COVID-19. Un tiers des fidèles au moins déserte l’Eglise

A LA UNE

Romain Petitjean (Institut Iliade) : « Nous formons des jeunes gens pour qu’ils deviennent des éveilleurs de peuple » [Interview]

Nous vous avons rendu compte cette semaine des travaux qui se sont déroulés lors du colloque de l'Institut Iliade,...

La nature comme socle. Retour sur le VIIe Colloque de l’Institut Iliade (2/2)

Après une première partie, suite et fin de la recension du VIIème colloque de l'Institut Iliade ayant eu lieu...

À la vie, à l’amour. Des mamans témoignent de la vie après le décès de leurs jeunes enfants [Interview]

Ils s'appelaient Gaspard, Siméon, Auguste. Ils étaient trois jeunes enfants, pleins de vie, qui sont décédés, des suites d'une...

Paul Conge : « Les droites radicales prospèrent sur certaines faiblesses structurelles de la France contemporaine » [Interview]

Paul Conge est journaliste à Marianne, où il couvre, entre autres, les questions judiciaires. Il vient de publier Les Grand-remplacés. Enquête sur...

Gilles-William Goldnadel : « En France , la liberté d’expression est sacrée lorsque l’outrance vient de gauche et maudite si elle vient de droite...

La loi Avia sur la « haine en ligne » est de retour par la porte détournée (et fort peu démocratique)...

Le coronavirus a permis de rendre évident ce que nombre de catholiques pressentaient : la hiérarchie catholique, des prêtres aux évêques, a été encore plus hystérique que les politiques. Curés qui désertent, évêques qui vident les bénitiers et interdisent les messes avant même que l’Etat le décident… et surtout qui n’étaient pas pressés de les reprendre. Résultat : un tiers des fidèles – souvent âgés il est vrai – les ont abandonnés.

C’est un prélat lui-même qui le reconnaît, Mgr Chauvet, recteur de Notre-Dame de Paris, sur Europe 1 le 15 août dernier : un tiers des fidèles ne sont toujours pas revenus à la messe. Et cette estimation officielle est un doux euphémisme : c’est plutôt la moitié, voire plus.

Dans le diocèse de Reims-Ardennes, la crise du Covid s’est ajoutée à une réorganisation des paroisses particulièrement catastrophique paraphée par le chef des évêques français, Mgr  de Moulins-Beaufort, titulaire de l’archevêché.

« Cette réorganisation a conduit à l’abandon de fait de près de la moitié des églises », s’insurge un fidèle de Charleville-Mezières. « Dans la ruralité, les gens se retrouvent avec des messes à 30 ou 40 kilomètres, ce sont souvent des gens âgés, ils ont laissé tomber. En ville, cela a brisé des paroisses de quartier qui se maintenaient, où il y avait des chorales, des services d’autel… les gens maintenant doivent traverser toute la ville, ils ont eux aussi laissé tomber ». Résultat – plus de la moitié des fidèles laissés sur le bord du chemin, « même si certains nous disent qu’ils reviendront peut-être en septembre », nuance une bénévole de paroisse au sud de Reims.

L’Eglise – avec ses paroisses territoriales qui sonnent de plus en plus creux et ses évêchés – paie aussi cash le vieillissement accéléré des fidèles. D’année en année, la moyenne d’âge augmente et le nombre de célébrants – mais aussi de donateurs au denier du culte – diminue. « Ces fidèles plus âgés sont plus fragiles face au virus, et ils ont clairement peur », relève un curé nantais, « d’autant que l’Eglise en a fait une tonne – trop peut être – sur les mesures sanitaires et cela a alimenté leur trouille. Il faut dire que nombre de mes confrères sont aussi très âgés et visiblement, ils croient plus au gel hydro-alcoolique qu’à l’eau bénite ».

Ce que relève aussi Riposte Catholique : « Les “fidèles” catholiques se contentent maintenant des diffusions sur Youtube… Une église où le prêtre s’assure que les gens sont masqués et qui supprime l’eau bénite pour lui préférer du gel hydro-alcoolique, ça donne envie spirituellement. L’Eglise avait l’occasion de se montrer prophétique et elle a préférée être numérique, les fidèles désormais seront virtuels… ».

Pendant ce temps, le fossé s’accroît aussi avec les paroisses traditionnalistes… qui elles ont maintenu tant bien que mal les messes pendant le confinement, parfois dans des conditions rocambolesques (chez des particuliers, dans des champs, des chapelles privées, loin à la campagne… ou au cœur des villes, à l’abri des cours et des murs séculaires des vieilles églises). Puis les instituts tradis, unis par delà les querelles de chapelles, ont libéré l’ensemble des catholiques en s’unissant dans un recours commun contre l’Etat, et ont rétabli la liberté de culte suite à l’arrêt du Conseil d’Etat.

Ces paroisses, pour l’essentiel, ont gagné des fidèles. « Les gens qui ont eu le choix entre pas de messe du tout ou la messe en latin, ont eu le courage de choisir la Foi et Dieu face à un État qui clairement outrepassait la loi et la piétinait », explique un prêtre normand. Nombre d’apostolats ont ainsi doublé, voire triplé de volumes.

« Des gens qui hésitaient depuis des années, qui restaient fidèles à leur église territoriale, à qui on a dit que les tradis ceci ou cela, ont franchi le pas et ont vu que la Tradition, c’était très bien. Et surtout que la Tradition maintenait les messes contre vents et marées, et surtout quand c’est difficile. Nous, la clandestinité, on a l’habitude… », explique un abbé traditionnel, rattaché à un diocèse de l’ouest de la France.

Face à des églises de plus en plus désertes et des rumeurs d’un nouveau confinement à l’automne, les évêques continueront-ils de s’aplatir devant un pouvoir politique paniqué et hystérisé, au risque de perdre leurs derniers fidèles ?

Louis Moulin

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

  1. Tout l’été, avec leurs masques, les fideles ont rempli notre église des hautes Pyrénées, autochtones et estivants rassemblés pour les messes dominicales chantées. Beaucoup de personnes âgées parmi eux!

Comments are closed.

Les derniers articles

Comment on formate un peuple ? Le 67 ème numéro de Réfléchir & Agir vient de sortir

Comment on formate un peuple ? C'est la question que se pose (et à laquelle tente de répondre) la...

Pourquoi tant de haine ? #30. Hommage à Emmanuel Ratier, avec Xavier Poussard

Pourquoi tant de haine ? est une émission d’ERFM, la radio en ligne et en continu d’Égalité & Réconciliation. Pour ce...

En 2019, les Sauveteurs en Mer ont pris en charge près de 37 000 personnes

En 2019, les Sauveteurs en Mer ont pris en charge près de 37 000 personnes : 10 900 secourues, 24 800 soignées et 1...

Aire de España. Les fiancés de la mort se donnent rendez-vous à Ruffiac (56)

Il n’est pas banal de trouver au coeur de la campagne bretonne un restaurant espagnol dont un des créateurs est un ancien légionnaire des...

Sécheresse. Un été 2020 historiquement sec… pour la 3e année consécutive

L'été 2020 a été le plus sec jamais enregistré depuis 1959. Un record qui est repoussé pour la troisième année consécutive. Été le plus sec...

Covid-19. Rien d’alarmant depuis 15 jours sur la planète

L’analyse des nombres de décès déclarés par les États montre que l’épidémie n’a pas pris d’ampleur significative sur la planète  cours des quinze derniers...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -