Pays basque. Une pétition en ligne pour l’enseignement bilingue face au rectorat

A LA UNE

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Au Pays basque, un collectif de parents d’élèves bilingues a lancé une pétition en ligne afin de soutenir l’enseignement par immersion. Une initiative qui fait suite à un refus du rectorat de Bordeaux.

Défenseurs de l’enseignement en basque contre rectorat : rappel des faits

À Saint-Pierre-d’Irube (Pyrénées-Atlantiques), l’ouverture d’une classe immersive en langue basque en petite et moyenne section de maternelle à l’école publique de Basté-Quieta a récemment été refusée par la rectrice d’académie de Bordeaux. Un fin de non recevoir que nous avions évoquée dans nos colonnes il y a quelques jours, tout comme la réaction des élus fraîchement arrivés à la tête de la Communauté d’agglomération Pays Basque (CAPB). Ceux-ci ont voté à l’unanimité le 17 juillet une motion afin de dénoncer cette décision et « pour la poursuite du développement des sections maternelles immersives en langue basque ».

Même vent de colère du côté de l’Office public de la langue basque (OPLB), qui a jugé « inacceptable » cette interdiction tout en demandant que le dossier soit réexaminé.

La décision du rectorat de Bordeaux est ainsi apparue aussi injustifiée que brutale pour les acteurs locaux, le maire de Saint-Pierre-d’Irube, évoquant pour sa part une « décision politique, une posture idéologique ». D’autant plus que les 19 expérimentations immersives dans l’enseignement public et les 19 dans l’enseignement privé confessionnel qui ont été réalisées au Pays basque jusqu’à présent ont été des succès.

Une pétition en ligne lancée par des parents d’élèves

Depuis, un collectif de parents d’élèves de l’enseignement bilingue est entré dans la bataille en lançant une pétition en ligne intitulée « Non au refus de la Rectrice d’autoriser de nouvelles expérimentations immersives en langue basque ». Celle-ci, accessible ici, est adressée au Ministère de l’Éducation Nationale. On regrettera par ailleurs l’usage de l’écriture inclusive qui rend la lecture du texte accompagnant la pétition fastidieuse.

Le collectif entend ainsi contribuer à « la poursuite et au renforcement de la politique de développement des sections maternelles immersives 100 % langue basque dans l’enseignement public et privé confessionnel ».

Ces parents d’élèves jugent la décision du rectorat « incompréhensible et inacceptable » pour de multiples raisons. À commencer par le fait qu’elle « rompt le consensus social autour du projet » puisque « les enseignant y sont unanimement favorables, de même que les élus ». Quant aux parents, 86 % d’entre eux avaient répondu positivement lors de l’enquête réalisée par l’école.

Autre argument, ce refus constitue un « non-sens pédagogique dans la mesure où l’immersion en maternelle améliore significativement l’acquisition par les enfants de la langue basque sans entraver les autres apprentissages ».

Enfin, il va « à contresens des recommandations pédagogiques actuelles plaidant pour faire du bilinguisme une priorité de l’école, d’autant qu’il constitue la porte d’entrée vers le multilinguisme ».

L’argument juridique irrecevable

Sur le terrain juridique enfin, le collectif de parents d’élèves souligne que l’argument constitutionnel invoqué par l’Inspecteur d’académie pour justifier ce refus est « irrecevable sur le fond, la Constitution ne stipulant aucunement cela et la loi autorisant les expérimentations immersives ».

De plus, le collectif alerte sur un autre point : derrière l’argumentaire développé par les représentants de l’État, sont aussi potentiellement visés l’enseignement bilingue privé confessionnel et l’enseignement immersif associatif (Seaska). Tout l’enseignement en langue basque en somme !

Ces parents d’élèves demandent donc au ministère de l’Éducation nationale d’autoriser pour la rentrée 2020 le projet d’expérimentation immersive à l’école publique Basté-Quieta de Saint-Pierre-d’Irube, de pérenniser les expérimentations immersives existantes, mais aussi de poursuivre et renforcer la politique de développement des sections maternelles immersives dans les filières bilingues de l’enseignement public et privé confessionnel.

AK

Crédit photo : Flickr (CC BY 2.0/Ordiziako Jakintza Ikastola)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Covid : crise sanitaire avant effondrement économique ? – JT de TVLibertés du vendredi 30 juillet 2021 [Vidéo]

À la une de cette édition du 3. juillet 2021, le Covid, crise sanitaire avant choc économique ! Le journal...

Côtes-d’Armor : Le plan Alerte enlèvement déclenché pour un enfant de 8 ans

L'alerte a été lancée samedi matin par le ministère de la Justice pour retrouver un enfant qui aurait été...

Articles liés

Il y a 127 ans le drapeau basque était hissé pour la première fois

Tout les bretons connaissent l'Ikurriña, le drapeau basque aux trois couleurs : rouge, vert, blanc. Mais peu d'entre eux savent que, comme le Gwenn ha...

Pays Basque : Manifestation d’agriculteurs en tracteurs contre la spéculation immobilière

En Bretagne comme au Pays Basque, la spéculation immobilière est devenue le cancer des territoires à forte identité. Depuis plusieurs mois, le site d'Arbonne, dans...

Euskal Herria : Saint-Palais evit ar breved en euskareg

Evel bep bloaz da vare ar bak hag ar breved ez eus trouz en Ipparalde, al lodenn norzh eus Bro-Euskadi. Darn eus ar skolajidi...

Bro-Euskadi : Hendaye gounezet gant an abertzale !

D'an dro gentañ o doa graet berzh an abertzale e Bro-Euskadi dija met d'an eil tro o deus cheñchet penn d'ar vazh : Aet eo...