Voici une « affaire » pas particulièrement passionnante, mais sur laquelle il est important d’apporter quelques précisions aux lecteurs qui s’interrogent.

Le 19 mai, par la plume de Lucie Soullier et d’Abel Mestre, le journal Le Monde publiait un article intitulé « Avec sa nouvelle revue, Michel Onfray devient la coqueluche de l’extrême droite ». Un article évoquant la nouvelle revue de Michel Onfray et de ses collaborateurs, nommée Front Populaire.

« Front populaire, qui doit être lancé en juin, entend réunir les “souverainistes de droite et de gauche”. Parmi ses premiers soutiens, l’on compte de nombreuses figures de la droite de la droite » écrivent les deux journalistes.

S’en suit une liste de personnalités présentées comme des soutiens de la revue de Michel Onfray : « On y croise aussi Patrick Lusinchi, l’un des dirigeants d’Éléments, la revue de ce courant ; l’identitaire breton Yann Vallerie (à qui M. Onfray a accordé un entretien pour le site Breizh-Info) ; Claude Chollet, patron d’un observatoire (d’extrême droite) des médias ; Robert et Emmanuelle Ménard, respectivement maire de Béziers et députée, chantres de “l’union des droites”, ou encore Philippe Vardon, ancien du Bloc identitaire, désormais membre du bureau national du Rassemblement national (RN). »

En réalité, nul soutien particulier là-dedans mais simplement… une liste d’abonnés (on pourrait sans doute retrouver les mêmes abonnés au journal Le Monde, par exemple…). Une liste d’abonnés (« contributeurs » sur le site de la revue Front Populaire) sans doute maladroitement rendue publique par le service Internet de la revue.

Un article de plus de 2 000 mots pour ce qui constitue, au pire, une maladresse informatique, on frôle la masturbation intellectuelle…

À moins qu’une certaine gauche et une certaine extrême gauche voient d’un très, très mauvais œil (et avec crainte), le fait que des passerelles, de plus en plus larges et nombreuses, existent entre des individus qui ne sont pas régis pas des dogmes quasi religieux comme cela a été imposé durant trop longtemps par le catéchisme d’obédience léniniste, voire stalinienne. Il est vrai que si en plus de l’électorat, les intellectuels quittent désormais le navire, il ne restera bientôt plus dans ce camp (est-ce encore la gauche ?) qu’Houria Bouteldja ou Aurélien Taché…

YV

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V