Chute d’Evo Morales en Bolivie : la presse mainstream nous a berné et c’est prouvé

A LA UNE

Isabelle Le Callennec (Hissons haut la Bretagne) : « être la région du plein emploi durable, d’une transition écologique aboutie, d’une cohésion sociale à...

La campagne électorale pour les élections régionales bat son plein. Après avoir interrogé Daniel Cueff (« Bretagne ma vie...

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Un article du Monde diplomatique du mois d’octobre revient sur l’emballement médiatique qui a cautionné la chute d’Evo Morales, le président légitime de la Bolivie.

Pour résumer : tout est parti des accusations infondées d’une organisation transnationale pro-USA, relayées par les médias de l’establishment US et reprises sans recul par les grands médias mainstream français. Les médias français se sont eux-mêmes intoxiqués, à cause de leur biais idéologique et de leur manque de pluralisme. Ils ont été mal informés par leur unique correspondante sur place, Alice Campaignolle, journaliste Médiapart (l’écurie d’Edwy Plénel), fournissant aussi ses analyses à RFI, France Info et Le Figaro, et d’autres encore.

A noter que Breizh Info avait consacré un article à la question, qui, sans se prononcer sur la réalité des fraudes, soulignait les divisions ethniques, sociales et territoriales de la Bolivie et refusait tout manichéisme.

Illustrations : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Espagne. Près de 6 000 migrants arrivés en moins de 24 heures à Ceuta depuis le Maroc [Vidéo]

Suite à des tensions diplomatiques entre l'Espagne et le Maroc, l'enclave de Ceuta a vu près de 6 000...

Chine. Une réplique grandeur nature du Titanic en cours de construction pour un parc à thème

La Chine construit une réplique grandeur nature du Titanic dans le cadre d'une attraction touristique dans un parc à...

1 COMMENTAIRE

  1. Connaissant les actions très favorables d’Evo MORALES pour les populations boliviennes nous pouvions trouver, à l’époque, que ces prétendues irrégularités auraient pu être inventées.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Victoire de la gauche souverainiste en Bolivie. Une victoire identitaire en arrière plan ?

Les sondages lui prédisaient un bon score, mais pas une si éclatante victoire, dès le premier tour. Luis Arces a remporté 55.07 % des...

Les élections en Bolivie: Le coup de MASsue ?

Le vendredi 23 octobre à 18 heures à La Paz, capitale de la Bolivie, le TSE (tribunal suprême electoral ) a donné les résultats...

Résultat de l’élection bolivienne : une gifle cinglante pour la « coalition occidentale » et pour l’exécutif français

Le 20 octobre 2019, le président Evo Morales avait remporté le premier tour de l’élection présidentielle bolivienne avec 47,08% des voix, contre 36,51% pour...

Quand Le Monde s’attaque à Michel Onfray… et fait pschitt

Voici une « affaire » pas particulièrement passionnante, mais sur laquelle il est important d'apporter quelques précisions aux lecteurs qui s'interrogent. Le 19 mai, par...