COVID-19. Un tiers des fidèles au moins déserte l’Eglise

A LA UNE

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Le coronavirus a permis de rendre évident ce que nombre de catholiques pressentaient : la hiérarchie catholique, des prêtres aux évêques, a été encore plus hystérique que les politiques. Curés qui désertent, évêques qui vident les bénitiers et interdisent les messes avant même que l’Etat le décident… et surtout qui n’étaient pas pressés de les reprendre. Résultat : un tiers des fidèles – souvent âgés il est vrai – les ont abandonnés.

C’est un prélat lui-même qui le reconnaît, Mgr Chauvet, recteur de Notre-Dame de Paris, sur Europe 1 le 15 août dernier : un tiers des fidèles ne sont toujours pas revenus à la messe. Et cette estimation officielle est un doux euphémisme : c’est plutôt la moitié, voire plus.

Dans le diocèse de Reims-Ardennes, la crise du Covid s’est ajoutée à une réorganisation des paroisses particulièrement catastrophique paraphée par le chef des évêques français, Mgr  de Moulins-Beaufort, titulaire de l’archevêché.

« Cette réorganisation a conduit à l’abandon de fait de près de la moitié des églises », s’insurge un fidèle de Charleville-Mezières. « Dans la ruralité, les gens se retrouvent avec des messes à 30 ou 40 kilomètres, ce sont souvent des gens âgés, ils ont laissé tomber. En ville, cela a brisé des paroisses de quartier qui se maintenaient, où il y avait des chorales, des services d’autel… les gens maintenant doivent traverser toute la ville, ils ont eux aussi laissé tomber ». Résultat – plus de la moitié des fidèles laissés sur le bord du chemin, « même si certains nous disent qu’ils reviendront peut-être en septembre », nuance une bénévole de paroisse au sud de Reims.

L’Eglise – avec ses paroisses territoriales qui sonnent de plus en plus creux et ses évêchés – paie aussi cash le vieillissement accéléré des fidèles. D’année en année, la moyenne d’âge augmente et le nombre de célébrants – mais aussi de donateurs au denier du culte – diminue. « Ces fidèles plus âgés sont plus fragiles face au virus, et ils ont clairement peur », relève un curé nantais, « d’autant que l’Eglise en a fait une tonne – trop peut être – sur les mesures sanitaires et cela a alimenté leur trouille. Il faut dire que nombre de mes confrères sont aussi très âgés et visiblement, ils croient plus au gel hydro-alcoolique qu’à l’eau bénite ».

Ce que relève aussi Riposte Catholique : « Les “fidèles” catholiques se contentent maintenant des diffusions sur Youtube… Une église où le prêtre s’assure que les gens sont masqués et qui supprime l’eau bénite pour lui préférer du gel hydro-alcoolique, ça donne envie spirituellement. L’Eglise avait l’occasion de se montrer prophétique et elle a préférée être numérique, les fidèles désormais seront virtuels… ».

Pendant ce temps, le fossé s’accroît aussi avec les paroisses traditionnalistes… qui elles ont maintenu tant bien que mal les messes pendant le confinement, parfois dans des conditions rocambolesques (chez des particuliers, dans des champs, des chapelles privées, loin à la campagne… ou au cœur des villes, à l’abri des cours et des murs séculaires des vieilles églises). Puis les instituts tradis, unis par delà les querelles de chapelles, ont libéré l’ensemble des catholiques en s’unissant dans un recours commun contre l’Etat, et ont rétabli la liberté de culte suite à l’arrêt du Conseil d’Etat.

Ces paroisses, pour l’essentiel, ont gagné des fidèles. « Les gens qui ont eu le choix entre pas de messe du tout ou la messe en latin, ont eu le courage de choisir la Foi et Dieu face à un État qui clairement outrepassait la loi et la piétinait », explique un prêtre normand. Nombre d’apostolats ont ainsi doublé, voire triplé de volumes.

« Des gens qui hésitaient depuis des années, qui restaient fidèles à leur église territoriale, à qui on a dit que les tradis ceci ou cela, ont franchi le pas et ont vu que la Tradition, c’était très bien. Et surtout que la Tradition maintenait les messes contre vents et marées, et surtout quand c’est difficile. Nous, la clandestinité, on a l’habitude… », explique un abbé traditionnel, rattaché à un diocèse de l’ouest de la France.

Face à des églises de plus en plus désertes et des rumeurs d’un nouveau confinement à l’automne, les évêques continueront-ils de s’aplatir devant un pouvoir politique paniqué et hystérisé, au risque de perdre leurs derniers fidèles ?

Louis Moulin

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Covid : crise sanitaire avant effondrement économique ? – JT de TVLibertés du vendredi 30 juillet 2021 [Vidéo]

À la une de cette édition du 3. juillet 2021, le Covid, crise sanitaire avant choc économique ! Le journal...

Côtes-d’Armor : Le plan Alerte enlèvement déclenché pour un enfant de 8 ans

L'alerte a été lancée samedi matin par le ministère de la Justice pour retrouver un enfant qui aurait été...

1 COMMENTAIRE

  1. Tout l’été, avec leurs masques, les fideles ont rempli notre église des hautes Pyrénées, autochtones et estivants rassemblés pour les messes dominicales chantées. Beaucoup de personnes âgées parmi eux!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Covid-19. Ces influenceurs qui veulent nous vacciner !

Covid-19. Ces influenceurs qui veulent nous vacciner ! https://www.youtube.com/watch?v=sWsnsLcNJuo Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et...

Tyrannie sanitaire. Professeur Raoult sur les vaccins et le Covid-19. Évolution de l’épidémie et Harcèlement

Tyrannie sanitaire. Professeur Raoult sur les vaccins et le Covid-19. Évolution de l'épidémie et Harcèlement https://www.youtube.com/watch?v=eUFLWj6qw2A Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et...

Écologisme et covidisme : deux leviers du totalitarisme qui s’installe

La dictature sanitaire entretient la peur grâce à des médias aux ordres qui répètent des informations scientifiquement fausses et limitent la contradiction (laquelle est...

Vaccinés, ne nous imposez pas votre société de la surveillance !

Ne pas se vacciner, est-ce piétiner la liberté des vaccinés en leur imposant des confinements et des restrictions ? Le Courrier des Stratèges répond...