Quels barbares mutilent donc les chevaux en France ?

A LA UNE

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Immigration et invasion de l’Europe. Pour Jean-Yves Le Gallou, « Tous les pays européens ont été victimes d’un coup d’Etat, des médias et des...

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, enchaine les livres majeurs, avec la sortie de « L'invasion de...

Covid-19. Second pic épidémique planétaire 2020 franchi en 2ème quinzaine de novembre : l’hémisphère nord est le plus touché

Résumé de la situation  Au niveau planétaire, la contamination poursuit sa progression principalement en Europe et en Amérique du...

Camille Galic, journaliste pour le journal Présent, nous adresse un papier publié le 8 septembre dernier dans le quotidien. Nous le reproduisons ci-dessous (pour vous abonner à Présent, c’est ici).

Depuis au moins 2002, les propriétaires d’équidés sont confrontés en France à une série d’actes de barbarie visant leurs chevaux, qui sont retrouvés mutilés, l’oreille droite, un œil, la peau voire des organes ayant souvent été sectionnés cependant que la terreur et la douleur provoquées par ces amputations conduisent fréquemment à la mort par arrêt cardiaque de ces animaux ultra-sensibles.

Commandos de la mort

Cette année, à une cadence qui s’accélère, une vague de meurtres et de mutilations visant les chevaux est observée dans les campagnes françaises, de la Normandie, qui recense plus d’une centaine de haras et centres équestres, à la Provence, de l’Alsace à l’Aquitaine, et le phénomène semble se développer aussi en Allemagne — où plus de trois cents crimes semblables avaient été recensés dans les années 1980 et 1990. Il n’est pas besoin d’être une mère à chats ou un fanatique de la plus noble conquête de l’homme pour s’émouvoir de cette « mode », tant elle reflète l’ensauvagement de l’Europe… et peut-être certaines conséquences encore ignorées de la mondialisation des échanges, de biens comme de populations.

Le mobile des tueurs, qui semblent opérer comme de véritables commandos, reste inconnu. « C’est peut-être le résultat d’un challenge morbide sur internet, l’œuvre d’une secte, des vengeances dans le milieu équestre ou des actes de déséquilibrés ou peut-être un peu tout ça à la fois, les uns imitant les autres, portés par la médiatisation du phénomène. En tout cas, c’est forcément l’œuvre de plusieurs auteurs » estime le lieutenant-colonel de gendarmerie Éric Bayle, de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement, qui adjure les propriétaires de chevaux « de ne pas se faire justice eux-mêmes » mais d’« appeler le 17 » en cas de danger pesant sur leurs animaux… lesquels risquent fort d’être suppliciés en attendant les secours ! La piste sataniste est également avancée, bien que le fait de pénétrer dans un enclos et de mutiler un cheval ne constitue pas une pratique rituelle chez les adorateurs de Satan qui, à notre connaissance, ne sacrifient pas non plus de chevaux.

L’ombre du chamanisme sibéro-touranien

Ces mutilations suggèrent donc une autre hypothèse, dont les origines historiques et géographiques pourraient être très lointaines.

Le cheval, dont le symbolisme est complexe et multiple, peut ainsi être associé aux ténèbres du monde chthonien, en lien avec les divinités infernales ou telluriques.

Loin de la vogue néo-chamaniste New Age, des pratiques archaïques sont avérées en Asie centrale et par capillarité en Turquie. Surtout, à l’ère moderne, depuis l’éclatement de l’URSS et le pantouranisme d’Erdogan essayant par conséquence d’étendre son aire d’influence du Bosphore à l’Altaï, ce qui a attiré en Turquie nombre d’Asiates se répandant ensuite en Europe. Soit dit en passant, sait-on que le Xème arrondissement de Paris, cette « petite Turquie », abrite une discrète mosquée réservée aux natifs du Kazakhstan, ex-république soviétique qui, depuis son indépendance en 1991, travaille activement à la renaissance des traditions kazakhes ?

Or un ouvrage traduit en français fait référence à des rituels concernant les équidés : une épopée kirghize en vers, datant du IXe siècle et relatant les Aventures merveilleuses sous terre et ailleurs d’Er-Töshtük, le géant des steppes (éditions Gallimard/Unesco 1985). Er-Töshtük a perdu son âme, volée par le magicien Töshtük. Pour descendre dans les Enfers, son cheval magique lui demande, dans le cadre de rites initiatiques, de lui infliger des supplices à l’aide de son fouet en lui arrachant des morceaux de chair, ce qui permettra au géant des steppes de retrouver son entièreté.

Dans son livre de référence Le Chamanisme et les techniques archaïques de l’extase, recensement des pratiques chamanistiques dans différentes zones géographiques (éd. Payot, 1950, réédité en Payothèque), le grand historien roumain des religions Mircea Eliade (1907-1986) évoque également des pratiques chamaniques, parties des peuplements proto-sibériens toungouze, tchouktche, koriak, etc. et s’étant propagées par les Mongols dans toute l’Asie centrale, où des organes de chevaux sont mangés par les disciples anxieux de s’approprier la puissance et les vertus de l’animal.

Peut-on envisager cette piste concernant ces mutilations de chevaux ? Il faudrait alors que des membres — bien organisés — d’une communauté fortement implantée en France (ou d’ailleurs en Allemagne) recourent secrètement à ce type de rituels, dans le cadre d’un véritable « chamanisme noir », sans doute revisité par la modernité. L’enquête est ouverte, mais il existe forcément une logique derrière ces actes de cruauté apparemment irrationnels.

Camille Galic

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Castex, l’homme à rien faire de Macron – JT TV Libertés du jeudi 26 novembre 2020

Au programme ce soir, les explications de Jean Castex. Deux jours après la prise de parole d’Emmanuel Macron, le...

Serbie. Arnaud Gouillon (Solidarité Kosovo) nommé Secrétaire d’État en charge de la Diaspora

En Serbie, le gouvernement réuni en Conseil des ministres vient de nommer Arnaud Gouillon au poste de Directeur du...