Pays Basque. Face à l’hostilité du rectorat, la bataille s’engage autour d’une classe immersive

A LA UNE

Commando au CHU de Nantes : « L’indigence des forces de l’ordre face aux trafiquants de drogue devient impossible à cacher »

L’intrusion au CHU Hôtel-Dieu de Nantes, dans la nuit du 21 au 22 janvier, d’un commando de délinquants pour...

Philippe Baillet : « Avec Sparta nous entendons précisément renouer avec des formes de vraie critique sociale » [Interview]

Nous vous proposons ci-dessous de découvrir la publication Sparta, nouvelle revue de réflexion culturelle, politique, métapolitique et philosophique, qui...

La gestion de la crise du Covid-19, plus grande tromperie de l’Histoire ? Oui répondent Jean-Loup Izambert et Claude Janvier [Interview]

L’éditeur marseillais IS Edition (www.is-edition.com) publie Le virus et le président. Cette enquête sur les dessous de la pandémie...

Kouachi, l’assaut final : un membre du GIGN raconte l’attaque contre Charlie Hebdo et la traque des deux islamistes [Interview]

Les éditions Ring viennent d'éditer un livre qui devrait faire l'effet du petite bombe : Kouachi : L'assaut final...

Covid-19 en Hongrie. György Gődény (Parti de la vie normale) : « Les virus ont existé, existent et continueront à exister, l’humanité a toujours...

György Gődény est un personnage atypique par bien des aspects en Hongrie. Ce pharmacien de Nyíregyháza, une ville de...

Dans les Pyrénées-Atlantiques, au Pays basque français, une bataille est engagée entre le rectorat de Bordeaux et les élus d’une communauté d’agglomération autour de l’ouverture d’une classe immersive en langue basque.

Le rectorat hostile à l’enseignement du basque

Enseigner le basque à Saint-Pierre-d’Irube (Pyrénées-Atlantiques), voilà une idée qui n’est pas pour plaire au rectorat de Bordeaux. La rectrice d’académie a ainsi refusé l’ouverture d’une classe immersive dans la commune, une formule qui constitue une nouvelle expérimentation « 100 % langue basque » en petite et moyenne section de maternelle à l’école publique de Basté-Quieta.

Le projet en question, lancé il y a deux ans et concernant quelques 18 élèves de la commune de Saint-Pierre-d’Irube, est approuvé par 86 % des parents mais aussi par les enseignants, le Conseil d’école et les élus locaux. En résumé, tout le monde est d’accord à l’exception de l’Inspecteur d’académie.

Sans autre forme de procès, le rectorat a donc refusé l’ouverture de cette classe en langue basque en s’appuyant sur la loi du 26 juillet 2019 pour une école de la confiance qui rend l’instruction obligatoire dès l’âge de trois ans et, en parallèle, sur la Constitution de 1958 qui « prévoit en son article 2 que l’instruction obligatoire est dispensée en français ». De ce fait, la rectrice d’académie affirme ne plus pouvoir « autoriser des nouvelles expérimentations d’enseignement en langue basque dispensées à 100 % pour les enfants soumis à l’obligation scolaire à l’âge de trois ans ». L’administration jacobine est décidément bien rodée dans son argumentation…

Une réponse « pauvre et brutale » face au succès des écoles immersives

Pour le maire de Saint-Pierre-d’Irube, ce refus n’est ni plus ni moins qu’une « décision politique, une posture idéologique » tandis que le conseiller régional Mathieu Bergé a décrit une réponse « pauvre et brutale » de la part du rectorat. Qui apparaît par ailleurs d’autant plus injustifiée que, jusqu’à présent, 19 expérimentations immersives dans l’enseignement public et 19 dans l’enseignement privé confessionnel ont été réalisées au Pays basque. Avec succès.

D’autant plus que les résultats de l’évaluation de ces expérimentations immersives témoignent d’ « excellents résultats » obtenus par les élèves de CP et CE1 scolarisés en section maternelle « 100% langue basque ». En mathématiques mais aussi… en français. Et oui ! Avec parfois des résultats « supérieurs » à ceux des élèves scolarisés uniquement en français.

La riposte des élus locaux au Pays basque

Face à cette énième attaque de la part de l’Éducation nationale à l’encontre de la langue basque, les élus fraîchement arrivés à la tête de la Communauté d’agglomération Pays Basque (CAPB) ont voté le 17 juillet une motion afin de dénoncer cette décision et « pour la poursuite du développement des sections maternelles immersives en langue basque ». La motion a été votée à l’unanimité tandis que les élus décrivent l’enseignement immersif comme étant « un enjeu stratégique pour la transmission de la langue basque ».

De son côté, l’Office public de la langue basque (OPLB) a jugé « inacceptable » cette interdiction tout en demandant que le dossier soit réexaminé. Son président Beñat Arrabit considère que « la réponse du rectorat marque un premier recul sur la politique de développement des expérimentations immersives dans les filières bilingues. C’est inacceptable ».

Enfin, même colère chez l’association de parents d’élèves Biga Bai, laquelle a dénoncé « un véritable coup porté à l’enseignement du basque », relevant elle aussi que les enfants scolarisés en basque à temps plein « assimilent cette langue plus rapidement et la maîtrisent mieux, qu’ils communiquent plus aisément, et qu’ils ont ensuite plus de facilités pour poursuivre une scolarité bilingue ».

Quant à la position de l’Éducation nationale, Biga Bai note que celle-ci « montre clairement une attitude en défaveur des langues régionales, qu’elle est pourtant censée sauvegarder et transmettre ».

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Épargne. En 2020, des Français frileux pour un Livret A heureux [Vidéo]

Dans une conjoncture socio-économique largement troublée par la crise sanitaire, les Français, s'étant montrés économes en 2020, se sont...

Saint-Nazaire. Des trafiquants de drogue nord-africains interpellés

Ce 19 janvier, près de 323 gendarmes et policiers investissaient une vingtaine adresses à Méan-Penhoët, Montoir-de-Bretagne et Trignac pour...