de la base de données du site Bastamag. A comparer aux 987 morts par balle de la police aux USA en 2017. 100 fois plus que la police française.

Bastamag a recensé les morts liées aux activités de la police et de la gendarmerie française, entre 1977 et 2019. Un travail de bénédictin, certes très orienté politiquement, mais tout de même basé sur un dépouillement minutieux des sources disponibles. Le site associatif en a les moyens : 14 salariés à temps complet, plus des pigistes, pour un budget d’un demi-million d’euros. Ces journalistes engagés à gauche luttent contre les injustices, les multinationales et le capitalisme, tout en bénéficiant des dollars de l’Open Society, la fondation du milliardaire-philanthrope Georges Soros. Donc aucune raison qu’ils fassent des fleurs aux policiers français.

Selon le dépouillement de Bastamag, en 2019, 26 personnes seraient mortes en France toutes causes confondues « à la suite d’interventions policières ou du fait d’un agent des forces de l’ordre ».

En réalité, le vrai chiffre français est plus bas : 22 serait plus honnête. Parmi les 26 morts, 4 sont décédés lors d’accidents de la route ou de drames familiaux impliquant des policiers dans leur vie privée. Il est totalement abusif de les amalgamer avec le reste.

Sur les 22 morts restants :

  • 2 étaient des terroristes islamistes authentifiés par les autorités (10 % !)
  • 2 étaient des « déséquilibrés » qui ont voulu tuer du flic par arme blanche ou revolver, habités d’une lubie soudaine sur laquelle l’enquête n’a pas apporté d’éclairage.
  • 4 étaient des gens perturbés plus classiques, suicidaires et/ou violents et même temps armés (3 avec des couteaux, 1 avec un fusil). Leur l’attitude semblait présenter une menace vitale pour des civils ou pour les policiers.

Il s’agit là des 8 morts par balle policière en 2019.

Il reste 14 autres morts recensées, dans lesquelles des policiers sont impliqués, de façon plus indirecte ou plus difficile à démontrer :

  • 1 est mort dans une sortie de route pour échapper à un contrôle, à bord d’une voiture volée, dont le conducteur avait forcé auparavant trois barrages policiers.
  • 4 morts sont liées à des accidents de deux roues motorisées en milieu urbain ou sur autoroute, alors que les conducteurs cherchaient à échapper à un contrôle.
  • 1 est mort dans le cadre d’une interpellation : il était cardiaque, aucune trace de violence n’a été détectée.
  • 1 est mort par asphyxie, quelque temps après un plaquage au sol lors d’une interpellation.
  • 3 sont morts dans le cadre d’une détention, avec des causes controversées faisant l’objet d’une enquête judiciaire.
  • 3 sont morts après utilisation de Taser (pistolets électriques).
  • 1 est mort de noyade à Nantes, dans le cadre d’une rave dispersée manu militari sur ordre des autorités de l’Etat (et non à l’initiative des simples policiers).

A.T.

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des...

Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes...

L'Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe...

Articles liés

Nantes. Arrestation d’un suspect du meurtre de janvier aux Dervallieres

Le 11 janvier dernier, au pied du Building, immeuble assiégé par le trafic de drogue aux Dervallieres - il s'y poursuit toujours au 16,...

France Police à Emmanuel Macron : « Il faut procéder au bouclage des 600 territoires perdus de la République, y compris avec le renfort...

Le Syndicat de police « France police », cinquième syndicat au sein de la Police nationale et qui affirme en être « La première...

Rennes. Un individu fonce en voiture sur un policier

Dans la nuit du 5 au 6 mai à Rennes, du côté de la Prévalaye, quatre policiers qui réalisaient des contrôles ont été attaqués....

Colère policière : « Nous voudrions que Dupond-Moretti parte dans le Nord et qu’il ne revienne plus »

Une marche des forces de l'ordre aura lieu à Paris le 19 mai pour rendre hommage au policier tué le 5 mai à Avignon...