Côtes d’Armor. Le Département veut attirer l’Île-de-France en Bretagne…

tour_eiffel

La Bretagne peut-elle survivre sans Paris ? À croire que non pour le Département des Côtes d’Armor, qui vient de lancer un plan de communication pour attirer des « Franciliens » en Bretagne.

Côtes d’Armor : un département breton ou francilien ?

Les Côtes d’Armor vont-elles bientôt demander leur rattachement à la région Île-de-France ? La question mérite d’être posée tant on a l’impression que le département semble incapable de percevoir son développement sans recourir à Paris.

En octobre 2019 déjà, une soixantaine d’entrepreneurs des Côtes-d’Armor organisaient un job dating dans la capitale française avec pour objectif d’attirer des profils franciliens pour des postes en Bretagne. Au détriment des Bretons. L’initiative était portée par le « Club TGV » Bretagne, dont le principal but est de faire la promotion de la ligne à grande vitesse entre la Bretagne et Paris avec Saint-Brieuc à seulement 2 h 15 de train de la gare Montparnasse. Rappelons une nouvelle fois que cette LGV a été financée à hauteur de 1,1 milliard d’euros par le Conseil régional de Bretagne.

Le 18 septembre 2020, c’est cette fois l’agence Côtes d’Armor Destination (CAD), se présentant comme « le bras de la politique d’attractivité et touristique du Conseil Départemental », qui s’est lancée dans une campagne publicitaire ciblant les habitants d’Île-de-France pour les attirer dans le département.

Une campagne publicitaire destinée aux Parisiens

Pour séduire ces Franciliens, Côtes d’Armor Destination dispose d’un plan de communication basé notamment sur un spot publicitaire sur France TV et des publicités diffusées dans le quartier parisien de La Défense.

Tandis que les projections démographiques pour la Bretagne administrative (B4), y compris pour les Côtes d’Armor, font toutes état d’une augmentation de population, tendance confortée par les derniers recensements, l’agence de développement touristique et d’attractivité du département a une idée précise : attirer des populations en provenance d’Île-de-France.

Le président de Côtes-d’Armor Destination (CAD) Erven Léon l’affirme, « les Côtes-d’Armor ont tout pour attirer les envies de changement. C’est une terre d’équilibre dans le contexte actuel ».

Un équilibre que beaucoup de personnes ont identifié, comme l’ont prouvé la ruée des Parisiens sur la Bretagne durant le confinement et la pénurie de biens immobiliers depuis, sur le littoral notamment. Mais un équilibre qui demeure fragile car conditionné par la densité et le type de population résidant dans les Côtes d’Armor.

Cependant, le personnel de CAD ne voit pas la menace, la responsable de la mission promotion et attractivité de l’agence indiquant : « On souhaite faire passer le message que l’on peut vire là où on a passé les vacances ».

Une communication aux frais des Bretons

Quant au plan de communication, le spot publicitaire évoqué sera diffusé 630 000 fois entre le 24 septembre et le 25 octobre sur France TV. Du côté du quartier de La Défense , le département des Côtes d’Armor prévoit aussi la diffusion de pastilles de dix secondes sur 68 écrans publicitaires et ascenseurs de 25 tours. Soit plus de 2 870 000 diffusions du 5 au 16 octobre.

La responsable de la mission détaille la stratégie : mettre « en parallèle ce milieu professionnel contraint des Franciliens avec les espaces et la qualité de vie offerts dans les Côtes-d’Armor. » Sans s’interroger sur la remise en cause à moyen terme de cette qualité de vie par un afflux trop important de nouvelles populations…

Sur le plan financier, des nationalistes bretons ont par ailleurs fait remarquer sur Twitter que Côtes d’Armor Destination était majoritairement financée par le Conseil départemental, et donc en partie par les contribuables bretons. Ainsi, pour l’année 2019, l’agence précise que, sur son budget total d’1,7 million d’euros, 1,2 millions ont été apportés par le Conseil départemental tandis que CAD emploie 19 salariés.

Enfin, après la diffusion des messages publicitaires, Côtes d’Armor Destination va proposer des rencontres avec les potentiels intéressés pour une installation en Bretagne, via le recours à des personnes ayant déjà effectué la migration. Il est notamment question de répondre aux interrogations des Franciliens en matière de logement et de recherche d’emploi.

Des domaines dans lesquels on aimerait voir autant d’attention accordée aux Bretons de la part du Département des Côtes d’Armor.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !