lune
full, moon

Une nouvelle étude suggère que la Lune serait beaucoup plus jeune que ce que nous pensions jusqu’à présent : environ 85 millions d’années de moins.

La Lune âgée de 4,425 milliards d’années

On avait tendance à la vieillir mais une étude parue le 10 juillet dans la revue Science Advances apporte un nouvel éclairage sur l’âge de la Lune. Les scientifiques en question du Centre aérospatial allemand estiment que cette dernière se serait formée il y a 4,425 milliards d’années (avec une incertitude de 25 millions d’années). Soit presque 100 millions d’années plus tard que ce que l’on pensait. De quoi remettre en cause les résultats d’une autre étude réalisée il y a un an, affirmant alors que la Lune était âgée de 4,51 milliards d’années.

Pour expliquer la génèse de l’astre, les chercheurs à l’origine de la dernière étude en date soulignent qu’ « un impact géant sur la Terre a conduit à la formation de la Lune, a formé un océan magmatique lunaire et a déclenché le dernier événement de séparation du noyau sur Terre. Néanmoins, le moment et le lien temporel de ces événements restent incertains ».

Cet impact géant aurait alors vu une protoplanète de la taille de Mars (nommée Théia) venir percuter la Terre puis l’agglomération des débris en résultant auraient ensuite formé la Lune. Si la probabilité d’un tel scénario tient la corde auprès des différents groupes de scientifiques, c’est sur la date à laquelle l’évènement aurait eu lieu que les avis divergent.

Quelle formation ?

Les modèles réalisés par les chercheurs allemands ont examiné deux échelles de temps : l’âge de la Terre lorsque Theia l’a heurtée, et le temps que l’énorme océan magmatique lunaire a mis à se refroidir après avoir commencé à se solidifier.

Ce second processus a duré environ 200 millions d’années du début à la fin, comme le montrent les modèles des scientifiques, quand les études précédentes faisaient état de 35 millions d’années. Les simulations basées sur l’évolution des minéraux de silicate de la Lune ont conduit les chercheurs à affirmer l’âge final de la Lune, soit 4,425 milliards d’années.

Les auteurs de l’étude parue dans Science Advances ont ainsi estimé comment changeait la composition de l’océan magmatique, au fur et à mesure du processus de solidification. « En comparant la composition des roches de la Lune avec la composition prédite de l’océan magmatique de notre modèle, nous avons pu retracer l’évolution de l’océan jusqu’à son point de départ, le moment où la Lune s’est formée », selon la co-autrice du document, Sabrina Schwinger.

Enfin, tenter de déterminer l’âge de la Lune permet aussi d’en savoir plus sur notre propre planète et sur la fin de sa formation.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine