Pays basque. Une pétition en ligne pour l’enseignement bilingue face au rectorat

A LA UNE

Covid-1984 (Telegram) : « Dans l’Histoire du monde, je n’ai pas souvenir que des esclaves aient été libérés plus vite parce qu’ils obéissaient mieux » [Interview]

Sur le canal Telegram, dont nous vous avons expliqué le process récemment, on trouve énormément de chaines qui diffusent...

Alain de Benoist : « Internet n’est pas un espace de liberté, mais un espace de flicage, d’ordures verbales et de tout à l’égo...

Cela faisait quelques mois que nous n'avions pas interviewé Alain de Benoist afin de connaitre son sentiment sur l'actualité...

Royaume-Uni. L’Écosse bientôt indépendante ? L’Irlande bientôt réunifiée ?

L'Écosse toujours un peu plus sur la voie de l'indépendance ? La perspective est confortée par un nouveau sondage...

Commando au CHU de Nantes : « L’indigence des forces de l’ordre face aux trafiquants de drogue devient impossible à cacher »

L’intrusion au CHU Hôtel-Dieu de Nantes, dans la nuit du 21 au 22 janvier, d’un commando de délinquants pour...

Philippe Baillet : « Avec Sparta nous entendons précisément renouer avec des formes de vraie critique sociale » [Interview]

Nous vous proposons ci-dessous de découvrir la publication Sparta, nouvelle revue de réflexion culturelle, politique, métapolitique et philosophique, qui...

Au Pays basque, un collectif de parents d’élèves bilingues a lancé une pétition en ligne afin de soutenir l’enseignement par immersion. Une initiative qui fait suite à un refus du rectorat de Bordeaux.

Défenseurs de l’enseignement en basque contre rectorat : rappel des faits

À Saint-Pierre-d’Irube (Pyrénées-Atlantiques), l’ouverture d’une classe immersive en langue basque en petite et moyenne section de maternelle à l’école publique de Basté-Quieta a récemment été refusée par la rectrice d’académie de Bordeaux. Un fin de non recevoir que nous avions évoquée dans nos colonnes il y a quelques jours, tout comme la réaction des élus fraîchement arrivés à la tête de la Communauté d’agglomération Pays Basque (CAPB). Ceux-ci ont voté à l’unanimité le 17 juillet une motion afin de dénoncer cette décision et « pour la poursuite du développement des sections maternelles immersives en langue basque ».

Même vent de colère du côté de l’Office public de la langue basque (OPLB), qui a jugé « inacceptable » cette interdiction tout en demandant que le dossier soit réexaminé.

La décision du rectorat de Bordeaux est ainsi apparue aussi injustifiée que brutale pour les acteurs locaux, le maire de Saint-Pierre-d’Irube, évoquant pour sa part une « décision politique, une posture idéologique ». D’autant plus que les 19 expérimentations immersives dans l’enseignement public et les 19 dans l’enseignement privé confessionnel qui ont été réalisées au Pays basque jusqu’à présent ont été des succès.

Une pétition en ligne lancée par des parents d’élèves

Depuis, un collectif de parents d’élèves de l’enseignement bilingue est entré dans la bataille en lançant une pétition en ligne intitulée « Non au refus de la Rectrice d’autoriser de nouvelles expérimentations immersives en langue basque ». Celle-ci, accessible ici, est adressée au Ministère de l’Éducation Nationale. On regrettera par ailleurs l’usage de l’écriture inclusive qui rend la lecture du texte accompagnant la pétition fastidieuse.

Le collectif entend ainsi contribuer à « la poursuite et au renforcement de la politique de développement des sections maternelles immersives 100 % langue basque dans l’enseignement public et privé confessionnel ».

Ces parents d’élèves jugent la décision du rectorat « incompréhensible et inacceptable » pour de multiples raisons. À commencer par le fait qu’elle « rompt le consensus social autour du projet » puisque « les enseignant y sont unanimement favorables, de même que les élus ». Quant aux parents, 86 % d’entre eux avaient répondu positivement lors de l’enquête réalisée par l’école.

Autre argument, ce refus constitue un « non-sens pédagogique dans la mesure où l’immersion en maternelle améliore significativement l’acquisition par les enfants de la langue basque sans entraver les autres apprentissages ».

Enfin, il va « à contresens des recommandations pédagogiques actuelles plaidant pour faire du bilinguisme une priorité de l’école, d’autant qu’il constitue la porte d’entrée vers le multilinguisme ».

L’argument juridique irrecevable

Sur le terrain juridique enfin, le collectif de parents d’élèves souligne que l’argument constitutionnel invoqué par l’Inspecteur d’académie pour justifier ce refus est « irrecevable sur le fond, la Constitution ne stipulant aucunement cela et la loi autorisant les expérimentations immersives ».

De plus, le collectif alerte sur un autre point : derrière l’argumentaire développé par les représentants de l’État, sont aussi potentiellement visés l’enseignement bilingue privé confessionnel et l’enseignement immersif associatif (Seaska). Tout l’enseignement en langue basque en somme !

Ces parents d’élèves demandent donc au ministère de l’Éducation nationale d’autoriser pour la rentrée 2020 le projet d’expérimentation immersive à l’école publique Basté-Quieta de Saint-Pierre-d’Irube, de pérenniser les expérimentations immersives existantes, mais aussi de poursuivre et renforcer la politique de développement des sections maternelles immersives dans les filières bilingues de l’enseignement public et privé confessionnel.

AK

Crédit photo : Flickr (CC BY 2.0/Ordiziako Jakintza Ikastola)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Jean de Kervasdoué : « Les écolos nous mentent ! »

Jean de Kervasdoué, économiste, professeur émérite au CNAM et membre de l’Académie des technologies, auteur de "Les écolos nous...

Jean-Marc Jancovici : Énergie et climat pour demain. Quels scénarios après les crises?

Conférence en ligne organisée par l'INSEAD le 18 janvier 2021 : Energie et climat pour demain, relance et finitude...