Chevaux mutilés : l’inquiétude grandit en Bretagne et les enquêtes piétinent

A LA UNE

Romain Petitjean (Institut Iliade) : « Nous formons des jeunes gens pour qu’ils deviennent des éveilleurs de peuple » [Interview]

Nous vous avons rendu compte cette semaine des travaux qui se sont déroulés lors du colloque de l'Institut Iliade,...

La nature comme socle. Retour sur le VIIe Colloque de l’Institut Iliade (2/2)

Après une première partie, suite et fin de la recension du VIIème colloque de l'Institut Iliade ayant eu lieu...

À la vie, à l’amour. Des mamans témoignent de la vie après le décès de leurs jeunes enfants [Interview]

Ils s'appelaient Gaspard, Siméon, Auguste. Ils étaient trois jeunes enfants, pleins de vie, qui sont décédés, des suites d'une...

Paul Conge : « Les droites radicales prospèrent sur certaines faiblesses structurelles de la France contemporaine » [Interview]

Paul Conge est journaliste à Marianne, où il couvre, entre autres, les questions judiciaires. Il vient de publier Les Grand-remplacés. Enquête sur...

Gilles-William Goldnadel : « En France , la liberté d’expression est sacrée lorsque l’outrance vient de gauche et maudite si elle vient de droite...

La loi Avia sur la « haine en ligne » est de retour par la porte détournée (et fort peu démocratique)...

En Bretagne, de nouvelles mutilations de chevaux ont été constatées et suscitent une inquiétude grandissante chez les propriétaires. Avec le risque de voir ces derniers se substituer à l’État pour mettre fin à ces actes pour l’heure impunis ?

Chevaux mutilés : premier cas en Ille-et-Vilaine

La série des mutilations de chevaux se poursuit en France et n’épargne pas la Bretagne. Le dernier cas en date est aussi le premier dans le département d’Ille-et-Vilaine. Dans la nuit du 30 au 31 août, c’est cette fois à Miniac-sous-Bécherel, commune située au nord de Rennes qu’un animal a été victime de sévices, « graves » selon le procureur de la République Philippe Astruc.

Parmi les cinq chevaux présents dans un enclos, un seul a été touché et présente ainsi une blessure au niveau de la bouche, trois entailles à l’arrière-train et une blessure au niveau du sabot. Par ailleurs, d’autres sources font état de brûlures au niveau du museau. Le même procureur en conclut qu’il « s’agit manifestement d’un acte volontaire ». Depuis, une enquête est menée par la brigade de gendarmerie de Hédé-Bazouges.

De son côté, le maire de Miniac-sous-Bécherel Daniel Monnier a dénoncé des « faits très graves d’une cruauté hors précédent » et « commis par des lâches ». Des faits qui révèlent aussi un certain abandon des zones rurales en matière de sécurité, laquelle ne relève que de la gendarmerie et de ses moyens.

D’autres départements bretons déjà touchés

Cet acte odieux commis en Ille-et-Vilaine succède à d’autres mutilations commises ailleurs en Bretagne. Nous rapportions par exemple voilà quelques jours le témoignage de la propriétaire de deux chevaux mutilés à Bannalec, dans le Finistère, dans la nuit du 27 au 28 août derniers.

Des chevaux mutilés, il y en a eu aussi dans les Côtes d’Armor, notamment près de Lannion, à Plouzélambre, ou deux bêtes ont été attaquées le 25 août, l’un des chevaux ayant été retrouvé mort égorgé et l’autre mutilé au niveau des oreilles. Là encore, une enquête a été ouverte à la suite de ces actes, sans se révéler fructueuse pour l’instant. À savoir également que les auteurs de ses sévices encourent deux ans d’emprisonnement et 30 000 € d’amende.

Quant au Morbihan, les propriétaires de chevaux n’y sont pas davantage rassurés. C’est notamment le cas au centre équestre Lann er Roch de Plœmeur, qui abrite 60 poneys et chevaux. Face à la menace ambiante, le centre a décidé de mettre en place des rondes de nuits pour surveiller les animaux. Un dispositif qui a peut-être permis d’éviter le pire dans la nuit du 29 au 30 août derniers lorsque les des veilleurs ont surpris un fourgon avec trois hommes a bord sur le parking. Le véhicule fera alors rapidement demi-tour avant de prendre la fuite. Désormais, ils sont une vingtaine de personnes à se relayer sur le site pour monter la garde auprès des équidés.

La nuit précédente, toujours à Plœmeur, la vidéosurveillance de l’écurie de Kerloes a rapporté l’intrusion de plusieurs individus près des chevaux, situés dans un champ.

Face à l’inquiétude des propriétaires d’animaux et des centres équestres, les autorités du Morbihan martèlent qu’il ne faut pas « se faire justice soi-même » et assurent avoir « pris des mesures » et être « très réactives en cas d’alerte ». Des dispositions qui vont devoir rapidement démontrer leur efficacité sous peine de voir les propriétaires de chevaux perdre patience…

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 Commentaires

  1. Deux ans de prison seulement ??? C’est ÇA le pouvoir dissuasif de la justice ???
    Si c’est de l’humour le côté amusant m’échappe totalement.

  2. L’insécurité se répands aussi dans les campagnes, la France devient peu à peu un pays dangereux, qui peut dire si demain ce ne sont pas les propriétaires d’équidés qui se feront eux-mêmes découper s’ils s’interposent pour protéger leurs montures?

Comments are closed.

Les derniers articles

Comment on formate un peuple ? Le 67 ème numéro de Réfléchir & Agir vient de sortir

Comment on formate un peuple ? C'est la question que se pose (et à laquelle tente de répondre) la...

Pourquoi tant de haine ? #30. Hommage à Emmanuel Ratier, avec Xavier Poussard

Pourquoi tant de haine ? est une émission d’ERFM, la radio en ligne et en continu d’Égalité & Réconciliation. Pour ce...

En 2019, les Sauveteurs en Mer ont pris en charge près de 37 000 personnes

En 2019, les Sauveteurs en Mer ont pris en charge près de 37 000 personnes : 10 900 secourues, 24 800 soignées et 1...

Aire de España. Les fiancés de la mort se donnent rendez-vous à Ruffiac (56)

Il n’est pas banal de trouver au coeur de la campagne bretonne un restaurant espagnol dont un des créateurs est un ancien légionnaire des...

Sécheresse. Un été 2020 historiquement sec… pour la 3e année consécutive

L'été 2020 a été le plus sec jamais enregistré depuis 1959. Un record qui est repoussé pour la troisième année consécutive. Été le plus sec...

Covid-19. Rien d’alarmant depuis 15 jours sur la planète

L’analyse des nombres de décès déclarés par les États montre que l’épidémie n’a pas pris d’ampleur significative sur la planète  cours des quinze derniers...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -