Pays Basque. Face à l’hostilité du rectorat, la bataille s’engage autour d’une classe immersive

A LA UNE

Tempête Alex : Toute la Bretagne placée en vigilance orange

Météo France a placé ce jeudi 1er octobre 2020 toute la Bretagne – l’Ille-et-Vilaine, le Morbihan, les Côtes d’Armor,...

Bernard Gantois : « Il reste à trouver l’amorce qui déclenchera la fin de la bien-pensance dictatoriale française » [Interview]

Bernard Gantois, qu'on avait récemment quitté avec un livre plaidoyer pour la reconquête européenne, est de retour avec Autopsie...

Un élevage de lapins en cage du Morbihan dénoncé par L214 à la veille d’un débat parlementaire sur le bien-être animal

Ce mercredi, l'association L214 présente de nouvelles images d’enquête filmées fin août 2020 dans un élevage en cage de...

Des milliers de Flamands défilent contre la « Coalition Vivaldi » et la tentation totalitaire belge

Dimanche 27 septembre au matin, plusieurs milliers de militants et sympathisants des nationalistes flamands sont venus en voiture des...

CNews. Éric Zemmour (S2) : cette année encore, il bat des records d’audience et réinvente l’info

Soir après soir, la mine de Zemmour est plus réjouie. On parierait qu’il vient de lire les audiences de...

Dans les Pyrénées-Atlantiques, au Pays basque français, une bataille est engagée entre le rectorat de Bordeaux et les élus d’une communauté d’agglomération autour de l’ouverture d’une classe immersive en langue basque.

Le rectorat hostile à l’enseignement du basque

Enseigner le basque à Saint-Pierre-d’Irube (Pyrénées-Atlantiques), voilà une idée qui n’est pas pour plaire au rectorat de Bordeaux. La rectrice d’académie a ainsi refusé l’ouverture d’une classe immersive dans la commune, une formule qui constitue une nouvelle expérimentation « 100 % langue basque » en petite et moyenne section de maternelle à l’école publique de Basté-Quieta.

Le projet en question, lancé il y a deux ans et concernant quelques 18 élèves de la commune de Saint-Pierre-d’Irube, est approuvé par 86 % des parents mais aussi par les enseignants, le Conseil d’école et les élus locaux. En résumé, tout le monde est d’accord à l’exception de l’Inspecteur d’académie.

Sans autre forme de procès, le rectorat a donc refusé l’ouverture de cette classe en langue basque en s’appuyant sur la loi du 26 juillet 2019 pour une école de la confiance qui rend l’instruction obligatoire dès l’âge de trois ans et, en parallèle, sur la Constitution de 1958 qui « prévoit en son article 2 que l’instruction obligatoire est dispensée en français ». De ce fait, la rectrice d’académie affirme ne plus pouvoir « autoriser des nouvelles expérimentations d’enseignement en langue basque dispensées à 100 % pour les enfants soumis à l’obligation scolaire à l’âge de trois ans ». L’administration jacobine est décidément bien rodée dans son argumentation…

Une réponse « pauvre et brutale » face au succès des écoles immersives

Pour le maire de Saint-Pierre-d’Irube, ce refus n’est ni plus ni moins qu’une « décision politique, une posture idéologique » tandis que le conseiller régional Mathieu Bergé a décrit une réponse « pauvre et brutale » de la part du rectorat. Qui apparaît par ailleurs d’autant plus injustifiée que, jusqu’à présent, 19 expérimentations immersives dans l’enseignement public et 19 dans l’enseignement privé confessionnel ont été réalisées au Pays basque. Avec succès.

D’autant plus que les résultats de l’évaluation de ces expérimentations immersives témoignent d’ « excellents résultats » obtenus par les élèves de CP et CE1 scolarisés en section maternelle « 100% langue basque ». En mathématiques mais aussi… en français. Et oui ! Avec parfois des résultats « supérieurs » à ceux des élèves scolarisés uniquement en français.

La riposte des élus locaux au Pays basque

Face à cette énième attaque de la part de l’Éducation nationale à l’encontre de la langue basque, les élus fraîchement arrivés à la tête de la Communauté d’agglomération Pays Basque (CAPB) ont voté le 17 juillet une motion afin de dénoncer cette décision et « pour la poursuite du développement des sections maternelles immersives en langue basque ». La motion a été votée à l’unanimité tandis que les élus décrivent l’enseignement immersif comme étant « un enjeu stratégique pour la transmission de la langue basque ».

De son côté, l’Office public de la langue basque (OPLB) a jugé « inacceptable » cette interdiction tout en demandant que le dossier soit réexaminé. Son président Beñat Arrabit considère que « la réponse du rectorat marque un premier recul sur la politique de développement des expérimentations immersives dans les filières bilingues. C’est inacceptable ».

Enfin, même colère chez l’association de parents d’élèves Biga Bai, laquelle a dénoncé « un véritable coup porté à l’enseignement du basque », relevant elle aussi que les enfants scolarisés en basque à temps plein « assimilent cette langue plus rapidement et la maîtrisent mieux, qu’ils communiquent plus aisément, et qu’ils ont ensuite plus de facilités pour poursuivre une scolarité bilingue ».

Quant à la position de l’Éducation nationale, Biga Bai note que celle-ci « montre clairement une attitude en défaveur des langues régionales, qu’elle est pourtant censée sauvegarder et transmettre ».

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Paris. Le retour des bidonvilles

Après Mumbai, Rio, Paris fait la part belle aux bidonvilles. Au fil du temps, de plus en plus de...

Expulsion des étrangers délinquants : Darmanin fait-il de la com ?

Expulsion des étrangers délinquants : Darmanin fait-il de la com ? Philippe Rossi avec Philippe Bilger, Abdoulaye Kante et...

Rennes. Des patrons de bar en colère contre les mesures sanitaires

Ils étaient 300 patrons de bar, à manifester bruyamment leurs inquiétudes devant l'hôtel de Ville, ce 30 septembre 2020. Une délégation du collectif et le...

Tour de chauffe pour Donald Trump

Dans l’actualité de mercredi soir sur TV Libertés, retour sur le 1er débat de la présidentielle américaine. Malgré une presse majoritairement hostile à Donald...

Eric Zemmour : « Le niveau de l’école en France est catastrophique »

Eric Zemmour : « Le niveau de l’école en France est catastrophique. Les profs reçoivent des consignes pour remonter les notes. Un 16 à...

Arménie. La Turquie jette de l’huile sur le feu au Haut-Karabakh

 Ahmad al-Khaled est un journaliste indépendant qui se concentre principalement sur l'implication d'acteurs étrangers dans le conflit syrien et ses conséquences aux niveaux régional...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -