Tout près de Dugort, au pied de la montagne Slievemore (671 mètres) se trouve le Village Fantôme (ou village déserté). Slievemore est le deuxième plus haut sommet de l’île d’Achill située dans le comté de Mayo en Irlande.

Ce village regroupe une centaine de cottages traditionels en pierre. Répartis de par et d’autre de l’ancien chemin et presque tous alignés selon un axe nord-sud, les cottages occupent l’un des endroits les plus abrités de l’île d’Achill. Le village, qui regroupe en fait trois ensembles distincts de cottages (appelés Tuar, Tuar Riabach et Faiche) s’étend sur près de 2 kilomètres.

Il compte environ 100 maisons, alignées nord-sud et parallèles les unes aux autres.

On pense que le village a connu plusieurs vagues successives d’installation au cours de l’histoire, certains bâtiments ayant certainement été construits sur les ruines d’anciennes habitations. Etudes des système agraires autour du village fantôme, fouilles archéologiques et recherches historiques ont permis de dater les premières habitations de la période Anglo-normande (12e siècle). La présence d’une tombe mégalithique à proximité du village, datant du 3e ou 4e siècle avant J.C., atteste même de la présence humaine dans cette zone il y a 5000 ans.

L’atmosphère du Village fantôme est unique ; isolement total ; un sentiment de presque intrusion sur ceux qui y ont vécu ; un sentiment de frugalité de la vie en un tel lieu et à une telle époque et l’air de mystère général ; qui étaient-ils, pourquoi se sont-ils installés ici, comment ont-ils survécu et pourquoi sont-ils partis ?

Les maisons ont été construites en pierre non mortaisée, ce qui signifie qu’aucun ciment ou mortier n’a été utilisé pour maintenir les pierres ensemble. Chaque maison se composait d’une seule pièce et cette pièce servait de cuisine, de salon, de chambre et même d’écurie.

Les portes étaient orientées vers l’est, tandis qu’une petite fenêtre était construite dans le mur nord-est. Une ou deux maisons pouvaient avoir une petite étable construite à l’extrémité de la maison, mais la plupart des familles devaient partager leur maison avec des vaches et d’autres animaux, qui étaient amenés dans la maison la nuit et attachés à l’extrémité sud. On peut encore voir les anneaux d’attache dans les murs.

La plupart des maisons avaient des portes opposées pour faciliter la tâche des familles dans leur travail quotidien de traite des vaches. La vache était amenée dans une porte, trayait, puis sortait par la porte opposée.

À l’intérieur de nombreuses maisons, un canal peu profond ou un drain dans le sol menait à une fosse à fumier à l’extérieur du bâtiment. Cette caractéristique, ainsi que les portes opposées, suggère une phase de construction antérieure.

Vers la fin, les maisons n’étaient utilisées qu’en été, lors des périodes de transhumances par les bergers. Achill est, semble-t-il, l’un des derniers endroits en Europe où la transhumance était pratiquée. Il y a un certain nombre d’autres villages « booley » sur l’île, dont celui de Bunowna (dans la vallée à Keem Bay) et un autre à Annagh, mais Slievemore est de loin le plus important et le mieux préservé.

A noter qu’un camp archéologique d’été est organisé tous les ans pour en apprendre plus sur Slievemore.

Pour les courageux, voici le lien vers une randonnée pour en prendre plein la vue

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine