Conseil de défense écologique : adieu terrasses chauffées et chaudières au fuel…

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Quels changements à venir parmi les annonces du Conseil de défense écologique ? Les terrasses chauffées et les chaudières au fuel sont dans le viseur.

Des mesures concrètes suite à la Convention citoyenne pour le Climat

Les mesures faisant suite à la Convention citoyenne sur le Climat ont été annoncées le 27 juillet par le gouvernement après avoir été décidées lors d’un Conseil de défense écologique à l’Elysée.

En quoi consistait cette Convention ? 150 citoyens ont proposé 149 mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Des mesures dont Emmanuel Macron a promis d’en reprendre 146.

Venons-en dès maintenant aux conséquences concrètes de ces « réflexions » en évoquant le cas des terrasses chauffées. Ces dernières seront tout simplement interdites après l’hiver prochain par le gouvernement, une décision décalée dans le temps suite à la crise sanitaire du Covid-19 face à laquelle les restaurateurs et cafetiers ont été en première ligne. Dans le même temps, les portes des bâtiments et commerces chauffés ou climatisés auront l’obligation de rester fermées.

La chasse aux chaudières au fuel est ouverte

Autre incidence importante annoncée par ce Conseil de défense écologique, l’interdiction dès 2022 d’installer des chaudières au fuel et au charbon dans des logements neufs. Mais aussi celle de remplacer une chaudière existante par ces mêmes chaudières au fuel et au charbon.

De plus, afin d’encourager la rénovation thermique des bâtiments, la notion de performance énergétique sera introduite dans les critères des « logements décents » et ce, par décret à partir du 1er janvier 2023.

Selon la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, cette décision aura pour conséquence de permettre « aux personnes qui vivent dans ces passoires thermiques – des logements qui consomment plus de 500 kW/h au m² par an – d’exiger du propriétaire qu’il fasse des travaux, au risque que le juge interdise à ce dernier de percevoir un loyer, voire interdise la location d’un tel logement ». Environ 120 000 logements locatifs seraient concernés. Le projet de texte est actuellement soumis à consultation publique.

Autres mesures en perspective

Par ailleurs, des annonces ont été faites sur la création de nouvelles aires protégées, à savoir une réserve naturelle nationale dans la forêt de la Robertsau (Alsace) ainsi que deux parcs naturels régionaux, au Mont Ventoux et dans la baie de Somme.

Dans le même temps, le Premier ministre Jean Castex a annoncé des exonérations de péages à hauteur de 63 millions d’euros par an pour les trains de transport de fret en 2020 et 2021. Le but étant d’encourager ce transport ferroviaire. Dans cette optique, la relance de la ligne de fret Perpignan-Rungis a été évoquée, tout comme la création de deux autres lignes : Bayonne-Cherbourg et Sète-Calais.

Si certaines des mesures proposées par la Convention citoyenne sur le Climat pourraient figurer dans le plan de relance dévoilé le 24 août prochain, les autres devraient apparaître dans une loi présentée en Conseil des ministres en novembre pour un examen au Parlement en janvier 2021.

AK

Crédit photo : Capture YouTube
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...