Pour que vivent nos langues. L’organisation de la Redadeg en appele aux collectivités locales

A LA UNE

Enquête : ces Tchétchènes déjà arrêtés pour terrorisme

Après la décapitation du professeur d’histoire de Conflans, Samuel Paty, par un jeune Tchétchène radicalisé d’Evreux, Abdullakh Anzorov, le...

État d’urgence sanitaire. Que dit le projet de loi présenté en conseil des ministres ce matin ?

Après avoir laissé planer un couvre-feu à 19h dans les grandes villes, ou généralisé à tout le territoire, dans...

Document : le texte de la décision qui a accordé le droit d’asile à la famille du terroriste islamiste

D’abord déboutée de l’asile à cause d’un « récit stéréotypé » par l’Office français pour la protection des réfugiés...

Nantes Métropole pressure ses contribuables, et ça ne va pas en s’arrangeant

Le rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion de Nantes Métropole s’est fait attendre. Alors qu’un...

Jean-Philippe Lévêque (La déferlante, Immigration et Surpopulation) : « La non maitrise de la natalité est un danger imminent pour l’humanité » [Interview]

La déferlante, Immigration et Surpopulation. Tel est le titre d'un livre majeur, que vient de sortir l'éditeur Culture &...

Le 10 octobre marquait la journée placée sous le signe de « Pour que vivent nos langues », initiative en faveur des langues régionales, menacées à moyen terme de disparition si rien n’est fait.

Au départ, ce Collectif, constitué à la rentrée scolaire de septembre 2019, s’alarmait des conséquences dévastatrices pour la place des langues régionales dans le système éducatif français induites par la réforme du lycée et du baccalauréat, menée par le Ministre de l’Éducation nationale, M. Jean-Michel Blanquer.

C’est d’ailleurs ce rôle, néfaste, de l’Etat, que rappelle l’organisation de la Redadeg, la course pour la langue bretonne, dans un communiqué adressé à la presse et que nous reproduisons ci-dessous :

10 octobre 2020, journée des langues, baptisée «Pour que vivent nos langues». Nous pensons que la Redadeg est un symbole d’une langue bretonne vivante, c’est pourquoi, réunis ce jour, nous souhaitons apporter notre participation à la réflexion. Depuis des années le combat pour la langue bretonne est porté par le monde associatif, les artistes prenant aussi part à cette lutte. Un des objectifs de la Redadeg est, depuis toujours, de collecter des fonds pour Diwan et pour des projets liés à la langue bretonne.

En ces temps difficiles pour Diwan nous ferons, encore, de notre mieux pour aider le réseau des écoles immersives. Pour y parvenir nous devrons réussir l’édition reportée de 2020, il nous faut donc vendre un maximum de kilomètres avant la fin de cette année. Nous invitons donc les amis de la Redadeg et de la langue bretonne à se rendre sur le site pour acheter leur kilomètre. Malgré des propos bienveillants, l’attitude de l’État est contraire à toute avancée pour les langues dites régionales.

La réforme des lycées, par exemple, est catastrophique et fait baisser le nombre d’élèves faisant le choix de poursuivre leur scolarité en breton. Les grandes difficultés actuelles de Diwan sont aussi liées au refus de nombreuses communes de payer le forfait scolaire pour les élèves de ces écoles. Nous demandons donc à tous les maires de Bretagne de faire ce qui est juste, c’est à dire de payer à Diwan le forfait scolaire pour les enfants de leur commune. La langue bretonne est l’affaire de tous, le monde associatif ne peut pas tout faire et les collectivités locales doivent prendre leur part pour sauver Diwan. Les communes, comme énoncé plus haut, mais aussi les départements bretons et la Région ainsi que l’État ont leur rôle à jouer. Pour que vivent nos langues !

Que chacun joue son rôle…

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les derniers articles

Covid-19. Couvre-feu en Ille-et-Vilaine : tout ce qu’il faut savoir

L'Ille-et-Vilaine fait désormais partie des départements concernés par le couvre-feu en raison de la propagation du Covid-19. Quelles sont...

Julien Rochedy : « Oui, il est légitime de vouloir se séparer d’avec des groupes de population qui refusent le véritable vivre-ensemble » [Vidéo]

Dans sa dernière vidéo, l'essayiste Julien Rochedy s'attaque au sujet du séparatisme et considère qu'une partition au moins partielle...

Île-de-France. Un enfant de 10 ans mord son enseignante, la faute au « manque de moyens » ?

À Fontenay-sous-Bois, un enfant de 10 ans a mordu une enseignante, nécessitant l'intervention des pompiers. Une violence qui serait une nouvelle fois due au...

Terrorisme islamiste : le point de non-retour ?

À la Une de ce journal de TVLibertés du 21 octobre, cinq jours après l’assassinat de Samuel Paty, où en est l’enquête ? Sept...

Pêche à la telline dans le sud-Finistère

La telline, est un petit mollusque pêché sur la côte atlantique. Un coquillage particulièrement prisé des Espagnols, Portugais, des Italiens et des Japonais. Après quelques années difficiles,...

Robert Ménard « Tous ceux qui trouvaient des excuses aux islamistes sont des collabos ! »

Le maire de Béziers, Robert Ménard, était l'invité politique du Grand Matin Sud Radio, au lendemain de l'hommage national à Samuel Paty. https://www.youtube.com/watch?v=hojmsCHMsOc Crédit photo :...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -