Saint-Nazaire. Au moins 2 fusillades en une soirée, 2 blessés

A LA UNE

Romain Petitjean (Institut Iliade) : « Nous formons des jeunes gens pour qu’ils deviennent des éveilleurs de peuple » [Interview]

Nous vous avons rendu compte cette semaine des travaux qui se sont déroulés lors du colloque de l'Institut Iliade,...

La nature comme socle. Retour sur le VIIe Colloque de l’Institut Iliade (2/2)

Après une première partie, suite et fin de la recension du VIIème colloque de l'Institut Iliade ayant eu lieu...

À la vie, à l’amour. Des mamans témoignent de la vie après le décès de leurs jeunes enfants [Interview]

Ils s'appelaient Gaspard, Siméon, Auguste. Ils étaient trois jeunes enfants, pleins de vie, qui sont décédés, des suites d'une...

Paul Conge : « Les droites radicales prospèrent sur certaines faiblesses structurelles de la France contemporaine » [Interview]

Paul Conge est journaliste à Marianne, où il couvre, entre autres, les questions judiciaires. Il vient de publier Les Grand-remplacés. Enquête sur...

Gilles-William Goldnadel : « En France , la liberté d’expression est sacrée lorsque l’outrance vient de gauche et maudite si elle vient de droite...

La loi Avia sur la « haine en ligne » est de retour par la porte détournée (et fort peu démocratique)...

Encore en retard sur Nantes (26 fusillades au dernier décompte, le 29 juillet dernier), Saint-Nazaire continue de rattraper activement la capitale bretonne, avec ce qui devient une spécificité locale : plusieurs épisodes dans la même soirée, à travers les quartiers dits « sensibles » de la ville. Deux fusillades ont ainsi éclaté le 30 et 31 juillet dernier, à Plaisance et au Petit Caporal ; les deux fusillades ont fait deux blessés dont une fillette de 12 ans.

A l’angle des rues Laennec et Mozart, à Plaisance, un homme de 27 ans a été touché le 30 juillet par neuf balles vers 19h40 par une rafale d’arme automatique; il a été hospitalisé dans un état grave, mais ses jours ne sont pas en danger. La victime est très défavorablement connue des forces de l’ordre et venait de sortir de prison ; le motif de sa dernière interpellation était la possession de quatre pistolets semi-automatiques Glock.

Les coups de feu ont été tirés depuis une voiture ; le tireur présumé est en fuite, mais les policiers ont réussi à saisir une BMW aux abords immédiats des coups de feu. Le tireur, torse nu, a été vu par les riverains, l’arme à la main, près du lieu de la fusillade ; il était accompagné par un complice, lui aussi en fuite.

La suite de cette fusillade a lieu dès le lendemain au Petit Caporal, rue Gutenberg : une voiture appartenant à un membre de la famille de la victime de la veille est cible d’au moins cinq tirs ; à l’intérieur, une fillette de 12 ans est blessée au mollet par une balle perdue. Dans la soirée, d’autres détonations – sans que l’on sache s’il s’agit de pétards ou de fusillades – ont été entendues aux abords des quartiers « sensibles » nazairiens.

L’enquête relie les fusillades aux réglements de comptes en lien avec un trafic de stupéfiants toujours plus actif à Saint-Nazaire, y compris au cœur du centre-ville où plusieurs places ont été abandonnées par la municipalité PS aux dealers. Ce qui n’a pas empêché le maire ex-PS David Samzun de déclarer « il faut absolument que cesse cette violence autour des trafics de drogue à laquelle nous assistons depuis plusieurs soirées ».

Dans un communiqué, l’ex-élu d’opposition et chef de file de la liste RN au 1er tour des municipales 2020 Gauthier Bouchet a réagi sur cette multiplication des tirs : « Les faits-divers d’insécurité progressent encore à Saint-Nazaire. Les tirs d’armes à feu, exceptionnels jusqu’à l’an dernier, semblent désormais devenir une généralité. […]  ces derniers jours, des tirs ont éclaté, successivement à la Bouletterie, la Tréballe, Plaisance, puis au Petit caporal. Cette hausse spectaculaire de l’insécurité doit poser question aux Nazairiens. Veulent-ils que leur ville reproduise les pires pages de La France Orange mécanique, cet essai lucide avant l’heure, documentant l’ensauvagement de notre pays ? ».

Le maire a aussi appelé le ministre de l’Intérieur à renforcer les effectifs policiers… alors qu’il ne s’est guère étendu sur sa gestion de la police municipale. Il y a de quoi : entre départs d’agents, services qui sonnent creux et caméras de vidéo-protection hors-service ou qui tournent le dos aux points de deal, les nazairiens ont de quoi se demander si leur « bon maire » s’occupe vraiment de leur (in)sécurité.

Louis Moulin

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Comment on formate un peuple ? Le 67 ème numéro de Réfléchir & Agir vient de sortir

Comment on formate un peuple ? C'est la question que se pose (et à laquelle tente de répondre) la...

Pourquoi tant de haine ? #30. Hommage à Emmanuel Ratier, avec Xavier Poussard

Pourquoi tant de haine ? est une émission d’ERFM, la radio en ligne et en continu d’Égalité & Réconciliation. Pour ce...

En 2019, les Sauveteurs en Mer ont pris en charge près de 37 000 personnes

En 2019, les Sauveteurs en Mer ont pris en charge près de 37 000 personnes : 10 900 secourues, 24 800 soignées et 1...

Aire de España. Les fiancés de la mort se donnent rendez-vous à Ruffiac (56)

Il n’est pas banal de trouver au coeur de la campagne bretonne un restaurant espagnol dont un des créateurs est un ancien légionnaire des...

Sécheresse. Un été 2020 historiquement sec… pour la 3e année consécutive

L'été 2020 a été le plus sec jamais enregistré depuis 1959. Un record qui est repoussé pour la troisième année consécutive. Été le plus sec...

Covid-19. Rien d’alarmant depuis 15 jours sur la planète

L’analyse des nombres de décès déclarés par les États montre que l’épidémie n’a pas pris d’ampleur significative sur la planète  cours des quinze derniers...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -