États-Unis. Construction d’une ville « pro-Noirs » : un communautarisme autorisé pour la presse française ?

A LA UNE

La création d’une ville « pro-Noirs » aux États-Unis en réponse à un prétendu « racisme systémique » est perçue avec une certaine bienveillance par certains médias français. Il y a fort à parier qu’il en serait allé autrement s’il avait été question d’une ville « pro-Blancs ».

« Freedom », une ville destinée aux familles noires

Y aurait-il des communautarismes ayant meilleure presse que d’autres ? Aux États-Unis, Ashley Scott et Renee Walters, deux Afro-Américaines, ont eu l’idée de fonder une ville pour les Noirs.

Le projet est en cours de réalisation, puisque le mois de dernier, ce sont 19 familles noires qui ont fait l’acquisition de terrains près de Macon, dans le comté de Wilkinson, dans l’État de Géorgie. Le but est clair : construire une nouvelle ville dénommée « Freedom » [NDLR : « Liberté »], censée s’étendre sur environ 40 hectares. Pour cela, ces familles ont créé la Freedom Georgia Initiative pour mettre en commun l’argent nécessaire à l’achat d’un terrain.

Une ville « pro-Noirs à tous les égards »

C’est donc dans le sillage de l’affaire George Floyd et des manifestations Black Lives Matter du printemps dernier que l’initiative de créer cette ville pour les familles noires a vu le jour. Les deux fondatrices envisagent aussi la création d’un lac artificiel pour le développement de la pêche dans la perspective de rendre cette nouvelle commune autosuffisante à terme. Pour l’instant, tout reste à construire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Meet Renee Walters @front_page_nay and Ashley Scott @ashleyscottkw. The President and Vice President Of The Freedom Georgia Initiative

Une publication partagée par The Freedom Georgia Initiative (@freedomga2020) le

Auprès de CNN, Renee Walters détaille ses motivations : « Nous avons des maris noirs. Nous avons des fils noirs. Et je commençais à me sentir submergée par ce sentiment d’anxiété quand mon mari quittait la maison pour aller travailler ».

Interrogé sur la dimension potentiellement ségrégationniste de son projet, Ashley Scott déclare quant à elle : « Nous sommes une communauté intégrée, tolérante et diverse, donc nous n’avons pas l’intention de créer une ville exclusivement noire, mais elle devra être pro-Noirs à tous les égards ».

La création de cette ville matérialisant le communautarisme noir a également été évoquée par plusieurs titres de presse en France. Mais, là où une initiative similaire aurait subi les foudres de cette même presse s’il avait été question d’une ville « pro-Blancs », elle se montre beaucoup plus compréhensive avec le projet des deux Afro-Américaines.

Plusieurs titres insistent ainsi sur le fait qu’il s’agit pour ces familles noires de bâtir une « ville sûre », sous-entendant que la communauté noire aux États-Unis serait à la fois menacée par les violences policières mais aussi par les Blancs plus généralement. Or, si l’on en croit les statistiques ethniques sur la criminalité dans le pays, ces derniers ne sont pas une menace pour les Noirs, bien au contraire…

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Iwerzhon : Conradh na Gaeilge a gomz d’an ONU

D'an 02 a viz kerzu e oa deiz "forom ar minorelezhioù" en sez an ONU. Bep bloaz abaoe 14...

Documentaire. La révolution irlandaise

Le récit précis et détaillé de l'avènement de la République d'Irlande, il y a un siècle, des prémices de...

Articles liés