Victime de tirs, Patrice Quarteron arrêté par la police en allant porter plainte…

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Situation ubuesque une nouvelle fois concernant la police et son action (ou plutôt dans ce cas son inaction à proétéger les citoyens).

L’ancien boxeur Patrice Quarteron, victime de tirs à son domicile en janvier dernier, est venu au commissariat reprocher aux policiers la lenteur de l’enquête concernant les coups de feu qui ont visé son domicile de Corbeil-Essonnes.

Le colosse d’1,98 m pour 120 kg a diffusé une vidéo en direct sur Facebook alors qu’il était toujours à l’accueil de l’hôtel de police, très énervé. « Depuis plusieurs mois, j’essaie de rester calme avec la police mais on me prend pour un imbécile. On a tiré chez moi, où il y avait trois enfants, à la Kalachnikov. J’essaie de contacter ces gens mais la plupart me prennent pour un imbécile », lance-t-il, irrité.

S’en suit un échange avec un autre fonctionnaire qui cherche à déterminer s’il est venu déposer une nouvelle plainte ou s’il s’agit d’une suite de la précédente. « C’est une nouvelle plainte ! », insiste l’ex-boxeur, très remonté. « Monsieur il va falloir vous calmer », demande l’un des policiers.

« Si je vous tire dessus, vous n’allez pas vous calmer ! », lance ensuite Patrice Quarteron. Il est alors interpellé et visiblement menotté, sans opposer de résistance. Ce dernier a bien été placé en garde à vue à 14h40 pour « menace de mort sur personne dépositaire de l’autorité publique » et « atteinte à l’intimité de la vie privée » précise-t-on de source policière. L’homme âgé de 41 ans a été remis en liberté sur décision du parquet à 18h30, le temps que l’enquête se poursuive.

Si on vous tire dessus et que vous avez l’insolence de venir exiger de la police, chargée de votre sécurité, qu’elle fasse son travail, vous risquez donc désormais l’interpellation…Pendant ce temps les tireurs courent toujours…

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Entretien avec le chanteur Christoff (Par Franc Studio)

En complément de l'interview que nous avions réalisé avec le chanteur Christoff, nous vous proposons de découvrir l'entretien qu'il...

Glasgow. Les fans des Rangers fêtent le titre de leur club

En Ecosse, les fans des Glasgow Rangers n'ont pas fêté le titre de champion d'Ecosse (le 55ème) avec demi-mesure....

Articles liés

Pantin (93) : Une fillette de 10 ans gravement blessée par balles dans un voiture. Tireur en fuite

Une fillette de 10 ans a été grièvement blessée lors d'une fusillade, survenue mardi 13 avril en début d'après-midi, dans le centre de Pantin...

Loire-Atlantique : Quatre gendarmes blessés par balle lors d’une interpellation

Quatre gendarmes ont été blessés par balle lundi matin à Malville, entre Nantes et Saint-Nazaire ( Loire-Atlantique​), lors d’une interpellation, mais leur pronostic vital n’est pas...

Tirs sur un pope orthodoxe à Lyon : la piste terroriste s’éloigne

L'agression d'un pope orthodoxe à Lyon samedi dernier - touché à bout portant par deux balles dans le foie - tiendrait-elle plus du fait...

Patrice Carteron après la mort de la gendarme Mélanie Lemée : « Si Yassine s’était pris une bastos, il y aurait des fresques «...

Patrice Carteron après la mort de la gendarme Mélanie Lemée : « Si Yassine s’était pris une bastos, il y aurait des fresques «...