Espagne. Les îles Canaries bientôt noyées sous les flux de migrants ?

canaries

Compte tenu de leur situation géographique, les îles Canaries doivent elles aussi faire face à une pression migratoire accrue en provenance des côtes africaines. Les arrivées de clandestins y ont fortement augmenté en l’espace d’un an.

Îles Canaries : des arrivées de migrants en hausse de 700 % sur un an

Si la Méditerranée reste la voie maritime favorite des clandestins extra-européens cherchant à gagner l’Europe, d’autres optent pour la route Atlantique via les îles Canaries. L’archipel a vu ainsi le nombre de migrants débarqués sur ses côtes progresser à une vitesse fulgurante ces derniers mois. Avec une hausse des arrivées ayant bondi d’environ 700 % en un an selon les mots prononcés par la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, le 4 octobre, les îles Canaries doivent faire face un rythme d’immigration « insoutenable ». Une commissaire qui s’est rendue en Mauritanie avec le ministre espagnol de l’Intérieur Fernando Grande-Marlaska pour tenter de trouver une réponse face à la pression migratoire africaine et relancer les procédures de retour vers ce pays pour les clandestins arrivant sur le sol espagnol.

Quant aux chiffres avancés, le ministère espagnol de l’Intérieur a pour sa part publié le 2 octobre dernier un décompte faisant état de 6 081 arrivées via 225 embarcations de fortune sur les îles Canaries depuis le début de l’année 2020. Ce qui représente un nombre six fois supérieur à celui de 2019, soit une hausse de 523 %.

Concernant l’augmentation de 700 % évoquée par la commissaire européenne, elle a effectivement été observée durant certaines périodes de l’année 2020 avant de baisser d’un peu moins de 200 points compte tenu des effets statistiques. Et pour cause, deux tiers des arrivées de migrants ont eu lieu au troisième trimestre en 2019.

La commissaire européenne : « Nous avons besoin des migrants, mais… »

Actuellement, la plupart des migrants repêchés sont débarqués dans le port d’Arguineguín sur l’île de Grande Canarie, dont plus de 100 personnes pour la seule journée du 3 octobre dernier d’après les services de secours et d’urgence locaux.

L’archipel est-il destiné à suivre le chemin de Chypre ou des îles grecques de la mer Égée ? De son côté, Ylva Johansson plaide pour que l’application du droit d’asile y soit prolongée. Tout en soulignant la nécessité de renvoyer les migrants économiques et donc non éligibles à la protection de l’UE vers leur pays d’origine : « pour offrir une protection internationale à ceux qui en ont besoin, nous devons aussi dire, et montrer à nos citoyens, que ceux qui n’ont pas besoin de [cette] protection, ceux qui reçoivent un avis négatif, ont l’obligation de rentrer. »

Dans un numéro d’équilibriste auquel Bruxelles nous a déjà habitués, la commissaire a déclaré que « nous avons besoin des migrants, mais nous devons aussi avoir une gestion durable de cela ». Ylva Johansson a indiqué qu’elle souhaite aussi « instaurer une coopération encore plus étroite entre la Commission européenne, l’Espagne et la Mauritanie afin de renforcer les mesures d’aide, mais aussi la lutte contre les mafias qui font du trafic d’êtres humains ».

Par ailleurs, en raison du Covid-19, les centres de détention pour étrangers qui avaient été fermés sur les îles de Tenerife et Grande Canarie le 31 mars devaient rouvrir rapidement selon une déclaration du ministère de l’Intérieur en date du 24 septembre dernier. De quoi permettre aux autorités locales de renvoyer les clandestins non éligibles au droit d’asile vers leur pays d’origine. Ces deux centres disposent d’une capacité de 238 personnes à Tenerife et de 112 à Grande Canarie. Des structures très modestes au regard des plus de 6 000 migrants débarqués dans l’archipel depuis le début de l’année…

AK

Crédit photo : Flickr (CC BY-NC-ND 2.0/Ministerio de Defensa)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

2 réponses

  1. Je trouve cette situation parfaite, à condition que ces chances pour l’Europe restent en Espagne! Ne pas oublier que les espagnols plébiscitent la venue de migrants chez eux…..

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !